Qui sommes-nous?

L’association Vivre l’île 12 sur 12 est née en 1985. Un projet de centre de loisirs aquatiques sur le site de Fort Larron, pointe sablonneuse encore vierge au Nord-Est de l’île de Noirmoutier, avait mobilisé des résidents indignés de voir s’installer sur cet espace remarquable des attractions tapageuses. Le projet sera retiré mais l’association de défense de l’environnement Vivre l’île 12 sur 12 est née ; elle sera reconnue association agréée de défense de l’environnement le 29 juin 1989.

Le projet de l’association est défini dans ses statuts :
• assurer la protection de la nature et de l’environnement de l’île.
• sauvegarder sa flore, sa faune, ses réserves naturelles en tenant compte du milieu dont elles dépendent.
• veiller au bon équilibre des intérêts humains, sociaux, culturels, scientifiques, économiques, sanitaires et touristiques.
• rechercher une meilleure information pour une action constructive.

Depuis 1985 l’association s’est affirmée. Actuellement forte de près de 450 adhérents elle s’oppose avec succès aux projets trop menaçants pour l’environnement ou le patrimoine. Quand la concertation n’est pas possible et chaque fois que la loi est contournée, elle poursuit ses combats devant les juridictions administratives ou civiles. Elle a ainsi engagé des procédures concernant:

• un projet de construction de 70 logements sur la dune,
• la construction de 39 logements sur un site classé (moulin du Bois Gaudin),
• la construction de 45 logements en bordure du polder de Mullembourg,
• la construction d’une maison en sommet de dune bordière,
• le plan d’occupation des sols de la commune de l’Épine qui déclassait des zones sensibles (dunes, marais) en zones constructibles,
• le déversement de boues de dragage de port à proximité d’une plage,
• un projet de route littorale,
• le plan d’occupation des sols de la commune de Barbâtre qui ne tenait pas compte de zones sensibles classées ZNIEFF de type 1 (dunes et polder de Sébastopol entre autres).
• l’extension sans précautions architecturales particulières d’une zone artisanale à La Guérinière.
• de nombreuses autres actions, sur le terrain, ont permis de protéger des zones sensibles, de limiter la frénésie immobilière et de faciliter l’application raisonnée de la loi Littoral.

Le suivi de nombreux dossiers, la participation à toutes les enquêtes publiques, à l’Observatoire des marées noires, à la Commission départementale des sites, au Comité de pilotage du projet de classement du Gois, au Comité de Suivi du dévasage du port de l’Herbaudière, à des comités de pilotage ou de suivi créés par la Communauté de Communes (polders de Mullembourg et de Sébastopol, travaux de défense contre la mer) permettent à l’association de participer aux indispensables concertations qui devraient précéder tous les les projets qui concernent l’environnement de l’île.

Dans le cadre d’un travail universitaire, un ancien membre du Conseil d’administration de l’association, Michel Devroc, s’est penché sur la question des relations entre les associations et les élus. Son mémoire inclut un aperçu du travail de l’association Vivre l’île 12 sur 12. Il peut être téléchargé en cliquant ici.

L’association édite un bulletin d’information destiné à ses membres.

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

 » Suite à l’assemblée générale du 27 juillet 2018 qui a renouvelé le conseil d’administration et conformément aux statuts, le 8 août 2018, les membres du Conseil ont procédé à l’élection du nouveau bureau qui se compose désormais de la sorte :

  P    Présidente : DAMOUR Annik

          Vice-Président : ANDROMAQUE Alain

          Secrétaire : GUERIN DAVIET Maryvonne

          Trésorier : DECOBERT Michel

au    Autres membres du conseil : BEAUCHÊNE Marie Thérèse – CITEAU Pierre – CHEVET Michèle

       Elizabeth GOUALIER et Jean Marie PALVADEAU (ancien administrateur), viendront en soutien technique renforcer le conseil d’Administration. »