Vivre l’île 12 sur 12 témoigne sa solidarité

Réuni hier soir pour sa réunion du mois de mars 2010, le conseil d’administration de Vivre l’île 12 sur 12 a adopté la déclaration suivante:

Lors d’une réunion extraordinaire le mardi 2 mars 2010, le Conseil communautaire de l’île de  Noirmoutier a adopté une délibération sollicitant un Plan de Prévention des Risques Naturels pour le territoire de l’île.
Vivre l’île 12 sur 12 ne peut qu’être satisfait de la prise de conscience par les élus de l’importance de ce PPRN; mais notre satisfaction a un goût très amer. Nous ne souhaitons pas récupérer la situation, ni profiter de l’émotion légitime qui a été suscitée par le drame du weekend du 27/28 février 2010. C’est pourquoi nous nous réservons de donner notre analyse des choix d’urbanisme et de défense contre la mer à une date ultérieure, après plus mure réflexion.
Pour l’instant, nous nous bornerons à exprimer notre profonde tristesse face aux deuils qui ont frappé nos concitoyens, et face aux pertes catastrophiques subies par les professionnels de l’île.

Le conseil d’administration s’est penché sur l’organisation de la conférence-débat qui aura lieu le vendredi 26 mars à 20h à la salle de la Prée au Duc sur les impacts du tourisme côtier et la capacité d’accueil.

Nous avons entendu le compte-rendu de la rencontre entre des membres de la commission « défense contre la mer » et le Président de la Communauté de communes; nous avons parlé des enquêtes publiques à venir (à la Guérinière en mars, et pour la défense contre la mer aux Éloux avant l’été), de notre procédure contre le PLU de Noirmoutier-en-l’île, d’un projet de développement à Barbâtre, de la voirie (pistes cyclables et ronds-points), et des conseils municipaux et communautaires du mois écoulé.

Nous avons décidé de continuer à publier sur le blog des photos des inondations du 28 février, afin de permettre de compléter la carte de « débordements observés » produite par la Communauté de communes.

C’est pourquoi dans les jours à venir, il y aura des articles en ce sens.

Une réflexion au sujet de « Vivre l’île 12 sur 12 témoigne sa solidarité »

  1. Témoignage concernant l’érosion littorale:
    Je représente l’Association Syndicale des Villages de la Tresson, sur la commune de La Guérinière(134 propriétaires), et je tiens à faire part de notre inquiétude quand au recul significatif du cordon dunaire observé, une nouvelle fois, au lendemain de la tempête Xynthia.
    Ce recul, inexorable depuis la construction du village à fait l’objet de notre part de nombreux signalements auprès des pouvoirs publics.
    Il y a un peu plus de 15ans, ce recul, déjà estimé par des experts à plus de 25ml (environ 1ml par an),nous avait incité à proposer à la Communauté de communes de réaliser nous mêmes certains aménagements comme la réalisation d’épis rocheux. Ces propositions, pourtant ardemment défendues, n’ont alors pas été retenues et nous avons du céder à la Communauté de Communes la bande de dune littorale de 25ml. Au bout de quelques années, des enrochements ont été réalisés. Cette protection, qui à été suffisante jusqu’à maintenant, montre ses limites puisqu’elle ne permet pas la retenue du sable de l’estran. Le rechargement en sable aura-t-il le temps de se faire jusqu’à la prochaine tempête?
    Nous évoquons également depuis de nombreuses années, sans réaction des pouvoirs publics, la dégradation de l’état des dunes situées entre Barbâtre et la Tresson: formation de grosses cadouères qui participent au recul de la dune, non protection de ces dunes vis à vis des piétons qui dégradent la flore.
    A notre avis, tous ces sujets sont liés et nécessiteraient une prise en en compte globale: comblement des cadouères, réalisation de chemins balisés et protection des zones littorales, comme ce qui à été fait par exemple au bois de Eloux, réalisation d’épis rocheux sur la plage, etc….
    Nous venons d’adresser au Président de la Communauté de Communes un nouveau courrier dans ce sens, en espérant que les tristes conséquences de cette récente tempête, soit un aiguillon pour les décisions politiques.

Laisser un commentaire