Le camping de La Faute rasé

Il y a une dizaine de jours, dans un billet de ce blog, nous avons relaté un entretien radiophonique dans lequel Monsieur Oudin justifiait sa position en faveur de l’autorisation d’occupation du domaine maritime pour le camping de la Faute sur Mer.

Un camping, disait-il en substance, n’est occupé que pendant les mois où le risque de tempête est minime; donc, il n’y a pas de danger.

Dans un article mis en ligne ce lundi, Ouest France  décrit le désarroi des habitués du camping. Deux cent trente mobile-homes qui partent à la casse, au coût de €600 par mobile-home, cela fait un total de €138000 pour la commune.

Une réflexion au sujet de « Le camping de La Faute rasé »

  1. Monsieur OUDIN est ancré sur des positions qui datent beaucoup; il considère sans doute que « développement économique durable » est un gros mot. Il suffit d’avoir en mémoire la teneur de son intervention à la conférence débat que vous avez organisée, au cours de laquelle les deux remarquables intervenantes ont défini environ 80 critères pour déterminer la capacité d’accueil: « quant à nous (il parle de lui à la première personne) 5 critères ont suffi pour développer l’Ile ».

Laisser un commentaire