La population de l’île

Selon un article paru dans Ouest France du 15 janvier 2011, la population légale totale de l’île de Noirmoutier a augmenté de 22.9% par rapport à 1999.

Cependant, la ville de Noirmoutier-en-l’île connaît une légère décroissance de sa population officielle, de 5001 à 4756.

Ouest France pose trois questions à … [sic], qui répond, entre autres, que cette diminution serait partiellement due au fait que « Le territoire ne bénéficie pas d’un réseau routier à la hauteur de son potentiel. »

Sans commentaire!

Vous pouvez lire l’article de Ouest France en ligne en cliquant ici

5 réflexions au sujet de « La population de l’île »

  1. Si l’on en croit cet article, il deviendrait indispensable de construire un deuxième pont surplombant le passage du Gois, d’élargir la voie rapide qui balafre l’ile à deux fois 3 voies, de goudroner une bonne quinzaine de grands giratoires suplémentaires répartis dans l’ile… Enfin, ce qu’il en restera.
    Il faut bien pour justifier cette politique de fuite en avant ; continuer à artificialiser l’ile de Noirmoutier et toute la côte vendéenne en continuant à tout miser sur les résidences de vacance (donc aux volets clos presque toute l’année).
    Ainsi, quand il ne restera plus un seul hectare de marais et de dunes non aménagé, il ne nous restera plus que les anciennes cartes postales pour nous souvenir de la singulière beauté paysagère d’une ile sacrifiée aux seuls intérêts de quelques uns.

  2. Bonjour,

    A mon sens, l’article de parle pas du reseau routier de Noirmoutier lui même mais de l’enclavement de l’Ile dans sa position en Nord Ouest vendée dans une zone peu accessible par la route… L’article parle probablement plus des axes routiers saturés entre Le sud vendée et Noirmoutier et entre Nantes et Noirmoutier.
    Evidemment, l’Ile n’aurait cepednant pas grand chose à gagner à la construction d’une 2×2 voies entre Nantes et Noirmoutier, si ce n’est une saturation totale de L’ile en été , ce qui est dejà le cas…

  3. Je crois aussi que le réseau routier en question est celui de l’accès à l’ile de Noirmoutier.Mais pour moi l’essentiel est dans la quasi impossibilté pour les jeunes qui désirent travailler et vivre sur l’île de s’y loger en raison du coût du foncier.Dans mon environnement immédiat,en 2010, deux familles, soit au total huit personnes, ont quitté l’ile où ils étaient locataires pour faire construire à la Barre de Monts.

  4. Il apparaît bien en effet que c’est le probléme routier et surtout de la desserte Nantes/Noirmoutier/st jean de monts, qui retient l’attention des politiques.Quand à la démographie îlienne, il faudra trouver des idées pour inciter ceux ci à venir ici! les prix continuent à monter, mais pas les salaires ni les emplois! si la nouvelle zone artisanale de Barbâtre produit autant d’emplois que la première, nous serons proche du zéro pointé. J’ai peur personnellement que la perte démographique de Noirmoutier pousse certains élus à du n’importe quoi. Comme je le lis plus haut il y a certes quelques arrivées dans les communes de l’île , mais il y a aussi pas mal de personnes qui quitte l’île pour les communes proches sur le continent, et je ne crois pas que cela va s’arrêter de sitot.Nous devons être vigilant à cette démographie en regardant qui remplace ceux qui nous quittent.Il en va de la vigueur et du dynamisme de notre île.

Laisser un commentaire