La tempête Victor sépare l’île en deux!

Vendée Info du 27/4/2030

La tempête Victor a durement frappé sur l’île de Noirmoutier, séparée en deux pendant quelques heures quand l’océan a franchi la dune de la Tresson. Cliquez sur la miniature ci-dessus (extrait de Vendée Infos du 27 avril 2030) pour lire le récit des premières impressions sur place.

Un atelier composé de représentants d’association, d’habitants des lotissements de la Tresson et des Sables d’Or, de représentants du Conseil général, de l’ONF, des élus, … a été réuni dans le cadre du projet VULSACO à l’Herbaudière afin de réfléchir aux décisions qu’il faudrait prendre si le scénario ci-dessus se réalisait.
VULSACO (VULnerability of SAndy COast Systems to climatic and anthropic changes) est un projet de recherches qui, à partir de quatre sites constitués de plages sableuses linéaires et basses, avec des environnements hydrodynamiques et des contextes socio-économiques variés, se propose d’évaluer différentes stratégies qui pourraient être proposées par les gestionnaires du littoral.
Les quatre sites sont la plage du Lido à Sète, un cordon de dunes à l’Est de Dunkerque, le site du Truc Vert en Gironde et la plage de la Tresson à Noirmoutier.

2 réflexions au sujet de « La tempête Victor sépare l’île en deux! »

  1. Ce qui m’interpelle dans ce genre d’article, c’est qu’il y a des gens capables d’inventer des histoires en se faisant plaisir côté « catastrophisme », mais personne n’avait prévu la réalité de La Faute ou des autres lieux.
    Alors, oui, défendre le patrimoine et ce qui reste de la terre, reste une bonne cause. Mais se faire plaisir en inventant des catastrophes reste pour moi de l’ordre de la science fiction. A moins que certains ne disposent de dons, mais il aurait été préférable de les utiliser à bon escient avant qu’il n’y ait des morts…
    Ceci n’engage que moi,et je reste un fervent soutient des associations comme la vôtre.
    Il n’en reste pas moins que certaines personnes devraient revoir les règles des marées avant de dire qu’une brèche dans la digue de Barbâtre serait un péril pour les habitations… Il faudrait un sacré trou, pour remplir un cubage compromettant l’intégrité des maisons… et si je regarde bien, la mer sera descendante avant que l’eau n’ait envahi l’ensemble de la plaine.
    Il en est surement de même pour « l’histoire » racontée dans l’article. C’est aussi ce qu’on s’autorise à espérer.

  2. Personne n’avait prévu la réalité de La Faute? Vraiment?
    La Faute sur Mer et l’Aiguillon sur Mer sont deux des neuf communes vendéennes classées par l’État « à risque avec enjeu humain » depuis 2005. (Les sept autres communes sont Bouin, Beauvoir sur Mer, la Barre de Monts, Barbâtre, La Guérinière, l’Épine et Noirmoutier-en-l’île.)

Laisser un commentaire