Usage record de pesticides à Noirmoutier

L’édition Vendée de Ouest France du 5/11/2022 a publié une page sur la culture de la pomme de terre sur l’île de Noirmoutier en mettant en avant la fréquence record de traitements phytosanitaires et les quantités astronomiques de pesticides utilisés (62 substances chimiques différentes pour plus de 29 tonnes sur l’année 2020 ; derniers chiffres connus). Voici cet article :

Nos commentaires et analyses, partagés avec Monsieur Yves Le Quellec, Président FNE Vendée

S’informer auprès des dirigeants de la Coopérative Agricole de Noirmoutier ou de ses cultivateurs est compliqué, ils semblent être sur la défensive, nos courriers et questions restent sans réponse. Ouest France consacre une page sur le sujet, c’est un véritable signal d’alerte. Si dirigeants et coopérateurs ne bougent pas, ils vont être confrontés à un problème majeur d’image, y compris localement ! Leur « zéro résidu pesticides » mis en avant pour les consommateurs risque fort de ne pas suffire, surtout que ce label n’est accordé que pour une partie des cultures !

Les chiffres publiés indiquent une utilisation massive de pesticides dans l’île, la monoculture quasiment obligée, sur des surfaces agricoles allant en diminuant, en est vraisemblablement une des causes directes. Le nombre important de nématodes (certains vers parasites s’attaquant aux racines des plantes, plus spécifiquement aux plants de tomates ou de pommes de terre) présents dans le sol est le plus gros problème des cultivateurs. Les solutions :

  • usage de produits nématicides comme le Dazomet (tonnage impressionnant dans l’île), ce produit n’est pas classé CMR (cancérigène, mutagène, toxique pour la reproduction) mais lui et ses métabolites ont forcément un impact environnemental (milieux aquatiques, ruissellements et nappes phréatiques) et comme ils ne sont pas spécifiques, ils éliminent tous les nématodes, les nuisibles comme les utiles (ceux qui contribuent au bon fonctionnement des cycles du sol).
  • rotations longues des cultures, appuyées par des pratiques agroécologiques. Les recommandations pour lutter contre les nématodes préconisent de pratiquer des rotations de 4 ou 5 ans minimum ; sans doute difficile à mettre en œuvre dans la mesure où les surfaces disponibles à la culture sont en régression. La « surface agricole utile » de l’île est passée de 799 ha en 2010 à 720 ha en 2020 (source : recensement agricole), soit une régression de près de 11%.
  • recherche d’outils techniques tels que les injections de vapeur sous pression mises en place par la Coopérative Agricole de l’île depuis quelques années. Cette technique, non-sélective, tue les organismes nuisibles ET les organismes utiles du sol. Le fait de faire le vide dans la biodiversité peut favoriser la recolonisation par de nouveaux bio-agresseurs… Le recours aux pesticides est diminué mais le coût énergétique est élevé. Qui plus est, cette technique génère des émissions de CO2. Cela ne paraît pas vraiment durable…

La Coopérative en a-t-elle tiré un bilan ? Comment cela s’inscrit-il, ou pas, dans une stratégie plus globale ? Il serait sans doute intéressant de pouvoir en discuter mais nous en revenons à notre constat de départ sur la communication avec elle !

En annexe, voici une carte (également publiée sur cette même page Ouest France) montrant la fréquence d’utilisation des pesticides dans le département de Vendée. Si notre département apparait bon élève par rapport aux autres territoires nationaux, deux points noirs apparaissent nettement (en rouge foncé sur la carte) Noirmoutier en l’Ile et une petite commune du sud-est de la Vendée. Les charmes des paysages de notre île cachent de bien sombres réalités.

Vivre l’Ile 12 sur 12: Conseil d’Administration et Bureau

Suite à l’assemblée générale du 23 août 2022 qui a renouvelé le Conseil d’Administration et conformément aux statuts, les administrateurs ont procédé, le 10 septembre 2022, à l’élection du nouveau bureau qui se compose désormais de la sorte :

Président : ANDROMAQUE Alain

Vice-présidente : DAMOUR Annik

Secrétaire : GUERIN DAVIET Maryvonne

Trésorier : DECOBERT Michel

Membres: BEAUCHÊNE Marie Thérèse, CITEAU Pierre, PALVADEAU Jean-Marie

Elisabeth GOUALIER et Bernard PONCELET  viendront, en soutien technique, renforcer le conseil d’Administration.

https://www.12sur12.org/wp-content/uploads/2022/10/AG-2022_MD_site.pdf

Biodiversité et Santé 

L’APNO vous invite

PRESERVER LA BIODIVERSITE C’EST PROTEGER NOTRE SANTE

 Savez vous que la destruction de nos écosystèmes est à l’origine du Covid 19

 Prix Albert Londres en 1995 pour un documentaire sur le trafic d’organes, prix Rachel Carlson pour son action en faveur de l’environnement, la journaliste-réalisatrice Marie Monique Robin vient présenter son film événement « La fabrique des Pandémies »

 LE 10 NOVEMBRE 2022 A 20H30 au cinéma Le Palace aux Sables d’Olonne

Evénement unique en Vendée. Marie Monique Robin est invitée par l’Association de Protection de la Nature au Pays des Olonnes (APNO)dans le cadre de ses 50 ans. A l’issue de la projection, vous pourrez échanger, débattre avec elle.

C’est l’occasion de mieux comprendre le lien entre l’effondrement de la biodiversité et les pandémies et de s’interroger tous ensemble sur les nouveaux enjeux auxquels est confrontée l’humanité.

L’Office Français de la Biodiversité s’y intéresse

https://www.ofb.gouv.fr/actualites/la-fabrique-des-pandemies

Marie Monique Robin en parle sur Arte

https://www.arte.tv/fr/videos/109889-001-A/epidemie-de-pandemies-marie-monique-robin-lance-l-alerte/

Interview dans Reporterre

https://reporterre.net/Marie-Monique-Robin-la-biodiversite-contribue-a-proteger-notre-sante

Article de Serge Morand, écologue de la santé au CNRS et intervenant dans le film :

https://www.cirad.fr/les-actualites-du-cirad/actualites/2021/serge-morand-biodiversite-et-emergence-de-maladies

Informations sur le film et billetterie en ligne :

https://apno.fr/2022/05/12/fabrique-des-pandemies/

Billetterie en direct :

Dimanche 30 octobre au marché paysan, salle de la Salorge à l’Ile d’Olonne (10h/18h)

Contact pour tout renseignement : 06 12 66 05 55

La Berche ; zone humide à défendre

Nous avons été alertés, début 2022, par une avancée des cultures sur une partie de la zone humide de La Berche, protégée par la convention RAMSAR et en site Natura 2000*.  La confrontation des documents et l’observation sur le terrain, la ligne électrique servant de repère, ont confirmé cette alerte.

Vivre l’Ile 12 sur 12 a signalé cette atteinte à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) en charge de la protection, entre autres, des zones humides. L’association vient de reprendre contact avec la DDTM pour s’informer de son action.

Rappel juridique: Les travaux sur une zone humide, comme un comblement, sont régis par l’article L212-1 du code de l’environnement : soumis au régime de déclaration pour une surface entre 0.1 hectare et 1 hectare, au régime de l’autorisation, pour une surface supérieure à 1 hectare.

*voir notre article du 12 février 2022, catégorie « zones humides »

Nos documents:

Zone humide RAMSAR, La Berche
La Berche, Natura 2000
Photo montrant la culture sur la zone 17.03.2022

Notre courrier à la DDTM:

https://www.12sur12.org/wp-content/uploads/2022/10/courrier-DDTM-La-berche-24-03-22.pdf

Rappel sur l’importance des zones humides :

La survie de nombreuses espèces végétales et animales dépend directement de la présence des milieux humides et de leurs richesses. Les milieux humides sont des amortisseurs du changement climatique. Ils stockent le carbone atmosphérique, empêchant de grandes quantités de CO2 de rejoindre l’atmosphère. Ils absorbent l’eau et freinent sa circulation, réduisant ainsi les crues et les inondations. Ces écosystèmes sont un rouage essentiel du cycle de l’eau à l’échelle de la Terre.

L’urbanisation, l’intensification de l’agriculture et de la production forestière, le drainage, l’aménagement des cours d’eau, le prélèvement d’eau, l’extraction de matériaux et l’assèchement sont, entre autres, les menaces qui existent sur les zones humides.

http://www.zones-humides.org/entre-terre-et-eau/une-zone-humide-c-est-quoi

https://agriculture.gouv.fr/les-zones-humides-atout-pour-la-biodiversite-leau-et-les-territoires

Sentinelles de la nature : une réunion pour découvrir / s’approprier l’outil

Communication de

La plate-forme Sentinelles de la nature est un outil fédéral de France Nature Environnement aujourd’hui déployé sur tout le territoire métropolitain.
En lien à l’équipe de notre fédération régionale, nous vous proposons une réunion départementale pour présenter la plateforme aux bénévoles intéressés.
Il s’agira notamment d’en expliquer le fonctionnement, les objectifs visés, et les nouvelles fonctionnalités mises en place.
Cette réunion se tiendra à La Roche-sur-Yon le mercredi 12 octobre, de 14h30 à 17h30.
Le nombre de places étant limité, merci de bien vouloir vous inscrire par retour de mail.
cordialement,
FNE Vendée

Ile de Noirmoutier et eau potable

Le 22/08/2022, Vendée Eau nous informait par l’intermédiaire de la SAUR sur la qualité de l’eau potable et nous précisait les recommandations nécessaires pour consommer l’eau du robinet.

Les réserves, situées à l’est du département de la Vendée, sont au plus bas. Sécheresse et canicule en sont les causes principales. L’éloignement de ces réserves nécessite de longues canalisations (> 150 km), les fortes chaleurs imposent un traitement par chloration plus intense, d’où la présence dans l’eau de résidus toxiques à des taux inhabituels.

La surpopulation de l’île et, par conséquent, la surconsommation de ce bien commun est évidemment une cause de la baisse alarmante des réserves d’eau potable. « Vivre l’Ile 12 sur 12 » alerte depuis des années sur la nécessité de revoir sérieusement la capacité d’accueil de l’île au vu des infrastructures existantes.

Voici le message de Vendée Eau et le lien permettant de suivre la situation :

 « Sur les 4 communes de l’île de Noirmoutier, la limite réglementaire pour les THM (100 μg/l microgrammes par litre) est ponctuellement dépassée. Le 18/8/22, la concentration en THM a atteint 107 μg / litre. Par conséquent, en lien avec l’Agence Régionale de la Santé (ARS), Vendée Eau, par précaution, communique les recommandations suivantes valables pour l’ensemble de l’île de Noirmoutier. »

« S’agissant d’un risque sanitaire non immédiat, compte tenu que le dépassement est modéré et ponctuel et que les THM sont volatils, il n’est pas nécessaire de cesser de boire l’eau du robinet dès lors que vous prenez la précaution suivante : pour favoriser l’élimination dans l’air des THM dissous dans l’eau, laissez reposer pendant 24 heures à température ambiante (et non au réfrigérateur) l’eau du robinet dans une carafe ouverte (car la surface de contact eau/air est plus étendue que dans une bouteille). Pour les autres usages (cuisine, hygiène corporelle, etc.), vous pouvez, sans risque d’exposition significative aux THM, utiliser l’eau du robinet. »  

Cette recommandation est effective jusqu’à ce que les concentrations en THM repassent sous le seuil réglementaire (information sur le site web vendee-eau.fr, en actualités).    

https://www.vendee-eau.fr/actualites/ile-de-noirmoutier-seuil-thm/

L’île de Noirmoutier : la vie avant de couler

Article de Maïwenn Lamy, extrait du journal « Reporterre »

L’île de Noirmoutier, située aux deux tiers sous le niveau de la mer, est condamnée par la montée des eaux. En attendant, la population apprend à vivre avec des risques accrus d’inondation.

2 membres du CA de « Vivre l’Ile 12 sur 12 » ont reçu cette journaliste. Elle a publié son article dans la revue « Reporterre ».

Voici le lien vous donnant l’accès à cet article:

https://reporterre.net/A-Noirmoutier-la-vie-avant-de-couler

Notre Assemblée Générale: 23 août 2022

L’Association « Vivre l’île 12 sur 12 » a le plaisir de vous convier à sa réunion d’Assemblée Générale Ordinaire

le mardi 23 août 2022 à partir de 18 H 00

Salle Ganachaud, près de la mairie annexe de l’Herbaudière à Noirmoutier-en-l’Ile

Salle mise à notre disposition avec le soutien de la mairie

Sous réserves des conditions sanitaires

La santé de vos enfants sur l’Ile de Noirmoutier

La Coordinatrice du Plan Local Unique Santé Social de la Communauté de Communes de l’Ile de Noirmoutier souhaite recueillir vos attentes et besoins sur le territoire de l’Ile de Noirmoutier concernant : les modes de garde, la santé de votre/vos enfant(s), l’offre de prévention, les loisirs, la parentalité et l’accès aux droits.

Il y a, notamment, une page interrogeant sur la santé environnementale et les risques possibles dus aux différentes pollutions.

Voici le lien de ce questionnaire: https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx…

N’hésitez pas à faire suivre ce message.

Muret du père Crêpier : rejet du recours pour un motif de pure forme

Le bras de fer engagé par Vivre l’Ile 12/12 pour empêcher la démolition du muret protégé de la rue du père Crêpier au Vieil vient de s’achever d’une façon bien frustrante : alors que la cour administrative d’appel de Nantes avait fort logiquement annulé le permis en considérant que la protection juridique attachée à ce muret empêchait sa démolition, le Conseil d’État a annulé cet arrêt aux motifs que les statuts de l’association ne lui donnent pas intérêt à agir contre un tel permis. C’est la totale incompréhension.

En 2016, le maire de Noirmoutier-en-l’Ile délivrait pour une maison individuelle un permis de construire autorisant la démolition d’un mur de pierres au caractère patrimonial reconnu par la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). Vivre l’Ile 12/12 contestait ce permis en justice afin de faire respecter la ZPPAUP. Par arrêt du 16 février 2021, la cour administrative d’appel de Nantes lui donnait raison en annulant le permis de construire, constatant de façon parfaitement logique qu’une telle démolition allait parfaitement à l’encontre des enjeux patrimoniaux défendus par la ZPPAUP. Le bénéficiaire du permis formait néanmoins un pourvoi à l’encontre de cet arrêt devant le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative française.

Rendu le 12 avril 2022, le verdict désole profondément les bénévoles de notre association : le Conseil d’État annule en effet l’arrêt d’appel, non pas en considérant juridiquement inexact son raisonnement quant à l’illégalité du permis de construire, mais en estimant que notre association n’a pas intérêt à agir contre un tel permis de construire. D’après le Conseil d’État en effet, les stipulations des statuts de l’association qui lui confèrent pour buts d’ « assurer la protection du patrimoine traditionnel », de « veiller au bon équilibre des intérêts humaines, sociaux, culturels, scientifiques, économiques, sanitaires et touristiques » et d’ « agir en faveur du respect du code de l’urbanisme, du code du patrimoine et du code de l’environnement » ne caractérisent pas un « intérêt suffisant pour demander l’annulation du permis de construire en litige ».

A se demander si les juges ont lu notre recours qui contestait ce permis précisément parce qu’il autorise la destruction d’éléments majeurs du patrimoine de l’ile…

Cette décision malheureuse s’inscrit hélas dans la lignée de régressions continues des possibilités d’action des associations à l’encontre d’autorisations d’urbanisme, matérialisées, en particulier ces dernières années, par plusieurs lois et décrets visant à complexifier les possibilités pour les associations de saisir la justice pour faire respecter le droit. Cette tendance, critiquée par plusieurs associations dont notre fédération nationale France Nature Environnement, interroge quant à l’effectivité du droit à la justice en matière d’urbanisme. Faire respecter le droit de l’environnement et du patrimoine sur le terrain, faute pour les autorités de le faire, devient désormais de plus en plus difficile pour nos bénévoles, naturellement découragés par une telle situation.

Notre ami Le Hérisson

La bestiole suscite la sympathie, mais au-delà de ça c’est un indicateur de l’état de santé de notre environnement. Alors, prêtez-y attention !

Hérisson FNECommunication de France Nature Environnement Vendée http://www.fne85.fr/

[#VendrediBiodiv] On ne le présente plus : cela fait 54 ans que c’est notre mascotte ! Si vous avez la chance d’en avoir un dans votre jardin, vous connaissez bien ses habitudes nocturnes, son rôle précieux pour vous débarrasser des limaces et autres insectes, et les petits nids douillets qu’il aime se créer dans les tas de branches ou de feuilles.

Comme toutes les espèces, il est impacté par les activités humaines : on estime que l’intoxication aux pesticides/herbicides et les collisions routières sont responsables de plus de la moitié de la mortalité des hérissons.

Pourtant, les données scientifiques manquent. C’est pourquoi France Nature Environnement a lancé l’Opération Hérisson, un programme de science participative permettant de recenser les hérissons, de suivre l’évolution de sa population et de mieux comprendre ses habitudes.

 N’oubliez pas que le hérisson est un animal sauvage : moins on le dérange, mieux il se porte !Le Hérisson

Projet de piste cyclable entre le Port Morin et le Luzay

Le 31 mars dernier, la Communauté de Communes de l’Ile de Noirmoutier (CCIN) a invité les représentants des sauniers de l’île pour leur présenter un projet de construction en dur d’une piste cyclable traversant le marais.

Vivre l’Ile 12 sur 12 n’était pas conviée. La présidente de la Coopérative de Sel nous a aimablement informés en nous demandant quelle était notre position sur ce projet.

Ce projet n’est pas nouveau et a été ressorti des tiroirs ! Sous l’ancienne mandature, la CCIN l’avait déjà proposé avec une concertation plus large. La réaction des acteurs concernés (sauniers, ONF, associations environnementales) avait conduit à l’abandon du projet.

Notre position sur le sujet n’a pas évolué. Après discussion, le Conseil d’Administration de Vivre l’Ile 12 sur 12 est unanime pour estimer que « le charraud actuel convient à la simple balade en vélo sans perturbation de l’activité économique du sel ; il n’a pas besoin, pour répondre à une sollicitation touristique, d’une artificialisation ou normalisation avec un gabarit et un revêtement pouvant certainement répondre à des critères pour obtenir des financements par subventions d’Etat » (extrait du compte-rendu du CA du 09/04/2022).

Actuellement, piétons et cyclistes empruntent déjà ce charraud pour découvrir le marais et sa nature. L’élargir et le recouvrir d’un macadam va tendre à transformer ce chemin en « autoroute à vélos ». Cela n’est pas compatible avec notre idée du marais, espace naturel protégé.

Par contre, un entretien plus régulier des charrauds du marais pour en réduire les trous et ornières, une signalisation légère seraient un plus pour les promeneurs qui aiment découvrir et traverser le marais à pieds ou à vélo. Dans le même esprit, un contrôle plus assidu de la circulation motorisée non autorisée dans ce marais serait le bienvenu.

Le pont neuf dans le marais Le Pont Neuf, marais de l’Ile de Noirmoutier

Projet de covoiturage dans l’Ile de Noirmoutier

Nous vous communiquons ce projet à la demande de SELid’HER.

SELid’HER le système d’Échange Local de l’Ile de Noirmoutier réfléchit à promouvoir un système solidaire, ouvert à tout intéressé, de transport entre les villages de l’Ile pour pallier à l’absence de transports  publics hors saisons.

Voici une note d’information à ce sujet :

Note SELid’HER du projet de STOP ORGANISÉ sur l’Ile de Noirmoutier

L’objectif de cette enquête est de mieux connaître sur environ un millier de personnes interrogées (une dizaine d’associations) le besoin de la population du territoire. Et de savoir si l’opération peut être un succès. Et à inciter notre communauté de commune  à la développer pour le bien de tous les habitants de l’Île.

SELid’HER vous propose, si vous le souhaitez, de répondre à ce questionnaire :

https://framaforms.org/enquete-covoiturage-solidaire-courte-distance-a-linterieur-de-lile-de-noirmoutier-1646149408

plus d’informations:   projetstoporganiseno-selidher

Notre action contre le PLU de L’Epine : le secteur de La Cacou

Vivre l’Ile 12 sur 12 avait formulé un recours gracieux à l’encontre de la délibération du Conseil Municipal de L’Epine (28/06/2021) approuvant le PLU communal (voir l’article du 30/08/2021 sur notre site). Le Président de la Communauté de Communes de l’Ile de Noirmoutier, par courrier du 22/10/2021, nous a signifié le rejet de ce recours gracieux.

Pour Vivre l’Ile 12 sur 12, les réserves du Commissaire Enquêteur n’ont pas été levées dans le PLU approuvé par le Conseil Municipal. L’association retient trois zonages illégaux dans sa revendication, ce sont : le secteur de la Cacou, le camping de La Bosse et la zone située au Nord-Est du port de Morin.

Le 22/12/2021, Vivre l’Ile 12 sur 12 a saisi le Tribunal Administratif de Nantes d’un recours en annulation de la délibération du conseil municipal de L’Epine approuvant ce PLU.

Dans un premier temps, nous souhaitons vous présenter l’argumentation que nous avons bâtie et soumise à notre avocat et conseil pour défendre et protéger le secteur de la Cacou.

Ce secteur de végétation est la partie sud d’un marais dont elle est séparée par la route surélevée du Port de Morin. Il constitue une zone humide régulièrement inondée en hiver. Le PLU prévoit pourtant d’urbaniser, à vocation d’habitat, cette zone (32 logements minimum). Pour l’association, l’erreur d’appréciation est manifeste.

Voici, sous ce lien, les éléments de notre argumentation :   OAP La Cacou_Requête

Journée mondiale des zones humides Soirée Ramsar, baie de Bourgneuf

La convention de Ramsar, officiellement convention relative aux zones humides d’importance internationale (entre autres comme habitats des oiseaux d’eau), couramment appelée convention sur les zones humides, est un traité international adopté le 2 février 1971 à Ramsar, en Iran, pour la conservation et l’utilisation durable de ces zones humides. Il vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative sous la désignation de site Ramsar.

Pour commémorer cette signature, chaque année, le 2 février, la Journée mondiale des zones humides est célébrée.

Pour fêter cette journée, le Syndicat Mixte de la Baie de Bourgneuf (SMBB), acteur du développement du bassin versant de la Baie de Bourgneuf, propose une soirée grand public, en partenariat avec la commune de Barbâtre.

Vous êtes attendus nombreux le vendredi 25 février 2022, 20h

Salle du village club Miléade-204 rue de l’estacade à Barbâtre

pour une conférence consacrée à la biodiversité de la baie de Bourgneuf

Venez échanger avec Anne-Laure Barillé, océanographe et Marion Rabourdin, ornithologue sur l’incroyable biodiversité de la baie de Bourgneuf. Récifs d’hermelles, herbiers de zostères et limicoles n’auront plus de secret pour vous.

Soirée Ramsar 25.02.2022

Film : découvrez en 5 min le site Natura 2000 et Ramsar et son extraordinaire biodiversité !

Meilleurs Vœux 2022

Vivre l’Ile 12 sur 12, avec un peu de la nature et du patrimoine de notre ile, vous souhaite une belle et heureuse année.Voeux 2022

et vous propose une réflexion :

Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l’argent ne se mange pas. (Geronimo)

 

Anciennes canalisations de l’usine Cassegrain à l’Herbaudière

Charles Cassegrain (1831-1902), charcutier, originaire d’Artenay dans le Loiret, s’installe en 1856 à Saint-Sébastien-sur-Loire près de Nantes où il crée, en 1868, sa première conserverie (en fait confiserie, voir le lien Rappel historique*). Celle de l’Herbaudière est ouverte, dans les années 1880, au quartier du « Corps de Garde », au 25 de la rue du Port.

Usine Cassegrain L'Herbaudière 1930Saupiquet rachètera Cassegrain en 1966 avant de tomber dans l’escarcelle de Bonduelle en 1989…Les locaux de l’ancienne conserverie de l’Herbaudière sont occupés, depuis 1965, pour partie, par l’entreprise de menuiserie et charpente de Roger Ganachaud et de ses deux fils. Une seconde partie des bâtiments et terrains de l’ex-Cassegrain est reprise par le Chantier naval Charles Marine qui s’y est installé depuis 1998.                        *Rappel historique sur la sardine à Noirmoutier : https://lachaloupe.pagesperso-orange.fr/regates/rbc_2005/sardine/sardine_histoire.htm

Nous avons là une belle page de l’histoire de Noirmoutier. Malheureusement, le démantèlement de ces usines n’a pas été complet. Des vestiges délétères subsistent, sur la plage du Luzan, vous pouvez remarquer de vielles canalisations rouillées qui vont à la mer. Vivre l’Ile 12 sur 12 a contacté la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) pour que son secteur des Affaires maritimes prenne en charge le retrait de ces tuyaux dangereux.

Voici le courrier illustré par nos photos qui leur a été envoyé :                                           Estran Luzan Cassegrain_DDTM

Réhabilitation des sentiers littoraux

Fin 2020, l’Etat  a initié le projet Sentier du littoral « France vue sur mer », élaboré dans le cadre du plan de relance, le projet dont le pilotage a été confié au Cerema (Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), sera doté d’une première enveloppe de 5 millions d’euros.

Ligne sinueuse épousant les côtes, le sentier du littoral s’inscrit dans les traces de l’ancien « sentier des douaniers ». L’attractivité des sites littoraux le remet au premier plan.

Ce sentier ouvre la possibilité aux promeneurs d’un jour, ou aux randonneurs au long cours, de profiter de points de vue et d’accès uniques sur la mer et sur la diversité des paysages littoraux, riches en biodiversités, mais fragiles.

Plusieurs associations locales dont Vivre l’Ile 12 sur 12 ont pensé que notre ile devait se saisir de cette main tendue comme d’une opportunité pour associer sécurité et préservation du littoral. Un courrier cosigné par toutes ces associations a été envoyé à Monsieur le Président de la Communauté de Communes de l’Ile de Noirmoutier.

Voici ce courrier :       Lettre à la CCIN 30.09.2021

littoral Noirmoutier

Usage des produits phytosanitaires

Lors de notre dernière Assemblée Générale (24 août 2021), nous avons rappelé à nos adhérents que notre action sur l’utilisation agricole des pesticides était et restera un des sujets principaux de notre mobilisation. La protection des riverains et de la biodiversité est pour nous incontournable.

Nous en avons discuté avec la représentante du Courrier Vendéen. Voici l’article qui en a découlé :article CV 21.10.21 phytosanitaires

Assemblée Générale Ordinaire de Vivre l’Ile 12 sur 12

Elle s’est tenue le 24 août 2021 dans la salle Ganachaud à L’Herbaudière. Au vu du contexte pandémique, les mesures barrières, le port du masque et la présentation d’un passe sanitaire nous étaient imposées.

Cette assemblée a statué sur la gestion du Conseil d’Administration au cours de l’exercice 2020. Après validation du rapport d’activités et du bilan financier, quitus a été donné au CA pour sa gestion. Le Conseil d’Administration a été reconduit dans son entier.

Un intéressant temps d’échange avec les participants sur des sujets cruciaux pour notre ile a pu être mené. Les discussions sur la protection de notre environnement, l’urbanisme galopant, la réglementation de l’utilisation des pesticides ou l’usage excessif du plastique ont été enrichissantes.

Voici un lien vous donnant un aperçu du diaporama présenté (rapport d’activité, activités 1er semestre 2021 et orientations pour les mois à venir) :

CR AG 2021 diffusion

Le Courrier Vendéen a publié dans ses pages du 23.09.2021, cet article sur notre AGO:

AGO Vivre l'Ile Courrier Vendéen 23.09.2021

 

Pulvérisation hors la loi de produit phytosanitaire

Cheminant, fin mai, au niveau des Grandes Roussières, notre vice-président a été arrosé par les pulvérisations en cours sur un champ voisin. Un vent d’environ 60km/h était annoncé par la météo. La police municipale alertée n’a pas voulu se déplacer pour constater cette action.

Un courrier a été envoyé à Monsieur le Maire de Noirmoutier et au directeur de la Coopérative agricole pour faire état de cette violation du Code Rural dont un article (L253-7-1) traite, entre autres, de l’interdiction de traiter par pulvérisation par vent de vitesse supérieure à 19km/h

Voici ce courrier :Lettre au Maire et à la Coopérative agricole 21.05.2021

Seule la mairie nous a répondu fin juillet, arguant qu’un tel constat, ne rentrait pas dans le domaine de compétence de la Police Municipale et suggérant la mise en œuvre d’une démarche citoyenne.

Voici cette réponse de la mairie :Réponse Mairie au courrier sur épandage par vent fort 30.07.2021

Et, suite à sa lecture décevante, celle de Vivre l’Ile 12 sur 12 … à suivre

Lettre au Maire réponse 06.09.2021

Plan Local d’Urbanisme de l’Epine

Suite à sa consultation au titre de Personnes Publiques Associées en mars 2020 et à sa participation à l’enquête publique du 15 juillet au 15 août 2020, Vivre l’Ile 12 sur 12 estime que ses observations n’ont pas été prises en compte dans le PLU validé par le Conseil Municipal de l’Épine, fin juin 2021. La plupart de ces observations étaient reprises dans les réserves du Commissaire Enquêteur. Vivre l’Ile dépose donc un Recours Gracieux auprès du Maire de l’Épine. Vivre l’Ile demande le retrait de ce PLU. Voici le lien pour prendre connaissance de ce recours:

PLU l’Epine recours gracieux signé_08.2021

Miléade à Barbâtre

Le groupe Miléade (nombreux villages vacances et hôtels en France) a repris le site de l’ancien village vacances Michelin à Barbâtre. Miléade a entièrement rénové ce site touristique situé dans la pinède, à 500m de la plage. L’architecture des bâtiments est loin du standard noirmoutrin mais c’est le grand parking complètement recouvert d’enrobé et bordé de clôtures en béton qui choque le plus. Devant les observations, Monsieur le Maire de Barbâtre a affirmé (Courrier Vendéen du 10 juin 2021) que « le projet avait été débattu, accepté et approuvé »… notamment par les associations Vivre l’Ile 12 sur 12 et les Amis de Noirmoutier qui auraient qualifié ce projet de « bien intégré »!! vous imaginez notre stupeur à la lecture de cet article.

Vivre l’Ile 12 sur 12 a aussitôt demandé la publication d’un démenti dans l’édition suivante:Miléade déménti Vivre l'Ile_d

Résidence ALKALI à Noirmoutier

Souvenez-vous, à l’angle des rues Joseph Pineau et du Puits Neuf se trouvait l’ancienne propriété du Dr Poignant, vieille maison à l’architecture peu noirmoutrine mais entourée d’un magnifique terrain fleuri et arboré.

Bouygues Immobilier a pu acquérir ce joli espace et, avec la bénédiction de l’ancienne municipalité et de l’Architecte des Bâtiments de France, y a édifié une résidence monolithique. Pour mémoire, une diapositive que nous avions diffusée à l’époque:Projet Poignant - Alkali

Cette résidence est maintenant terminée et les propriétaires ou locataires commencent à emménager. Notre constat: outre une conformité qui va certainement poser de gros problèmes au service Urbanisme de la mairie, nos craintes, quant aux problèmes de circulation générés par l’accroissement du nombre de véhicules et l’entrée « tunnel » de cette résidence, se confirment. Nous avons écrit à Monsieur le Maire de Noirmoutier pour lui en faire part. Nous espérons que les actions indispensables qui seront prises seront efficaces.  Voici ce courrier:

Après Odalys et son village de vacances multi étoilé – Alkali

Loi Climat, la marche d’après

Marchons ensemble le dimanche 9 mai pour dénoncer le manque d’ambition du projet de loi Climat et Résilience face à l’urgence climatique.

Loi Climat Dimanche 9 mai 2021

Le projet de loi Climat et Résilience a été voté en première lecture à l’Assemblée nationale. Malgré les pistes de progrès suggérées notamment par France Nature Environnement avec de nombreuses propositions et une forte mobilisation citoyenne pour améliorer le texte, le résultat n’est pas à la hauteur des enjeux.

Voir le texte complet: https://www.fne-pays-de-la-loire.fr/loi-climat-la-marche-dapres/

Le dérèglement climatique et la montée des eaux mettent l’île de Noirmoutier en première ligne. C’est pourquoi nous avons décidé de nous joindre à une marche Nationale pour faire la lumière sur les engagements de l’Etat pour lutter contre le changement climatique, et faire entendre notre voix.

https://www.facebook.com/events/noirmoutier/loi-climat-la-marche-dapr%C3%A8s-noirmoutier/2881756105430936/

Notre marche à Noirmoutier en l’Île démarrera à 15h00 devant la mairie.

Mesures sanitaires : le masque est obligatoire tout au long de ce rassemblement. Nous vous demandons de bien respecter les distances barrières.

Exigez une motion pour la non application des lois ALUR et ELAN aux îles !

L’Association Vivre l’île 12 sur 12 a lancé cette pétition adressée aux Ministre de l’Ecologie, Sénateurs et Députés.

La loi ALUR en voulant  répondre aux besoins en logement dans les lieux où vivent et travaillent des gens a supprimé la notion de surface minimale pour ouvrir droit à la construction. Dans son esprit, c’est une bonne loi pour la ville, pour lutter contre le «mal logement» et d’autant qu’elle se voulait aussi un moyen d’éviter l’ouverture de nouveaux espaces à l’urbanisation. Mais cette suppression des surfaces minimales transposées aux espaces convoités que sont les îles et plus largement le littoral est une catastrophe….

Suite sur ce lien:

http://chng.it/kYVs6kLL59

 

Nous comptons sur vous pour nous aider en signant cette pétition. Merci.

Les règles d’épandage de pesticides invalidées par le Conseil constitutionnel

Le Conseil donne raison aux associations de défense de l’environnement (dont France Nature Environnement) qui combattent depuis plus d’un an un arrêté et un décret du gouvernement qu’elles jugent très insuffisamment protecteurs. Les distances minimales à respecter entre aires de traitement et habitations avaient été déclarées « totalement inefficaces » par les ONG et les maires à l’origine de nombreux arrêtés anti pesticides.

Consultez les liens suivants :

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/pesticides-le-conseil-constitutionnel-retoque-les-derogations-aux-distances-d-epandage-et-donne-raison-aux-ong-ecologistes_4339251.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/19/pesticides-le-conseil-constitutionnel-invalide-les-chartes-d-engagements-du-gouvernement_6073702_3244.html

Coopérative Agricole et plastique

Bel article dans Ouest France sur la Coopérative agricole de Noirmoutier, ses administrateurs affirment vouloir remplacer les contenants et emballages plastiques à partir de 2025 avec pour objectif, zéro emballage plastique à l’horizon 2040 !

IMG_20210315_114335_p

Nous ne voulons pas être ironiques mais sourions tout de même à cette annonce. Il suffit de se promener au long des routes et sentiers de notre ile pour voir les paysages transformés en océan de plastiques. Voyez vous-mêmes et consultez les liens, les nanoparticules de plastiques n’existent pas uniquement dans le milieu marin:

photos prises à Noirmoutier en mars 2021.

Champ de pommes de terre Noirmoutier mars 2021 -2 Champ de pommes de terre Noirmoutier mars 2021 -1

https://www.numerama.com/sciences/632582-la-pollution-plastique-menace-aussi-les-plantes-et-au-passage-notre-alimentation.html

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/les-nanoplastiques-presents-dans-le-sol-nuisent-aux-plantes_145611

Décès d’Anne Marie GRIMAUD

 Annik DAMOUR, notre présidente, lors du dernier conseil d’administration nous a annoncé le décès récent d’’Anne Marie GRIMAUD. Anne-Marie était un pilier du monde associatif pour la protection de l’environnement, co-fondatrice de COORLIT, puis secrétaire incontournable et infatigable au sein de FNE Vendée. Anne-Marie était aussi un soutien fort et constant de « Vivre l’Ile 12 sur 12 »; c’est une perte inestimable et triste pour le mouvement associatif de la Vendée. Vivre l’Ile 12 sur 12 s’associe à la peine de ses proches et de tous ses amis.

Voici l’article paru en sa mémoire dans l’édition du 9 mars de Ouest France:

Anne Marie GRIMAUD 04.03.2021

et l’hommage rendu à Anne-Marie par France Nature Environnement Vendée:

Hommage à Anne-Marie Grimaud FNE85

Épopée Père Crêpier : Vivre l’Ile 12 sur 12 ira jusqu’au bout !

La défense du patrimoine traditionnel de l’Ile de Noirmoutier est l’une des raisons d’être qui font la notoriété de Vivre l’Ile 12 sur 12, elle figure en bonne place dans ses statuts et c’est vers Vivre l’ile 12 sur 12 que se tournent les amoureux des richesses patrimoniales noirmoutrines quand elles sont menacées.  C’est donc tout naturellement que Vivre l’Ile est monté aux créneaux en découvrant, en août 2016, que le Maire de Noirmoutier en l’Ile avait délivré un Permis de Construire  au 17bis rue du Père Crêpier dans le hameau du Vieil qui prévoyait la démolition d’une importante partie d’un long mur de pierres sèches. Ces vieux murs sont l’une des richesses héritées du temps où le Vieil était un typique village de pêcheurs. Le comble dans cet arrêté est qu’il était validé par l’Architecte des Bâtiments de France censé agir pour protéger le patrimoine.

Dans les règlements d’urbanisme de Noirmoutier en l’Ile existe un document nommé « Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain » ou ZPPAU, il existe depuis 1991 et a été revalidé en octobre 2017 par ce même Maire de Noirmoutier (et son Conseil Municipal). Les quartiers anciens de Noirmoutier, le centre et le front de mer du Vieil font, entre autres, nommément parties de ce périmètre à caractère urbain protégé. L’article 7 de cette section précise bien pour les clôtures que « Les murs de maçonnerie de pierre existants seront soigneusement conservés et restaurés… »

Dans son préambule, le règlement ZPPAU précise également qu’ « une fois la zone de protection créée, les prescriptions qu’elle contient s’imposent aussi bien à l’Architecte des Bâtiments de France et après lui à l’Autorité compétente pour délivrer les autorisations ». De toute évidence cet article important n’a pas été observé ! Nos démarches et recours auprès de la mairie et visite à l’Architecte des Bâtiments de France furent vains, ce dernier avait même affirmé aux administrateurs que le mur en question n’avait pas de valeur architecturale.

Seule solution restante dans laquelle Vivre l’Ile 12 sur 12 s’engagea : la voie judiciaire longue, complexe et, bien sûr, incertaine.  Par un jugement le 9 juillet 2019, le Tribunal Administratif de Nantes rejeta les requêtes de l’association et d’une personne du voisinage, réfutant même à Vivre l’Ile la possibilité d’intervenir. Vivre l’Ile 12 sur 12 et ses conseils décidèrent de faire appel de cette décision. Cette ténacité fut récompensée car, à la Cour Administrative d’Appel de Nantes, lors de l’audience du 26 janvier 2021, le Rapporteur Public a non seulement argué que l’Association avait pouvoir d’intervention et, également, lui a donné raison sur le fait que le permis de construire délivré par la mairie de Noirmoutier en l’Ile méconnaissait et violait les articles du Règlement de la ZPPAU. Le jugement, mis en délibéré, fut rendu le 16 février 2021 : la Cour Administrative de Nantes a décidé que le jugement du 9 juillet 2019 et l’arrêté d’août 2016 par lequel le Maire de Noirmoutier en l’Ile a accordé le permis de construire étaient annulés. La commune de Noirmoutier est tenue de verser à l’association Vivre l’Ile 12 sur 12 une somme de 1500€. La partie adverse a 2 mois pour se pourvoir en cassation contre cet arrêt devant le Conseil d’État. La partie continue mais le vent semble désormais souffler dans la bonne direction. Outre leur satisfaction, les administrateurs de Vivre l’Ile 12 sur 12 espèrent que ce jugement fera jurisprudence dans le respect des règles de défense et protection des richesses patrimoniales.

Pour mémoire voici des photos du mur avant et après sa destruction:Mur du Père Crêpier avant après

Enfin voici l’arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Nantes donnant raison à Vivre l’Ile 12 sur 12: Arrêt CAA Nantes 16.02.2021

Construction à l’angle de la rue du Robinet (Noirmoutier en l’Ile)

« Les murs de maçonnerie de pierres existants seront soigneusement entretenus et conservés » pouvons nous lire dans le Règlement de la ZPPAU. Nous en avons un exemple à l’angle de la Rue du Robinet dans le périmètre du château à Noirmoutier en l’Ile. L’émoi avait été grand lors de l’acceptation du permis de construire prévoyant une démolition partielle de ce mur de pierres sèches. Les travaux se terminent, il faut reconnaitre que les promesses de restauration du mur et de ses portes ont été tenues. Le projet de construction a su s’allier à la préservation du patrimoine.

Voir les photos avant et après travaux sous ce lien :

Rue du Robinet avant et après travaux

Protection du Patrimoine: muret du Père Crépier, suite…

Vivre l’Ile 12 sur 12 poursuit son combat pour la sauvegarde du patrimoine. La destruction d’une grande partie du muret de pierres, rue du Père Crépier au Vieil, est l’une de ses préoccupations depuis fin 2016. Suite à l’échec de son intervention lors de la première instance au Tribunal Administratif de Nantes ( juillet 2019), Vivre l’Ile a fait appel. Le 2ème jugement vient d’avoir lieu, le Rapporteur Public dans son analyse juridique  a été catégoriquement favorable à Vivre l’Ile en lui donnant raison tant sur la destruction illégale du muret de pierres que sur le non respect du permis de construire. La Cour rendra son jugement d’ici un mois, Vivre l’Ile 12 sur 12 reprend espoir en souhaitant que la Cour suive l’avis du Rapporteur Public.

Voir l’article du Courrier Vendéen (28/01/2021) sur ce dernier jugement :

Courrier Vendeen Père Crepier janv 2021-1

 

Epandage d’herbicide sur la voie publique

Mail envoyé à Madame Céline BOUEY, responsable du Pôle « politiques agro-environnementales » au Ministère de l’Agriculture

Madame

Sur la commune de Noirmoutier en l’île, nous constatons chaque année que les accotements des rues en bordure de champs de culture de la pomme de terre ont été aspergés d’herbicides, comme en témoigne le jaunissement de l’herbe.

Cela signifie  que les passants ont déambulé sur ces accotements sans savoir qu’ils ont été traités en même temps que le champ voisin. Nous n’avons pas pu connaître le nom du produit .Le mode d’emploi de l’herbicide le plus connu interdit la fréquentation du lieu traité pendant les 6 heures suivant l’épandage ..Les passants n’ont pas été avertis du traitement  et donc mettent leur santé en danger.

Voici des photos de lieux d’épandage sur la voie publique.

Nous avions déjà, l’an dernier, demandé  au directeur de la coopérative agricole de Noirmoutier de faire cesser ces épandages à risque, sans avoir été entendus.

Nous vous demandons  votre intervention pour faire cesser ces pratiques agricoles à risque pour la santé publique.

Merci de votre aide et cordialement.

Alain Andromaque « Vivre l’île douze sur douze » association de défense de l’environnement de l’île de Noirmoutier, affiliée à FNE Pays de Loire

rue de la Touche 26 12 2020_p rte Herbaudière 26 12 2020_p rte de l'herbaudière en face le 49 26 12 2020_p

Trois objectifs de l’association, pour la défense de l’environnement sur l’île de Noirmoutier

Chacun peut remarquer la présence de morceaux de cordelette plastique, le plus souvent verte, dans la laisse de mer, sur les plages : l’origine doit être facile à identifier et donc cette pollution devrait disparaître en modifiant la manière de faire engendrant cette pollution.Cordelettes sur les plagesCertains artisans ont la mauvaise habitude de verser ce qui leur reste de ciment ou de plâtre dans la nature, à la fin des travaux, alors qu’il existe une déchèterie professionnelle.ciment chemin de oiseaux_pCertaines personnes partent marcher avec une boisson à la main, et quand celle-ci est finie, la canette ou la bouteille est jetée dans la nature. De même, lors des soirées festives en plein air, les bouteilles sont laissées sur place. Afin d’essayer de limiter ces incivilités, la création d’une consigne verre-plastiques, par les grandes surfaces, grandes distributrices de bouteilles et canettes, est souhaitable.Bouteilles et canettes

Pouvez-vous nous aider à réaliser ces objectifs en ramassant les cordelettes comme pièces à conviction et en nous apportant éventuellement des renseignements sur l’origine de cette pollution,  en nous  signalant les dépôts illégaux, en exprimant votre opinion sur ces problèmes ?

Merci de votre collaboration.

Meilleurs Vœux 2021

Nous avons tardé à vous présenter nos vœux traditionnels pour l’année nouvelle. Inutile d’inviter des excuses de type : « nous avons  attendu la floraison des mimosas, des camélias et la plantation des premières pommes de terre » pour nous rattraper.

Nous espérons que vous avez pu fêter dignement cette fin 2020  « année exécrable » avec l’espoir que 2021 nous apporte le calme, le succès dans nos combats et la prise de conscience que nous avons ici un « patrimoine naturel  » à sauvegarder.

Nos vœux de santé et de bonheurs pour vous, vos familles, celles et ceux que vous aimez.

Annik DAMOUR Présidente de Vivre l’Ile 12 sur 12 et le Conseil d’Administration.

Voeux 2021

Catastrophes et cataclysmes dans l’Ile de Noirmoutier depuis le IIIème siècle

ou Essai sur le devenir de l’Ile de Noirmoutier

Jean Louis EUGENE, administrateur de Vivre l’Ile 12 sur 12, a voulu réaliser un répertoire des tempêtes survenues sur l’ile de Noirmoutier. Ce documentaire a peu à peu évolué en un livre dont le but est de nous faire prendre conscience de la réalité du changement climatique et de ses conséquences sur l’élévation du niveau des mers. Cette connaissance doit nous inspirer pour réfléchir et mener à bien une réelle culture du risque.

Nous ne pouvons que vous conseiller d’acheter ce livre dont voici, ci-dessous, les couverture et 4ème de couverture.

devenir de l'ile de Noirmoutier JL EUGENE

Aidez nous à sauver les dauphins de l’Atlantique Nord-Est

Message de FNE Vendée

Aidez-nous à protéger les dauphins de l’Atlantique Nord-Est
Chaque hiver, plus de 10 000 dauphins communs sont capturés dans des filets de pêches. Certaines méthodes ont été identifiées comme cause principale de mortalité et de blessures pour cette espèce, pourtant protégée.

Après avoir été mise en demeure par la Commission Européenne à la suite d’une plainte de 26 ONG dont France Nature Environnement, la France a pris la décision de ne pas fermer les méthodes de pêche concernées cet hiver. Cette décision va à l’encontre des demandes de la Commission européenne et des recommandations des scientifiques.

Seule une intervention urgente de la Commission Européenne peut désormais empêcher une nouvelle hécatombe l’hiver prochain.

Vous pouvez nous aider à atteindre cet objectif en signant ci-dessous la pétition de la Blue Planet Society. Cette dernière nous permettra avec nos partenaires Seas at Risk et Whale and Dolphin Conservation d’interpeller le Commissaire Européen à l’environnement, l’océan et la pêche Virginijus Sinkevičius.

Faites entendre votre voix et participez avec nous à la protection de la biodiversité marine.

Pour aller plus loin, un témoignage d’un bénévole de Ré Nature Environnement

Je signe

France Nature Environnement

Aboutissement de 2 contentieux « FNE / Préfet de Vendée » au Tribunal Administratif de Nantes

L’ensemble des points d’eau, des plus grands (rivières, étangs, lacs) aux plus petits (ruisseaux, fossés) doivent être protégés des épandages de produits phytosanitaires utilisés principalement en agriculture. Tous ces milieux aquatiques sont interconnectés. La carte au 25/1000ème  de l’IGN référence l’ensemble de ces éléments hydrographiques. C’était l’objet de l’arrêté ministériel du 4 mai 2017. Certains préfets, notamment en Loire-Atlantique et Vendée, avaient librement interprété cet arrêté en écartant certains cours d’eau considérés comme disparus ! Nous imaginons que l’influence des groupes de pression du monde agricole n’était pas étrangère à cette décision.

France Nature Environnement Vendée et Pays de Loire (FNE 85, FNE PdL), devant le refus des Préfets de communiquer sur ces sujets (définition des points d’eau à prendre en compte et référentiel cartographique retenu) a lancé des actions en justice pour chaque sujet en avril 2018.

Les 2 contentieux opposant FNE 85  et la préfecture de Vendée ont abouti ce 15 novembre 2020. Le Tribunal Administratif de Nantes donne raison à FNE 85 et FNE PdL (et aux autres associations engagées : LPO Vendée, Terre et Rivières). Il oblige les préfets à redéfinir les points d’eau à protéger en respectant les éléments hydrographiques présents sur la carte IGN de référence. Une marge de recul de non traitement (1 mètre) sera appliquée aux fossés, non présents sur cette carte.

Vivre l’Ile 12 sur 12 se réjouit de ce dénouement et espère que ces décisions viendront la conforter dans les relations entreprises avec la Coopérative Agricole de Noirmoutier.

Voici le lien d’un article diffusé sur le site de FNE85 relatant cette action en justice :

http://fne85.eklablog.com/le-prefet-de-la-vendee-condamne-a-mieux-proteger-l-eau-vis-a-vis-des-p-a204169948

Cette réussite s’ajoute à celles obtenues dans d’autres départements, dans le cadre d’une action coordonnée au niveau national par le réseau juridique de FNE. Voir ci-dessous les départements où des cours d’eau sont rayés de la carte pour faciliter l’épandage des pesticides :Carto FNE_ZNT Points d'eau_Actions juridiques

Le Courrier Vendéen n’a pas manqué de publier dans ses colonnes (CV 19/11/2020) sur ce jugement important :Courrier Vendéen 19 nov 2020

Assemblée Générale Vivre l’Ile 12 sur 12 du 25 septembre 2020

L’Assemblée Générale Ordinaire de Vivre l’Ile 12 sur 12, prévue initialement le 1er août 2020, a du être décalée pour cause de pandémie  et a eu lieu le 25 septembre 2020. L’assistance à cette AG était obligatoirement  limitée et les mesures barrières (gel, masque, distanciation) ont été respectées par tous. Le nombre d’adhérents présents (30) et d’adhérents représentés (92) a largement rempli les exigences du quorum pour valider les votes et décisions.

Le bilan de l’année 2019 (activités, financier et gestion) a donc pu être présenté et approuvé par l’assemblée.

Le Conseil d’Administration a été renouvelé (1 /3 des membres chaque année) et, suite aux votes de l’AG et à ceux de la réunion du Conseil post AG, voici le nouveau Conseil d’Administration :

Annik DAMOUR                            Présidente
Alain ANDROMAQUE                  Vice-Président
Jean-Marie PALVADEAU             Vice-Président
Maryvonne GUERIN-DAVIET      Secrétaire
Michel DECOBERT                    Trésorier
Marie-Thérèse BEAUCHENE      Membre
Michèle CHEVET                         Membre
Pierre CITEAU                              Membre

Un article relatant les points forts de cette AG est paru courant octobre dans le Courrier Vendéen. Le voici :

Courrier Vendéen 15.10.2020_site

Au vu des circonstances, peu de personnes ont donc pu assister physiquement à cette AG, nous vous proposons de visionner le diaporama du déroulement de l’AG en activant le lien suivant. Bonne lecture.

AG 2020_Site

Rencontre autour de la pomme de terre

Vendredi 7 août 2020, le mouvement « Nous voulons des coquelicots » a réuni ses partisans devant la mairie de Noirmoutier en l’Ile. L’association « Vivre l’Ile 12 sur 12 » était présente et partie prenante. La limitation de l’utilisation des pesticides par les agriculteurs  adhérents de la Coopérative agricole noirmoutrine était au centre des discussions. Vivre l’Ile, à plusieurs reprises, a écrit sur l’utilisation intensive de ces produits, ses courriers et demandes d’informations  au directeur de la Coopérative n’ont reçu aucune réponse précise à ce sujet hormis des commentaires  louant leurs respect de l’environnement et observation du cadre légal. Notre île est un territoire complexe et fragile, l’abus de pesticides interfère sur la qualité de l’eau avec les répercussions évidentes sur l’environnement, la biodiversité et, d’un point de vue plus économique, sur l’activité, entre autres, des sauniers. La nouvelle majorité élue à Noirmoutier a déclaré que l’environnement sera le fil rouge de sa mandature. Nous espérons, à l’écoute des propos de l’adjointe au secteur primaire, également administratrice des coopératives agricole et du sel de Noimoutier, que ce fil ne sera pas brulant.

Voici les articles parus dans le Courrier Vendéen du 13 août 2020 sur cette rencontre :

Rencontre autour des pommes de terre CV 13.08.20 Vivre l’Ile et FNE Vendée partie prenante CV 13.08.20

Vivre l’Ile et FNE Vendée partie prenante CV 13.08.20

Pas de vacances pour Vivre l’Ile 12 sur 12

Le 12 juillet 2020, la Présidente de Vivre l’Ile 12 sur 12 signalait, par le biais de la messagerie du site de la mairie de Noirmoutier en l’Ile, 2 infractions au PLU, voici ce message :


Urgent : notre association vous signale 2 infractions au PLU

  1. installation d’un cirque sur un terrain cadastré J694 classé Nm (ex 146.6) zone humide à protéger
  2. ouverture aux camping-cars d’un terrain cadastré AQ417 appartenant à l’état, géré par l’ONF classé NP et N 121-23 (ex 146.6) zone de biodiversité à protéger

Merci de faire le nécessaire pour remédier rapidement à ces 2 infractions

Cordialement    Annik Damour


 

Le 16 juillet 2020, une réponse de la directrice de l’Urbanisme nous informait que :

« Concernant l’installation du cirque, au vu des législations et réglementations en vigueur, une procédure était actuellement en cours et que son caractère judiciaire excluait toute information à un tiers. Elle ne pouvait donc nous communiquer davantage d’éléments.

Quant à la zone camping-cars, la parcelle est classée en zone Np au PLU et il peut y être réalisé une aire de stationnement à caractère paysager. »

Suite à cet échange, nous avons observé que la signalisation avait été modifiée au niveau de l’aire « camping-cars » à l’Herbaudière mais que le front de mer est toujours occupé. Nous précisons que l’aire de stationnement réservée jusqu’à présent aux camping-cars a effectivement un caractère paysager (arbres et buissons masquant les véhicules) mais que cette extension récente en est dépourvue (elle fait partie des projets de l’ONF dans le cadre du schéma d’accueil du public, travail avec la Communauté de Communes).

Par contre, à ce jour, 04 août 2020, rien n’a bougé sur la parcelle à l’entrée de Noirmoutier, où est installé le cirque. Ce terrain est pourtant classé zone de marais (site Ramsar, ZNIEFF, voir le site de la DREAL). Pour mémoire, il avait déjà fait l’objet d’une procédure initiée par notre association en 2012 lors de l’installation d’un parking provisoire par la commune. Les «nuisances» évidentes d’installation d’habitations légères et les conditions sanitaires d’utilisation de ce terrain sensible nous inquiètent.

Préserver les dunes et les forêts aux côtés de l’ONF

L’Office National des Forêts (ONF) a, entre autres objectifs, celui d’accompagner la formation et le maintien des dunes. En Pays de Loire, l’ONF gère près de 80 km de dunes. Alerter vacanciers, locaux et collectivités sur l’utilité et la fragilité du cordon dunaire est donc une de ses missions.

Voici un communiqué de presse de l’ONF sur le sujet :

ONF Pays de la Loire_Saison estivale CES GESTES SIMPLES CONTRIBUENT ACTIVEMENT A PRESERVER LES DUNES- PENSEZ-Y -_juillet2020

Avis aux adhérents: l’assemblée générale de Vivre l’Ile 12 sur 12 aura lieu le 25 septembre 2020

La crise sanitaire et la période de confinement ont perturbé la vie des associations

Les ordonnances du 25 mars 2020 et, principalement, l’article 3 de l’ordonnance n° 2020-318  assouplissent, entre autres, les règles de tenue des assemblées générales et leurs délais. Ces délais, imposés par les textes réglementaires ou par les statuts, pour convoquer l’assemblée générale chargée de procéder à l’approbation des comptes sont prorogés de trois mois donc pour Vivre l’Ile 12 sur 12  jusqu’au 30 septembre 2020.

Notre assemblée générale qui, initialement, devait se tenir le 1er août 2020 est donc repoussée.

Elle aura lieu le vendredi 25 septembre 2020 Espace Hubert Poignant à Noirmoutier en l’Ile.

La convocation vous parviendra dans le délai légal.

Le virus circulant toujours, nous maintiendrons les gestes barrières avec les mesures requises (port du masque, gel hydro alcoolique disponible, distanciation physique).

Observatoire des Vers Luisants et Lucioles – ILES

Les premiers vers luisants sont de retour sur les îles !

ver luisant

L’Observatoire des Vers Luisants sur les îles du Ponant (et aussi sur toute la France !) vous sollicite et espère que vous allez lui faire part de vos observations !

N’hésitez pas à les lui transmettre à ver.luisant.idp@gmail.com   ou par téléphone au 0298480324.

Voici l’adresse de leur site :  http://www.observatoire-asterella.fr/vers_luisants

Avis de recherche ver luisant

 

 

Les effets pervers des lois ALUR et ELAN sur les îles

Souvenez-vous en octobre 2019, Vivre l’Ile 12 sur 12 avait invité les associations sœurs de l’Ile de Ré. Suite à cette rencontre, les associations de défense de l’environnement des îles de Noirmoutier, Oléron et Ré ont mené une démarche commune en envoyant un courrier à leurs élus respectifs démontrant l’inadaptation des lois ALUR / ELAN aux « îles à pont ». Devant l’absence de réponse, un communiqué de presse a été rédigé, à paraître dans le Courrier Vendéen et Ouest France.

Le voici : Communique PRESSE ALUR et ELAN effets sur les iles

Mise en concertation des chartes d’engagement des utilisateurs de produits phytosanitaires en Vendée.

Voici la réponse de Vivre l’Ile 12 sur 12, rédigée par sa Présidente, au projet de Charte de bon voisinage des utilisateurs de produits phytosanitaires:

En préambule, en tant que membre de FNE, notre mouvement, avec 8 autres associations, a engagé des recours au niveau national pour faire annuler le décret du 27 décembre 2019 et l’arrêté conjoint fixant des distances de sécurité largement insuffisantes pour offrir une protection des propriétés riveraines des champs traités.

C’est un leurre de croire que ces distances sont acceptables (cf : Direction Générale de l’Alimentation) et un comble que cette charte permettent de les réduire encore à la portion congrue !
Il est vrai que sur l’île de Noirmoutier les pesticides sont épandus également et « malencontreusement » sur les accotements et que les questions posées à la coopérative agricole sont restées sans réponse à ce jour malgré notre relance.

Cette charte n’est pas acceptable en l’état car trop laxiste…

Pour le bureau, la présidente Annik Damour

Projet de charte «de bon voisinage des utilisateurs de produits phytosanitaires» Une occasion manquée.

Faisant suite à la publication du décret 2019-1500 du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation, la chambre d’agriculture a élaboré un projet de charte « de bon voisinage des utilisateurs de produits phytosanitaires ». Ce dispositif doit permettre aux applicateurs de produits phytopharmaceutiques d’adapter (comprendre : réduire le plus possible) les « distances de sécurité » prévues par la réglementation « à proximité des zones attenantes aux bâtiments habités et aux parties non bâties à usage d’agrément contiguës à ces bâtiments ». Pour mémoire, FNE (France Nature Environnement), avec 8 autres associations, a engagé des recours au niveau national pour faire annuler le décret du 27 décembre 2019 et l’arrêté conjoint fixant des distances de sécurité que nous jugeons très insuffisantes pour offrir une protection. Aujourd’hui, c’est contre le projet de charte proposé par la chambre d’agriculture qu’il nous faut largement mobiliser.

L’occasion nous en est donnée par la consultation publique ouverte jusqu’au 13 juin : https://pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr/agriculture-pays-de-la-loire/reglementation/reglementation-phytosanitaire/mise-en-concertation-des-chartes-dengagement-des-utilisateurs-de-produits-phytos/vendee/

Nous vous encourageons à rédiger votre avis sur cette charte en vous y opposant au vu de nos arguments (FNE Vendée et Vivre l’Ile 12 sur 12). Le document présenté en concertation n’a finalement pour autre ambition que de permettre la poursuite de l’utilisation des pesticides selon les mêmes modalités que par le passé, en dérogeant aux distances minimales de sécurité, tout en donnant l’illusion que les représentants de la profession agricole sont effectivement engagés dans une démarche visant à réduire l’exposition des riverains aux pesticides. il est à sens unique, en faveur des seuls applicateurs de pesticides. Si l’élaboration de cette charte devait favoriser une meilleure compréhension entre exploitants agricoles et riverains, c’est incontestablement une occasion manquée. Dommage!

Voici l’avis de FNE Vendée : http://fne85.eklablog.com/une-charte-pour-assouplir-les-regles-d-utilisation-des-pesticides-pres-a188167342

 

 

 

Protection de la faune sauvage: protection nids de gravelots à collier interrompu sur la plage de Barbâtre

Suite à l’alerte sentinelle donnée par un membre de Vivre l’Ile 12 sur 12, FNE Vendée et le Conservatoire du littoral ont aussitôt réagi pour informer la mairie de Barbâtre pour qu’une protection soit mise en œuvre.

FNE Vendée  à  accueil.mairie@barbatre.fr

Monsieur le Maire,

Nous avons été informés aujourd’hui de l’existence d’un nid de Gravelot à collier interrompu en haut de plage de Barbâtre, à 300m de l’entrée de plage « Sandaya », et surtout alertés d’un fait de dérangement de la mère sur son nid par un chien divaguant.

Nous sollicitons de votre part un balisage et la pose d’un panneau d’information, du type du modèle en pièce jointe diffusé par les services de l’État, de manière à sensibiliser le public fréquentant cette plage à cet enjeu de protection d’une espèce protégée.

Ne doutant pas de l’attention que vous vous voudrez bien porter à notre démarche,

avec nos sincères salutations,

Yves le Quellec

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT VENDÉE

 85000 LA ROCHE-SUR-YON
contact@fne85.frwww.fne85.fr

Conservatoire du littoral   à   accueil.mairie@barbatre.fr

Monsieur le Maire, 

Suite au signalement d’un nid de Gravelot à collier interrompu à quelques centaine de mètres de l’entrée de la plage « Sandaya »  et à la circulaire envoyée par Monsieur le Préfet relative à la protection des oiseaux nicheurs sur le littoral, je me permets de vous envoyer quelques outils de communication. 

Vous pouvez d’ores et déjà, si ce n’est déjà fait, les utiliser au plus vite afin de répondre à l’enjeu de protection de cette espèce protégée et menacée de disparition présente sur votre territoire.

 S’il s’avère que d’autres nids sont découverts dans les jours à venir sur les plages de votre commune,  je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à les protéger avant ce grand week end prolongé.

 Je reste à votre disposition.

Cordialement.

Julie Holthof, Chargée de mission

Conservatoire du littoral Délégation Centre Atlantique

17303 ROCHEFORT

Premier week-end de déconfinement – signalez nous les atteintes à l’environnement que vous verrez

Communiqué de FNE Pays de Loire

Cela fait 5 jours que la LPO PdL et FNE PdL échangent  avec la DREAL et le Conservatoire du littoral pour élaborer une carte des sites à enjeux et permettre aux préfets de Loire Atlantique et Vendée de limiter l’accès à certains sites. Le déconfinement devient maintenant une réalité et les plages s’ouvrent au public sans aucune restriction par rapport à la biodiversité !!!

voici notre communiqué de presse du jour :

http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/rejoindre-les-sentinelles-de-la-nature-pour-contribuer-a-un-deconfinement- -de-lenvironnement/

afin d’inviter le grand public à nous signaler les atteintes à l’environnement après 8 semaines voire 9 maintenant de confinement.

LPO PdL: Ligue Protection des Oiseaux Pays de Loire

FNE: France Nature Environnement

DREAL: Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

 

Message de France Nature Environnement : déconfinement et faune sauvage

Plusieurs alertes ont été données ces derniers jours, concernant les impacts sur la faune sauvage d’un déconfinement brutal dans cette période printanière toujours sensible. L’État, y compris à l’échelon régional, semble avoir entendu ces alertes et vouloir en tenir compte dans les dispositions à prendre pour accompagner le déconfinement.

Suivez ces liens :

https://www.fne.asso.fr/communiques/d%C3%A9confinement-s%C3%A9merveiller-tout-en-respectant-la-faune-et-la-flore-sauvages

http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/deconfinement-soyons-vigilants-a-la-nature/

Opération Littoral 2020

Maquette_Opération_Gravelots

Action aux fenêtres contre la pollution lumineuse #oùsontlesétoiles

En cette période de confinement FNE Pays de la Loire a décidé de lancer une

Action aux fenêtres contre la pollution lumineuse   #oùsontlesétoiles

Depuis plusieurs années le mouvement France Nature Environnement organise des actions de sensibilisation à la pollution lumineuse. En cette période de confinement, nous nous sommes dit que ce n’était pas le COVID 19 qui allait nous empêcher de critiquer les lumières inutiles bien au contraire !

  • Le jeudi 23 avril à 23h, à l’occasion de la nouvelle Lune, soyons nombreux à dénoncer ces éclairages inutiles. Avec un peu de chance et sans trop de pollution lumineuse vous pourrez même voir quelques étoiles filantes ce soir là.

Découvrir la suite : FNE où sont les étoiles  visuel_où sont les étoiles

 

Résultats des élections municipales tenues le 15 mars 2020 sur l’ile de Noirmoutier

Voici un lien qui vous donnera les résultats de ces élections municipales dans les 4 communes de l’ile de Noirmoutier.

En cette période de confinement, le feu vert du gouvernement est maintenant nécessaire pour autoriser la tenue des réunions de conseils municipaux élus au premier tour, pour installer les nouveaux maires, désigner leurs adjoints et former les commissions.

Municipales 2020 résultats Ile de Noirmoutier

Élections municipales Ile de Noirmoutier mars 2020

Lors de chaque campagne pour les élections municipales, Vivre l’Ile 12 sur 12 pose quelques questions aux différentes listes qui se présentent dans les communes de l’ile de Noirmoutier. Voici sous ce lien le courrier que Vivre l’Ile 12 sur 12 leur a adressé:

Questions aux têtes de listes_élections municipales de mars 2020

et les différentes réponses reçues à ce jour:

Réponse de Monsieur Jacques BOBIN Plus fort ensemble L’Epine

Réponse de Madame Marie France LECULEE Vivons La Guérinière

Réponse de Monsieur Hervé ZARKA Bien vivre à L’Epine

Réponse de Monsieur Yan BALAT Noirmoutier dynamique Noirmoutier préservée

Réponse de Monsieur Noël FAUCHER Noirmoutier au cœur

Nous publierons les réponses suivantes dés réception.

Sans nature, pas de futur !

France Nature Environnement (FNE) en lançant sa campagne en faveur des « solutions fondées sur la nature » souhaite sensibiliser les candidats aux élections municipales et plus largement l’ensemble des élus pour qu’ils s’engagent en faveur d’une planète vivable. Voici cette  plaquette SFN (Solutions Fondées sur la Nature) de FNE :

FNE-PlaquetteSFN-WEB

Nous proposons bien sûr aux différentes têtes de liste se présentant aux municipales prochaines, de  lire ce document et, osons le défi,  de remplir la dernière page !

Pour rappel : France Nature Environnement est le plus grand mouvement français de protection de la nature et de l’environnement et fédère, au sein de 64 organisations adhérentes, 3 500 associations présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer.

Demande de renseignements sur l’utilisation des herbicides.

Vous avez pu constater que, depuis quelques semaines, les champs jaunissaient ainsi que leurs abords jusqu’à proximité des fossés et voiries. Pas de mystère, c’est l’habituelle action des herbicides. Nous nous interrogeons sur leur nature et, pour l’instant, nos questions restent sans réponse. D’où cette lettre au directeur de la Coopérative agricole de Noirmoutier avec copie à Monsieur le Maire de Noirmoutier.

la lettre: Courrier coop agricole 28-01-2020

la réponse du directeur de la Coopérative: Réponse Coopé agricole 07.03.20

A suivre!

 

Demande de motion : les lois ALUR / ELAN sont inadaptées aux « îles à pont »

Suite à leur rencontre, les associations de défense de l’environnement des îles de Noirmoutier, Oléron et Ré ont mené cette démarche commune en envoyant un courrier à leurs élus respectifs. Voici la lettre que nous avons fait parvenir à messieurs Buchou et Retailleau, respectivement député et sénateur de Vendée. Les accusés de réception nous ont été retournés, nous attendons les réponses.

Voici la lettre:       Motion ALUR ELAN lettre au député

Rencontre avec les associations de défense de l’environnement de l’île de Ré – 12 octobre 2019

En 2017, une  première  rencontre avait rassemblé les Associations de Protection de l’Environnement des îles à pont de la côte Atlantique, Ré, Oléron et Noirmoutier sur l’île de Ré. Cette fois c’est à Noirmoutier, à l’initiative de Vivre l’île 12/12, que se sont retrouvés les représentants de ces associations. Le matin a été consacré à des visites sur place : polder de Sébastopol, le Gois et, pour illustrer la défense contre la mer, la plage des Homardiers à La Guérinière. L’après-midi, nous avons échangé, principalement autour de trois thèmes : capacité d’accueil, loi ALUR et urbanisation, le PPRL.

Voici le lien de l’article du Courrier Vendéen relatant cette rencontre:

Rencontre Ré Noirmoutier 12.10.2019

Le littoral français en danger

Débat TV, diffusé sur la chaîne Acteurs publics TV le 22 octobre 2019, qui réunissait le journaliste Morad Ait-Debbouche, réalisateur de la série documentaire « Sale temps pour la planète » ; le sociologue de l’IRSTEA Nicolas Rocle, et le député de la Vendée Stéphane Buchou. Avec entre autres, des commentaires sur le projet du port de plaisance de Brétignolles et quelques propos sur Noirmoutier.

le lien: https://youtu.be/wNLPZiSSbhk

Littoral : les plages cèdent inexorablement du terrain.

Voici le compte-rendu d’un reportage de Fanny Borius, Damien Raveleau, Sophie Charles, Bertrand Coigny, MC Georgelin diffusé sur FR3 Pays de Loire le 1er octobre 2019.

Avec les interviews d’Anne-Marie Grimaud, secrétaire générale de Vendée Nature Environnement, Yves Le Quellec, président de Vendée Nature Environnement, Noël Faucher, maire de Noirmoutier-en-l’Ile.

les liens:

du compte-rendu: Reportage FR3 01.10.2019 Fanny Borius Les plages cèdent du terrain

de la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=1gXjTAQuLgg

Projet de port de plaisance à Brétignolles sur Mer en Vendée.

L’extension ou la création de port et les conséquences négatives qui s’ensuivent sur le milieu marin, le trait de côte et l’environnement; sur l’Ile de Noirmoutier, nous connaissons! Le développement touristique et ses retombées économiques passent bien avant ces considérations. Pour exemple, le projet de port de plaisance de Brétignolles sur Mer en Vendée. Ci-dessous le lien de l’article publié dans la Gazette des Communes le 16/09/2019.

2019-09-16 Gazette des communes Port de Brétignolles

Sentinelles de la Nature

Les Pays de la Loire sont dotés de la plateforme des Sentinelles de la Nature (voir l’article du Courrier vendéen posté précédemment). Cet outil numérique, impulsé par le mouvement fédéral de FNE, permet les signalements des atteintes à l’environnement (par exemple : décharges sauvages, pollution de cours d’eau, brûlage de déchets verts…) ou des initiatives qui lui sont favorables sur son site dédié. Vivre l’Ile 12 sur 12 s’associe, bien sûr, à cette initiative. Vous obtiendrez toutes les informations concernant cette action à l’aide des liens suivants :

http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/category/sentinelles/

https://sentinellesdelanature.fr/

Suites de l’Assemblée Générale de Vivre l’Ile 12 sur 12 du 25 juillet 2019

L’Assemblée Générale de Vivre l’Ile 12 sur 12 a eu lieu le 25 juillet 2019. Voici 2 articles du Courrier Vendéen qui relatent et commentent le déroulement de cette Assemblée.

Courrier Vendéen du 8.08.19 AG de Vivre l'Ile - ses actions

Courrier Vendéen du 15.08.19 Bureau de Vivre l'Ile.

Lors de sa réunion du 6 septembre 2019, le Conseil d’Administration, à l’unanimité, a décidé de poursuivre son action suite à la démolition du muret du Père Crêpier au Vieil et de faire appel du jugement du tribunal Administratif de Nantes rendu le 9 juillet 2019. Vivre l’Ile 12 sur 12 continue de s’investir pour la protection du patrimoine de l’ile de Noirmoutier.

SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) du Nord Ouest Vendée

C’est le projet de planification urbaine à l’échelle du nord-ouest Vendée. L’objectif de ce document commun est d’organiser l’aménagement du territoire dans le souci du respect du Grenelle de l’Environnement, c’est-à-dire le structurer tout en limitant la consommation d’espaces naturels et agricoles, pour une qualité de vie préservée. Le document présenté et soumis à l’Enquête Publique ne nous semble pas respecter ces grands et beaux principes. Nous craignons des conséquences négatives pour l’Ile de Noirmoutier.  Voici la contribution de Vivre l’Ile 12 sur 12 à cette Enquête Publique :

Déposition SCOT NOV 12sur12

Ouverture anticipée de la chasse aux gibiers d’eau sur le Domaine Public Maritime

pour faire suite aux parutions des 13 avril et 4 mai 2019.

Vivre l’Ile 12 sur 12 prend note avec satisfaction de l’arrêté du 3 juillet 2019 de Monsieur le Préfet de Vendée interdisant le tir d’armes à feu sur l’intégralité du domaine maritime jusqu’au 30 août 2019 inclus. La date d’ouverture initialement prévue au 3 août avait suscité l’opposition de FNE Vendée. Vivre l’Ile 12 sur 12 lui avait apporté son soutien pour demander le report de cette date.

Voici l’arrêté préfectoral: 2019-07-03 AP interdiction tir DPM-1

Permis de construire Sainte Anne de Belair (allée de la Clère) et sauvegarde du patrimoine

Cette maison, ancienne ferme de la famille Jacobsen, a été presque entièrement démolie sous couvert de « rénovation ». Voici le courrier récent de Vivre l’Ile 12 sur 12 adressé à Monsieur le Maire de Noirmoutier:

PC allée de La Clère – courrier au Maire – juin 2019

Vivre l’Ile 12 sur 12 avait, après examen du permis, déjà formulé un recours gracieux suite aux erreurs et manquements aux règlements constatés. Voici ce recours:

Recours PC 32 rue de la Clère 16.02.2019

et la réponse de Monsieur le Maire de Noirmoutier:

Réponse Mairie Noirmoutier recours PC 32 allée de la Clère

Assemblée Générale 25 juillet 2019

L’Association « Vivre l’île 12 sur 12 » a le plaisir de vous convier à sa réunion d’Assemblée Générale Ordinaire qui se déroulera le

Jeudi 25 juillet 2019 à partir de 20 H 30

à l’espace Hubert Poignant, à Noirmoutier-en-l’Ile

(Salle mise à notre disposition avec le soutien de la mairie)

Avant d’aborder l’ordre du jour statutaire, une présentation du mouvement  « France Nature Environnement » vous sera faite, avec les interventions de :

  • FNE Pays de la Loire,  Xavier METAY
  • FNE Vendée, Yves Le Quellec

Voici votre convocation:CONV AGO 2019

et votre pouvoir si vous ne pouvez pas vous déplacer: AG 2019 POUVOIR

 

Document stratégique de façade NAMO (Nord Atlantique Manche Ouest)

FNE Pays de la Loire vient d’envoyer sa contribution en ligne pour la consultation du public sur le projet du DSF, document stratégique de façade, (parties 1 et 2) qui se termine mardi 04 juin. FNE note un manque d’ambition pour l’atteinte du bon état écologique du milieu marin. Vous trouverez l’article internet dédié ainsi que la contribution elle-même au lien suivant : http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/document-strategique-de-facade-namo-un-manque-dambition-pour-latteinte-du-bon-etat-ecologique-du-milieu-marin/

Le PPRL est validé.

Vivre l’Ile 12 sur 12 est satisfaite que le Plan de Protection des Risques Littoraux (PPRL) auquel elle a fortement contribué ait été validé par la Cour Administrative d’Appel de Nantes le 23 mai 2019 rejetant ainsi les recours des communes de Barbâtre et L’Epine.

Article du Courrier Vendéen: PPRL Courrier Vendéen 06.06.2019

Manquements aux règlements; réponse de la Mairie

Le règlement de la zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) précise que « les murs de maçonnerie de pierre existants seront soigneusement conservés et restaurés ». Nous regrettons que cette règle ait été lue avec une interprétation différente de la nôtre par la Mairie de Noirmoutier et l’Architecte des Bâtiments de France.

Voici la réponse que Vivre l’Ile 12 sur 12 a reçue:

Réponse Mairie 27.05.2019

et un article sur le sujet paru dans Ouest France le 31 mai 2019:

rue du Robinet Ouest France du 31 mai 2019

Dégradation de l’épi de pierre au bout de la rue du Père Crépier

Les dégâts occasionnés sur cet épi par les tempêtes de février 2019 ne font que s’aggraver. L’entretien de ces ouvrages de défense contre la mer incombe à la Communauté de Communes. Voici des photos prises le 09 mai 2019:

Epi Père Crépier_2 Epi Père Crépier_1

Un article du Courrier Vendéen (du 09 mai 2019, page 32) relate l’inquiétude des riverains et associations quant à l’état de cet épi. Voici l’article:

Courrier Vendéen 09 mai 2019 p32

Exprimez-vous sur la date d’ouverture de la chasse au gibier d’eau dans le polder de Sébastopol

Le polder Sébastopol est classé Réserve Naturelle Régionale et site classé par décret ministériel du 2-11-2017. A ce titre un gros travail naturaliste est fourni (inventaires, études de populations, pratiques agricoles favorables etc…)

Le projet d’arrêté préfectoral fixant les dates de chasse pour la saison 2019-2020 prévoit que la chasse sur le domaine public maritime ouvre dès le 3 août à Barbâtre.

Vous pouvez consulter l’article ICI

Les incohérences autour de cette décision d’ouvrir la chasse à partir du 3 août 2019 sont nombreuses :

  • Juste à côté du polder où pâturent des vaches maraîchines,
  • A cette époque, les randonneurs sont très nombreux sur la digue (tourisme familial),
  • La vie sur la réserve bat son plein (jeunes avocettes, sternes, mouettes qui ne volent pas encore…)

Nous craignons que cette ouverture précoce ne perturbe les oiseaux de la réserve mais également l’activité économique de l’éleveur et augmente le risque d’incident ou d’accident avec les promeneurs.
La préfecture de la Vendée propose au public de s’exprimer entre le 9 et le 30  avril, nous vous invitons à donner votre avis pour demander un report de la date d’ouverture. sur le site de la préfecture :

http://www.vendee.gouv.fr/projet-d-arrete-fixant-les-modalites-d-ouverture-a3130.html

 

Projet éolien en mer des îles d’Yeu et Noirmoutier

Mise au point de l’Association à la suite de parution d’articles de journaux locaux évoquant des soupçons de corruption « des associations de Noirmoutier » favorables à l’implantation du parc éolien Yeu-Noirmoutier.

Ces soupçons sont soulevés par les opposants au projet qui ont déposé un recours et porté plainte.

Bien que non citée, l’association « Vivre l’île 12 sur 12 »  tient à rappeler qu’elle ne reçoit et ne demande aucune subvention, que ce soit des  collectivités locales ou d’autres organismes car elle est très attachée à son indépendance. Ses ressources ne proviennent que des cotisations de ses adhérents.

Le projet éolien en mer rentre dans le cadre de la nécessaire transition énergétique, ce qui explique la position de l’Association que nous avons développée lors des enquêtes publiques et présentée en Assemblée Générale.

Elle reste d’ailleurs, avec le soutien du réseau FNE, très vigilante sur l’application des  mesures visant à limiter au maximum l’impact écologique du projet.

Les riverains de la rue du Port à l’Epine sont inquiets

Le camping de la Bosse, à L’Epine, dont le foncier est géré par l’Office National des Forêts (ONF) a fait l’objet d’un bail passé initialement entre l’ONF et la SAS les Moulins. Ce bail a été rétrocédé à la Société Sandaya depuis le 1er janvier 2018.  L’objectif, pour cette chaine de camping, est une montée en gamme avec un classement 4* ce qui semble entraîner la construction d’équipements : piscine, snack-bar, bâtiments d’animation, logement de fonction et réhabilitation des sanitaires (actuellement très dégradés).

Les riverains de la rue du port craignent des nuisances sonores importantes liées aux animations, au snack-bar, à la piscine et au risque d’urbanisation et d’aménagements contraire au caractère naturel du site (en premier lieu, un fort déboisement).

Le plan local d’urbanisme de l’Épine (PLU) établi en 2018 a reçu un avis défavorable des services de l’État. Le Règlement National d’Urbanisme s’applique actuellement, les Plans d’Occupation des Sols (POS) étant caduques depuis mars 2017. Aujourd’hui la municipalité est en cours d’élaboration d’une 2ème version du PLU.

L’association A2B (Amis de la Bosse et de Bressuire) a été créée pour lutter contre ce projet qui entraine la suppression d’une zone naturelle de loisirs (Nl) pour un zonage AUl permettant l’urbanisation de loisirs.

Une réunion tenue le 12 février 2019 avec les élus, le porteur du projet, les associations A2B et Vivre l’Île 12 sur 12, a permis d’exprimer les points de vue de chacun.

L’association Vivre l’Île 12 sur 12 considère que la création d’un zonage AUl est inacceptable en bordure du littoral quelle que soit son emprise et un recul par rapport à la protection des zones naturelles, les espaces proches du rivage et nous insisterons sur ce point.

Quant au souhait du passage des riverains pour accéder à la plage à travers le camping, seul un emplacement réservé « liaison piétonne d’accès à la plage » inscrite dans le futur PLU peut le permettre (cf. le camping UTOPIA, aux Sableaux à Noirmoutier)

Lorsque la 2e version du nouveau PLU sera arrêtée, Vivre l’île 12 sur 12 s’exprimera en tant que Personne Publique Associée (PPA) et lors de l’enquête publique. Elle salue la démarche de l’Association A2B qui l’a rejointe et lui apporte son soutien.

Réponse de Monsieur le Maire de Noirmoutier à notre courrier sur la modification n°4 du PLU

Le commentaire de l’association sur cette réponse :

En résumé de cette réponse, la protection de l’environnement et du patrimoine fait partie des priorités de nos collectivités. MAIS, cette modification n°4 du PLU porte sur des points précis et réduits (déjà prévus pour certains dans le projet de la modification n°3). Nos demandes, pourtant légitimes, auraient allongé le délai de procédure. Elles pourraient être prises en compte ultérieurement dans le cadre d’une révision plus générale du PLU…

Las ! Si nos édiles se déclarent grands défenseurs de l’environnement et du patrimoine, les actions dans ces domaines qui confirmeraient cet engagement sont toujours remises à plus tard !!!

Réponse Maire de Noirmoutier à notre courrier

Modification no 4 du PLU de Noirmoutier en l’île

L’enquête publique concernant la modification no 4 du PLU de Noirmoutier a débuté le 03 janvier dernier et se terminera le 04 février 2019.

Chacun est en droit de consulter le texte et d’exprimer ses remarques. Nous insistons une nouvelle fois sur l’importance de la vigilance de tous sur le contenu de ce document fondamental qu’est un Plan Local d’Urbanisme.

Plus nous serons nombreux à l’examiner et plus nous avons de chance de repérer des points pouvant présenter des risques pour l’urbanisation à venir.

La modification no4 porte sur les points suivants :

1/ Changement de zonage (pastillage HO) pour certains hôtels visant à autoriser le changement de destination (modification de l’usage de la zone).

2/ Modification des règles de constructibilité pour la coopérative agricole (rappel, la coopérative est construite en zone rouge du PPRL).

3/ Possibilité d’adaptation du règlement d’urbanisme pour les équipements d’intérêt collectif (clochers, mâts, pylônes, antennes).

Le dossier papier est consultable en mairie, il ne figure pas pour l’instant sur le site internet de la commune.

Vœux du Conseil d’Administration de l’Association Vivre l’Île 12 sur 12

Pour cette nouvelle année, nous vous souhaitons :

de l’audace pour faire bouger les choses,

de la confiance pour faire disparaître les doutes,

des sourires pour chasser la tristesse,

du réconfort pour adoucir les jours difficiles,

de la générosité pour se nourrir du plaisir de partager,

du courage pour continuer à avancer !

 et des gourmandises pour croquer la vie,

Belle année 2019 ✨

mimosa en fleurs 02.01.2019

Premier mimosa en fleurs – La Madeleine – 02 janvier 2019

Visite de chantier – Travaux de renforcement et de rehaussement de la digue du Gois

A l’attention les membres de l’association Vivre l’île 12 sur 12

Bonjour,

C’est avec plaisir que la Communauté de Communes vous invite à la visite de chantier des travaux de confortement et de rehausse de la digue du Gois qui se déroulera le samedi 8 décembre de 10h30 à 12h00. Le lieu de rendez-vous est situé au niveau du parking aménagé à l’entrée du Gois.

Pour faciliter l’organisation de cette visite, je vous remercie de bien vouloir vous inscrire auprès de la Communauté de communes au 02 51 35 89 89.

N’hésitez pas à diffuser cette information aux personnes qui pourraient être intéressées.

Le service Gestion du littoral reste à votre disposition pour toute question sur ce dossier.

Avec mes sincères salutations,

Delphine BEAUGÉ
Pôle Environnement territorial
Assistante administrative – Service Gestion du Littoral

Pour les inscriptions, merci de faire une copie à notre adresse mail   12sur12@12sur12.org

Parc éolien des îles Yeu et Noirmoutier, communiqué de presse

La demande d’autorisation de destruction et de perturbation de spécimens d’espèces animales protégées actuellement instruite par la préfecture de la Vendée vient clore le processus administratif préalable à la réalisation du volet maritime du parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier.Les associations du mouvement France Nature Environnement relèvent les incohérences du calendrier suivi et la faiblesse des mesures envisagées.
Lire ICI  2018-11-17 communiqué AP dérogation EMYN

Urbanisme à Noirmoutier – Construction d’un immeuble de 24 appartements

Le permis concerne la construction d’un d’immeuble sur le terrain « POIGNANT » après démolition de la maison, 9, rue Joseph Pineau à l’angle de la rue du Puits neuf à Noirmoutier en l’île.

Devant les réactions soulevées en Assemblée Générale, L’association « Vivre l’île 12 sur 12 » souhaite apporter les précisions suivantes sur le projet immobilier L’Alkali Bouygues Immobilier.

Ce permis respecte à la lettre le règlement de la Z.P.P.A.U. (Site Patrimonial Remarquable) en particulier pour la hauteur à l’égout de 8 m et non 8,30 m comme l’autorise le règlement général de la zone. Ce règlement, datant de 1992 est en effet toujours applicable ; il oblige à intégrer le dernier niveau dans le volume de toiture et ainsi réduire la hauteur des ouvertures correspondantes pour éviter l’effet d’« immeubles » standard à niveaux strictement identiques. L’Architecte des Bâtiments de France rappelle dans son avis certains points de détails permettant le respect du règlement.

Cependant le strict respect du règlement n’empêche pas une analyse plus poussée d’un projet qui aura un impact très important pour l’avenir du quartier et ne manquera pas de choquer plus d’un noirmoutrin… Continue reading

La contribution de 12/12 concernant l’enquête publique EMYN base de maintenance à l’Herbaudière

Projet Eolien en Mer Yeu Noirmoutier (EMYN)

Dépositions finales produites lors de l ‘enquête publique par les Associations de Protection de la Nature et de l’Environnement (APNE).

Observations relatives à l’enquête publique sur le raccordement électrique du parc éolien en mer des îles d’Yeu et Noirmoutier
Déposition de FNE Pays de la Loire, Vendée Nature Environnement,
Coorlit 85 et Vivre l’île 12 sur 12
17 mai 2018

Les observations qui suivent portent sur le dossier du raccordement électrique présenté par RTE, se décomposant en plusieurs volets :
 création d’une liaison sous-marine et souterraine à deux circuits 225 000 volts dite « Vent des îles – Gué au Roux » ;
 création du poste électrique intermédiaire du Gué au Roux (commune de Soullans) ;
 création des liaisons souterraines de raccordement à 225 000 volts du poste électrique intermédiaire de compensation du Gué au Roux au poste électrique de Soullans en vue du raccordement au réseau existant de transport de l’électricité.
Elles viennent compléter et préciser les premières observations de la déposition commune communiquée le 18 avril 2018 à la commission d’enquête.
Une autre série d’observations sera d’autre part émise sur le projet conjoint de la société EMYN, dans le cadre du second volet de l’enquête publique (parc éolien en mer et bases de maintenance).
Le projet présenté par RTE nous est connu dans la mesure où il est discuté depuis le débat public de 2015 et les différentes réunions de l’instance de concertation pilotée par l’Etat. Il consiste à organiser le transport de l’électricité produite par le parc éolien en mer depuis sa station électrique marine vers le continent, en traversant une série de milieux sensibles jusqu’à un poste électrique terrestre à créer, à partir duquel sera assurée l’injection de l’électricité sur le réseau de distribution.
La sensibilité des milieux est attestée par le fait qu’une très forte proportion de l’aire d’étude, excepté la frange Sud-Est, est concernée par diverses protections règlementaires superposées :
• Natura 2000 (ZSC, ZPS), impliquant le respect des Directives européennes Habitats et Espèces ;
• espaces remarquables au titre de la Loi Littoral ;
• espaces boisés classés ;
• ZNIEFF ;
• espaces sensibles définis par le Département.

Lire la suite ICI

Observations relatives à l’enquête publique sur le projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et Noirmoutier
Déposition de FNE Pays de la Loire, Vendée Nature Environnement,
Coorlit 85 et Vivre l’île 12 sur 12
23 mai 2018

 

Nous sommes favorables au développement des énergies marines renouvelables, et en l’occurrence à la mise en oeuvre de l’éolien « posé » en mer, les alternatives à cette technique n’étant pas matures pour permettre leur déploiement à une échelle capable de répondre aux enjeux de la transition énergétique.

 

Les observations qui suivent portent sur le dossier du parc éolien en mer présenté par la société EMYN, se décomposant en plusieurs volets :
 demande de concession d’utilisation du domaine public maritime ;
 implantation d’un parc éolien en mer composé de 62 éoliennes, de câbles de liaison inter-éoliennes, d’un mât de mesure et d’un poste électrique en mer dit « Vent des îles » ;
 construction de bases d’exploitation et de maintenance dans l’enceinte des ports de Port-Joinville à l’Île d’Yeu et de L’Herbaudière à Noirmoutier.
Elles viennent compléter et préciser les premières observations de la déposition commune communiquée le 18 avril 2018 à la commission d’enquête, et s’ajoutent à celles qui ont été produites sur le projet du raccordement électrique présenté par RTE.

Lire la suite ICI

Contribution de l’association « Vivre l’île 12 sur 12 »
sur la base de maintenance de l’Herbaudière
complémentaire à celle commune des associations : FNE Pays de la Loire, Vendée Nature
Environnement, Coorlit 85 et Vivre l’île 12 sur 12.
23 mai 2018

M. le Président,
MM et Mmes les membres de la commission d’enquête,
L’Association « Vivre l’île 12 sur 12 » est une association agréée qui agit depuis plus de 25 ans pour la protection de l’environnement et de la nature sur le territoire du canton de Noirmoutier et, entre autres, à l’égard de tout fait et notamment de fait de pollution et de dégradation qui, bien que né en dehors de sa compétence géographique serait de nature à porter atteinte à l’environnement du canton précité.
Elle a participé à de nombreuses actions dont les plus représentatives avec succès ont été le rejet des  produits de dragage (100 000 m3) du port de l’Herbaudière à même l’estran sur le site de Luzan à la pointe de l’Herbaudière, l’annulation d’une DUP en 1993 pour le projet de bouclage de RD 5 (route côtière) sur le site du Luzan, l’annulation de divers projets d’urbanisme mettant en péril la loi littorale, les zones humides ou inondables.…
Reconnue, elle est associée aux comités de pilotage (PPRL ile de Noirmoutier, NATURA 2000, etc.), comités de suivi et d’information mis en place pour les opérations d’extractions des granulats marins (le Pilier et maintenant Cairnstrath), les opérations de dévasage des ports à la Lambarde pour le Grand Port autonome de Nantes St Nazaire et au Pilier pour la CCI 85/port de pêche de l’Herbaudière).
Vivre l’île 12 sur 12/MGD – EP projet EMYN/contribution complémentaire s/base de maintenance à l’Herbaudière. 2 Contexte de la démarche des énergies marines renouvelables au large des pays de la Loire.
Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique de la France, suite aux engagements du Grenelle de l’environnement. Les projets éoliens en mer du banc de Guérande à ST NAZAIRE et celui des îles d’Yeu et de Noirmoutier (objet de la présente enquête) s’inscrivent donc dans cette démarche.
Pour ces deux projets « Vivre l’île 12 sur 12 » a participé avec COORLIT 85, VNE et FNE Pays de la Loire au débat public, aux réunions plénières de concertation ainsi qu’aux groupes de travail spécifiques.
Observation générale de l’Association :
L’association qui soutient de fait les énergies renouvelables marines ne s’oppose pas à ce projet éolien, car il contribue à la transition énergétique à mettre en place rapidement en raison du réchauffement climatique avéré et de ses conséquences évidentes et potentiellement graves pour la planète. MAIS ce projet ne doit pas être mené au détriment de l’environnement, de l’attrait touristique et des activitésexistantes sur notre canton et particulièrement sur l’Herbaudière.
La configuration d’éoliennes posées sur jacket n’est probablement pas la meilleure solution sur le plan environnemental mais la seule disponible rapidement en attendant d’autres formes de production d’énergie en mer à moindre coût environnemental.
Ce projet doit être accompagné de mesures d’économies d’énergie et de mesures compensatoires environnementales effectives. Il est essentiel de garder à l’esprit (élus, citoyens) l’absolue nécessité de la réduction de notre consommation énergétique.

Lire la suite ICI

Cours d’eau : quand la règlementation régresse les pesticides progressent

Bonjour,

La protection des milieux aquatiques face aux pesticides est en train de régresser dans un grand nombre de départements français et nous avons besoin de vous pour changer la donne.

À cause de l’imprécision d’un arrêté de mai 2017, certains préfets ont rayé des points et cours d’eau des cartes de leur département. Pourquoi ? En raison des zones de non traitement, bandes généralement de 5 mètres qui les bordent et sur lesquelles il est interdit d’épandre des pesticides.

Effacer ces points et cours d’eau d’une carte, c’est également faire disparaître leur zone de non traitement aux pesticides. Dans certains départements, près de la moitié de ces aires auparavant protégées des pesticides a purement et simplement été supprimée.

Face à cette régression environnementale, les associations du mouvement France Nature Environnement sont fortement mobilisées. Elles ont déposé des recours gracieux à l’encontre de plus d’une quarantaine d’arrêtés départementaux. Quels départements sont concernés ? Nous avons réalisé cette carte pour montrer l’ampleur du phénomène. Et ce n’est pas fini puisque d’autres départements vont publier leurs arrêtés.

Si vous ne voyez pas la carte, cliquez ici

Investies pour faire évoluer la situation localement, les associations du mouvement France Nature Environnement portent également une demande commune : revoir l’arrêté ministériel à la source de cette régression. Appuyez notre demande, signez la pétition adressée à Stéphane Travert et Nicolas Hulot pour réclamer que nos cours d’eau restent #LoinDesPesticides.

Plus nous serons nombreux, plus nous serons entendus, alors n’hésitez pas à diffuser cette pétition autour de vous.

Si vous êtes témoin d’une situation locale similaire, vous pouvez également nous aider en nous transmettant ces informations à juridique@fne.asso.fr

France Nature Environnement vous remercie chaleureusement pour votre mobilisation et vous souhaite une bonne journée.

Si vous ne souhaitez plus recevoir de communication de la part de France Nature Environnement, suivez ce lien.

Extraction de sable et granulats marin : Communiqué des associations environnementales vendéennes

logos signataires 

Communiqué de presse
Le 11 janvier 2018
Granulats marins : changeons de regards et agisssons
Un permis exclusif de recherches de granulats marins a été accordé au large de l’île de Noirmoutier par le ministère de l’Economie. Obtenu par un groupement d’intérêt économique, ce permis valide un programme de recherches océanographiques d’une durée de 5 ans, dont l’objectif sera d’identifier  une  ou  plusieurs zones propices à une potentielle exploitation. Il n’est pas question, à ce stade, de concession permettant des extractions.
Une concertation conduite localement de 2011 à 2016
Cette décision a donné lieu à des alarmes dénonçant ses conséquences, environnementales  d’une part, économiques d’autre part s’agissant particulièrement de la pêche en mer. L’absence de concertation a été fustigée par des élus de collectivités et le monde de la pêche.
Rappelons que ce permis exclusif de recherches est en discussion depuis 2011 ; qu’à l’issue d’une première phase de concertation, une enquête publique a été tenue en décembre 2014 et janvier 2015 ; que l’avis de l’autorité environnementale n’a pas fait ressortir « d’élément environnemental rédhibitoire » à la mise en œuvre du programme ; et qu’en février 2016, une réunion concluant la concertation a permis de répondre aux remarques formulées par les parties prenantes, notamment dans le cadre de l’enquête publique, et à partir d’avis scientifiques et techniques d’organismes indépendants.
Les granulats marins, une ressource de plus en plus rare
De manière générale, il est certain que l’exploitation des granulats marins pose question.
Mais pourrait-on, dans l’immédiat, s’en passer ? Ce serait souhaitable, car cette ressource n’est pas renouvelable. Des solutions de substitution existent : le reyclage des matériaux de construction se développe, mais ils ne peuvent pas convenir à tous les usages ; le stock disponible reste à évaluer par le futur schéma régional des carrières, et il n’est pas certain qu’il soit régulier dans le temps, étant lié à des opérations de déconstruction.
Ici comme dans le domaine de l’énergie, dans l’attente de réponses nouvelles, une transition  est de toute façon inévitable.
Pour l’avenir, un « document stratégique » est en cours d’élaboration à l’échelle de la façade maritime, sous l’égide de l’instance consultative qu’est le Conseil Maritime de Façade. Il en résultera une stratégie pour la mer et le littoral visant la protection de l’environnement et encadrant la planification des activités économiques du secteur.
Il est probable qu’à l’avenir des concessions d’exploitation des granulats marins ne seront plus octroyées qu’au-delà de la limite des eaux territoriales et à des profondeurs suffisantes pour exclure tout risque d’impact négatif sur les côtes.
Les collectivités  doivent revoir leur modèle de développement urbain
Il n’en reste pas moins que par nature, la ressource sera de plus en plus limitée. Il serait donc cohérent, pour les collectivités territoriales contestant par principe les exploitations de granulats, de revoir leurs documents d’urbanisme (PLU, SCOT) en y intégrant la nécessité de réduire la consommation de ces matériaux depuis trop longtemps utilisés aveuglément, pour répondre à des « besoins » supposés non limitatifs de construction et d’aménagements.
Pour Yves le Quellec, président de Vendée Nature Environnement, « tant que le développement de l’urbanisation sur un littoral toujours plus artificialisé fonctionnera comme un véritable « aspirateur » de l’exploitation des granulats marins, les conflits d’usage ne pourront que perdurer. C’est en amont, dans la planification territoriale, que se situent en priorité les moyens d’agir. »

Communiqué