Droit de réponse

À la demande de Monsieur le Président de la Communauté de communes, réagissant à l’éditorial dans notre Bulletin d’infos N° 56 (hiver 2009/2010) et à des affirmations publiées sur ce site internet concernant le Plan de Prévention des Risques d’Inondation, nous publions ci-dessous sa réponse:

Le Plan de Prévention des Risques d’Inondation est, dans son élaboration et dans sa publication, du ressort de l’Etat qui, actuellement le prépare. La Communauté de communes de l’Ile de Noirmoutier s’est engagée dans la réalisation d’une étude pour mesurer avec précision, compte tenu des connaissances qui sont les nôtres des différents événements qu’a pu connaître l’Ile de Noirmoutier au cours des trente dernières années, la propagation de la mer en cas de submersion ou de brèche dans l’un de nos ouvrages de défense contre la mer.

À plusieurs reprises la réunion qui avait été programmée pour échanger sur le Plan de Prévention des Risques d’Inondation a été remise à la demande de l’Etat. Les élus communautaires, le 2 mars dernier, réunis en Conseil communautaire extraordinaire, ont demandé que ce Plan de Prévention des Risques d’Inondation puisse être mis en application le plus rapidement possible.

2 réflexions au sujet de « Droit de réponse »

  1. Je suis totalement offusqué des propos tenus par le Président de la Comcom, lorsque nous faisons le bilan de son action défavorable concernant le PPRI depuis sa nomination à ce poste.
    Dévalorisation du Travail des fonctionnaires de l’Etat, voir réunion automne 2008
    Méfiance des travaux de l’Etat dans les simulations numériques, puisque Noirmoutier en fait une de plus, le 1er vice président demandant une 3em au Conseil général, faudra t’il que chaque habitant de l’ile fasse sa simulation????
    L’usage de nos deniers est bien mal en point
    Triste
    Georges

  2. « C’est pas moi , c’est l’autre ». Et l’autre c’est l’Etat nous dit Noël Faucher, Président de la communauté de commune et Maire de Noirmoutier en l’île, candidat UMP malheureux au conseil régional de mars 2010.
    Si on comprend bien, en 2009, il fallait faire une étude supplémentaire de la « comcom » de Noirmoutier (payée par les contribuables noirmoutrins) pour être certain que tout était bien connu en cas de rupture des digues et compléter/confirmer/modifier les études préalables au Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) de l’île, prévues ou déjà faites par l’Etat (préfecture de Vendée).
    Si on comprend toujours bien, voici que brutalement et sans délai aucun, il faut mettre en route depuis mars 2010 un PPRI dont on ne connait pas même le contenu provisoire.
    l’initiative de monsieur Faucher tendrait aujourd’hui à faire appliquer un PPRI qu’il ne voulait pas hier. Cela n’est pas sérieux ni crédible. Il s’agit d’opportunisme politique qui ne trompe aucun Noirmoutrin et apparaît indécent vis à vis de communes plus sinistrées que nous.

Laisser un commentaire