La capacité d’accueil touristique

bois-de-la-chaise.JPG
Bois de la Chaise, août 2007: 20 minutes d’attente….

La capacité d’accueil est un des thèmes forts de l’association « Vivre l’Île 12 sur 12 » (par exemple, voir notre article ici). Mais notre île n’est pas le seul endroit au monde où la capacité d’accueil est problématique: d’après le CDRI (centre canadien de recherches pour le développement international), c’est une des clés du développement d’un tourisme durable dans le Tiers Monde (voir article).

C’est aussi le sujet de la lettre d’un lecteur du Courrier Vendéen, publiée dans le numéro du 12 septembre 2007.

cv-12ix2007.jpg

Notre réponse est parue dans le numéro du 19 septembre.

capacc2.gif

Une réflexion au sujet de « La capacité d’accueil touristique »

  1. Ainsi, trois nouveaux ronds points sont prévus à la Guérinière en plus des quatre existants (ce qui représentait déjà une fréquence moyenne de un rond point au km., deviendrait un rond point tous les six cents m.)
    Merci Messieurs les aménageurs. La notion de Capacité d’accueil, qui vous effraie tellement va trouver dans ce projet un allié inespéré. En effet, un rond point n’est rien de moins qu’un repoussoir à touristes. Sept(7) ronds points sur quatre (4)km., c’est assez pour décourager le parisien le plus patient, (sans préjudice) ou le maraichin le plus obstiné (sans préjudice), ou le barbatrin qui aura plus vite fait d’aller faire ses courses à la Barre de Monts. 2 files, 1 rond point, 2 files, un rond point et entre les deux, les plus malins qui foncent et aggravent les problèmes de congestion à l’approche d’un rond point (le terme lui-même devient pénible à citer). Qui parle de fluidité de la circulation?
    Le rond point récent de la Nouvelle Brille permet certes à quelques ostréiculteurs de raccourcir à la fois le temps et la distance nécéssaires pour se rendre sur leurs parcs. Quinze jours par mois, deux fois par jour. Cependant l’essentiel de la circulation (99%) se fait sur l’axe principal, Barbâtre-Noirmoutier. Il est aussi vrai que ce rond point désenclave également un grand terrain inondable et constructible propriété d’un élu guernerin.
    Au final, ce sont les résidents permanents qui souffrent le plus de ces projets monstrueux. A bas les vacances.

Laisser un commentaire