Cabines de bains menacées de disparition

cabines-de-bain-050707.jpg

Article paru dans La Gazette des Communes du 2 juillet 2007

Une réflexion au sujet de « Cabines de bains menacées de disparition »

  1. Marie-Thérèse a évoqué la création d’une association pour défendre ces cabines, peut-être pourrait-on indiquer ici le nom de cette association pour fédérer des adhérents propiétaires ou pas de ces cabines.

  2. L’idée d’une association de propriétaires de cabines a été évoquée, pour le moment elle n’est pas concrétisée. C’est dommage car il serait positif qu’un règlement de gestion de ces cabines existe.

  3. Sur ce sujet l’association 12/12 a fait un courrier :  »
    Noirmoutier, le 28 juillet 2007

    Monsieur le Préfet de la Vendée
    29 rue Delille
    85922 La Roche-sur-Yon cedex

    Objet : enlèvement des cabines de plages à Noirmoutier-en-l’Île.

    Monsieur le Préfet,

    L’association “Vivre l’île 12 sur 12“ défend l’environnement noirmoutrin et s’applique particulièrement à l’application de la loi littoral sur notre île, cependant, nous ne comprenons pas ce qui pourrait motiver la suppression des cabines de bains sur les plages de Noirmoutier-en-l’Île.
    Ces cabines sont des éléments indissociables d’un site reconnu remarquable, parties intégrantes du décor, elles caractérisent un paysage. La loi littoral ne peut avoir pour objectif la détérioration d’une telle image.
    On parle de les démonter en hiver ! C’est matériellement impossible du fait de leur conception et, si cela se faisait quand même, il resterait sur la plage des bases en ciment disgracieuses ; les quelques promeneurs en hiver qui déambulent sur le sable humide le long du flot seraient privés d’un abri momentané contre le vent.
    Comment l’enlèvement de ces cabines améliorerait-il la qualité de l’environnement offert aux usagers des plages ? Rien de commun avec l’usage commercial du domaine public maritime ! Peut-on comparer ces éléments d’un décor centenaire avec des restaurants, des boîtes de nuit , tant au point de vue des surfaces au sol que des pollutions produites ? Rien de comparable non plus avec des plagistes qui louent des toiles, des matelas, jusqu’au ras de l’eau !
    Nous nous demandons même, si une telle mesure ne serait pas une application volontairement maladroite d’une la loi littoral attaquée de toutes parts.
    C’est avec une totale confiance dans le bon sens de l’État que je vous demande de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de mes sentiments très distingués.

    La Présidente, Marie-Thérèse Beauchêne :

    Copie : Madame la Directrice régionale de l’environnement
    Monsieur le Directeur des Affaires maritimes
    Monsieur le Maire de Noirmoutier-en-l’île

  4. Curieux tout de même que cette défense de l’environnement qui se résume à interdire les choses nouvelles et entériner ce qui existe. La question des cabines de bain en est révélatrice. Autoriserait-on aujourd’hui de telles installations sur la plage de l’Epine par exemple? Bien sur que non! Ce sont des survivances de périodes révolues où, pendant que les pauvres autochtones s’échinaient au labeur, les bourgeois nantais se prélassaient sur les plages protégées de l’ile avec un petit bout de domicile sur place. Bien sûr qu’il faut virer ces cabines! Au moins que sur nos plages il y ait une égalité d’accès et de commodités pour tous. Il y a suffisamment d’inégalités par ailleurs. Quant à la carte postale…eh bien imaginez cette plage sans cabine, c’est super joli…et bien plus naturel.

  5. À mon sens, la défense de l’environnement ne se résume pas à la protection de la nature; le patrimoine architectural fait aussi partie de l’environnement.
    Si nous refusons de protéger les « survivances de périodes révolues » où les nantis (éventuellement nantais) se prélassaient tandis que le commun des mortels trimaient, nous devons renoncer à entretenir les châteaux de la Loire et Versailles!

  6. Certes, mais faire un parallèle entre les chateaux de la Loire et Versailles avec les cabines de bains de la plage des Dames me parait un raccourci pour le moins audacieux. L’esthétique de ces cabines est discutable, et leur utilisation reste privative. Enfin , imaginez la plage des dames sans ces cabines, et à leur place des tamaris, rouches de mer ou autres espèces locales, ce ne serait pas si mal…

  7. Entièrement d’accord avec PA
    les Cabines du bois de la Chaise reste l’apanage de quelques privilégiés qui se battent pour leur petit bien-être
    La plage et la mer est à tout le monde, dans le respect de la nature
    alors les cabines, elles peuvent partir on s’en fout
    Merci

  8. Les cabines peuvent partir on s’en fout PAS!!!! La question qui se pose ici est la sauvegarde du patrimoine de Noirmoutier! Au cas où vous (pellemelle ou PA) ne l’auriez pas remarqué mais ces jolies petites cabines sont le symbole et le charme de notre île, pour preuve elles figurent sur toutes les cartes postales et autres brochures présentant les charmes de Noirmoutier!
    Je comprends que vous soyez contre le maintien des cabines dans la mesure ou vous n’en avez pas! Vous voulez simplement priver des heureux propriétaires de la chance qu’ils ont d’en posséder une! Mais il faut savoir que nous sommes privilégiés mais pas necessairement riches, en effet les cabines peuvent être accessibles à un plus grand nombre! Pour ma part j’en ai acheté une en 2006 pour 400€, ce qui est relativement raisonnable.
    La plage et la mer sont à tout le monde, d’ailleurs personne ne vous empêche d’accéder a la plage et de vous baigner. Les cabines ne detruisent pas la nature ou dites moi de quelle manière!
    Il ne faut pas que « l’affaire des cabines » se résume à une opposition entre propriétaires et non propriétaires! Car – et je pense que vous êtes d’accord avec moi – le plus important est de tout faire pour que Noirmoutier garde son charme!!!!!

Laisser un commentaire