Le parc éolien des deux îles : un point de vue

Un adhérent à Vivre l’île 12 sur 12 nous adresse un dossier très complet dans lequel il plaide contre le projet d’installation d’un gigantesque parc éolien au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

L’auteur s’est intéressé au sujet suite à la réunion organisée en septembre par la Communauté de communes et la société WPD, mais il a trouvé que les informations disponibles sur cette nouvelle technologie étaient rares et incomplètes en particulier sur l’éolien offshore. C’est pourquoi il a entrepris cette étude, qu’il a fait vérifier et valider par des experts.

L’auteur conclut que :

 la promotion de l’éolien a son origine dans les pays du Nord de l’Europe car ces pays ont presque tous une production de CO2 par habitant très élevée et leur objectif de réduction de CO2 du Protocole de Kyoto est donc très important.
Ces pays, plats et ventés peuvent voir un intérêt dans l’éolien au moins pour se faire une image de pays vert et en faire une vitrine commerciale afin de vendre leurs produits chez les autres.
On ne voit pas l’intérêt d’investir des sommes considérables dans des systèmes éoliens gigantesques, impactant négativement et lourdement l’environnement local pour les substituer à une énergie existante (nucléaire, hydraulique) plus performante, avec une technologie non mature, dont la production sera toujours aléatoire, aux résultats environnementaux médiocres et non économiquement viable.
Les seules retombées positives seront pour quelques sociétés privées étrangères qui s’empresseront d’en passer les contraintes à la collectivité et les surcoûts aux consommateurs.

Vous pourrez télécharger un résumé du dossier en format pdf (4 pages) en cliquant ici, et le dossier complet (53 pages) en cliquant ici. Lisez tous nos articles concernant l’énergie éolienne en cliquant ici, ou en sélectionnant la catégorie « Éoliennes » dans la liste de catégories à droite.

Pour ou contre l’exploitation de l’énergie éolienne en général, et le projet des deux îles en particulier, lisez le dossier et faites-nous part de vos réactions.

Une réflexion au sujet de « Le parc éolien des deux îles : un point de vue »

  1. Si il est vrai que le faite que la France soit doter de l’énergie nucléaire nous permet d’avoir un impact moins important sur la production de CO2 par habitant nous ne devons pas oublier que la pollution de nos centrales nucléaires sera un héritage sur plusieurs siècles pour les générations à venir lorsqu elles devront être démanteler sans compter que le coût de leurs démantèlement n’a pas été prévu lors de leurs constructions ce qui devrait être le cas pour le parc éolien
    Mais ne nous voilons pas la face l’énergie idéale n’existe pas. Elles ont toutes des avantages et des inconvénients différents c’est a nous de faire un choix pour les générations futurs.
    Doit on continuer à préconiser les énergies fossile jusqu’à épuisement de la ressource ce qui provoquera certainement des conflits armées (sommes nous allé en Irak pour défendre le peuple face à un tirant ou pour leur ressources pétrolière ?)
    Ou doit on préconiser des énergies renouvelables qui vont provoquer de la pollution visuel sur nos paysages

  2. Les énergies fossiles ne sont pas inépuisables, et le nucléaire est à manier avec précaution. Des énergies alternatives oui, mais pas avec un rapport cout/bénéfice hors de prix, et une durée de vie limitée, car elles ne pourront etre soutenues financièrement. Ces solutions non viables disparaitront comme elles sont venues. C’est la cas de l’éolien qui n’est pas une industrie assez performante. Commençons par isoler les batiments,utiliser des ampoules à basse consommation, éteindre les bureaux la nuit, respecter la temperature des temperatures dans les locaux ( comme la loi le demande et qui n’est jamais respecté) etc.. toutes choses de bon sens, facile à faire avant de se lancer dans des operations compliquées, couteuses, et hasardeuses.
    Le Gouvernement et l’Administration devrait d’ailleurs service de modèle dans ce sens, ce qui est loin d’etre la cas dans les batiments publiques, et donc balayer devant sa porte avant d’imposer aux citoyens des charges finacières supplementaires. Evidemment pour un ministre de l’écologie ce n’est pas tres sexy et a un gout de « déja vu », quand on a des ambitions. On préfére refaire des « Concorde » et des « France » et a refiler le « bébé » aux suivants.

  3. Je m’associe totalement au commentaire de Noémie.

    L’économie d’énergie est la première ressource énergétique, c’est la moins coûteuse, c’est la plus logique.

    Est-il vraiment nécessaire dans l’île de Noirmoutier, de pouvoir lire son journal à deux heures du matin sous un réverbère ? Est-il vraiment nécessaire que les Noirmoutrins paient ces kilowats inutiles ?

    Nos élus ont-ils conscience de cette gabegie ?

  4. En réponse à Annak,j’ai proposé aux élus de L’Epine d’éteindre les réverbères la nuit de 23h à 5h du matin,ce qui représenterait une belle économie d’énergie et d’argent,cette proposition est restée sans véritable réponse,mais il est vrai que la circulation des piétons et des automobiles est tellement intense dans les rues de L’Epine dans ce créneau horaire,c’est donc probablement une mesure de sécurité…..

  5. La sécurité invoquée pour justifier l’éclairage nocturne est un faux argument.
    D’abord il convient de rappeler que la majorité des éventuels cambriolages ou agressions ont lieu dans la journée.
    Ensuite, et contrairement à une croyance répandue, de nombreuses études ont montré que des routes ou des ronds points non éclairées étaient paradoxalement moins accidentogènes que des routes bien éclairées (dans le noir, on est instinctivement plus prudent).
    Pour l’éclairage public, il existe sur le marché des lampadères équipés des détecteurs de présence avec minuterie. Ainsi les habitants qui rentrent la nuit peuvent visualiser la serrure de leur porte. Quelques instants après, la nuit étoilée reprend ses droits.
    En adoptant de tels dispositifs, la municipalité réduira d’autant sa facture d’électricité.
    Il faut aussi dans un même élan banir tous les dispositifs qui gaspillent inutilement l’électricité (les enseignes et autres publicités éclairées lorsque l’établissement est fermé et les lampadères boule qui n’envoient la lumière que vers le ciel)
    Voir le site de l’ANPCEN ( http://www.anpcen.fr/ )

  6. Bonjour

    Je pense que la discussion part sur deux sujets en même temps, et que du coup, on a un peu de mal…

    Le sujet initial, c’est un projet de construction d’un champ d’éoliennes.
    Le sujet corollaire, c’est l’énergie en général, et sa conservation, en particulier.

    A mon sens, il faut bien dissocier les deux choses pour rester bien constructif. Et donc, si vous le permettez :

    Concernant la construction d’un champ éolien, de cette dimension, et au vu des arguments avancés dans le rapport joint à ce fil de discussion, je pense qu’il serait intéressant de chercher à savoir si il existe une ou des associations, ou autres groupements qui ont commencé à militer ou à faire du lobbyisme pour lutter contre ce projet.
    Par ailleurs, y a t’il une pétition en cours ?
    Est ce que les mairies de Noirmout’ et Yeu se sont rapprochées ?
    Est ce qu’une étude de l’impact sur le tourisme ou autre est en cours ?

    Bref, il faut se défendre sur tous les fronts, en se regroupant, ou en rejoignant des groupes déjà constitués, et en menant des actions. C’est à dire que nous devons tous essayer de ne pas tomber dans une fatalité passive,et voir ce qui peut concrètement être fait.

    Amis internautes, si vous pouvez apporter de l’information sur des associations ou autres, des pétitions, ou que sais-je permettant de peser contre le projet de la ferme éolienne, merci de poster en dessous ! :)

    Concernant le sujet de l’énergie, de son renouvellement et de sa conservation, je sais que j’ai un point de vue qui pourra sembler farfelu, mais je vous le donne quand même. Tant pis.

    Je vous renvoie à une époque pas si lointaine où le commerce du sel (C’est pas les gens de Noirmout qui me contrediront) était le moteur économique. La Gabelle était l’impôt sur le Sel, les Gabelous étant la force de police en charge d’attraper les contrebandiers.
    Salzburg veut dire « la ville du sel », et pour cause, elle a bâti sa fortune (colossale) sur le commerce du sel.

    C’est à dire qu’il y a 300 ans (et c’est encore vrai aujourd’hui dans certaines parties du monde), l’économie était basée sur le sel.
    L’économie, mais aussi et surtout, les taxes, et les revenus de l’état.
    Pourquoi ?
    Eh bien parce que le sel était à l’époque le seul moyen de conserver les aliments, et donc de voyager, ou de passer l’hiver avec de la viande.

    Maintenant, on a l’électricité, le fréon, et avec tout cela, on conserve par le froid. Le sel ne vaut plus rien, on le met sur les routes l’hiver pour éviter la glace. C’est pour dire.

    Le sens de cette anecdote, finalement, est bien de montrer que finalement, l’important dans cette histoire, c’est l’impôt, pas le sel, qui n’est que le support de la taxe, comme l’énergie de nos jours. L’appareil d’état de l’époque a identifié quel était le produit clé à taxer pour pouvoir efficacement ponctionner l’activité économique dans son ensemble.

    De nos jours, c’est la même chose avec l’énergie, et les soucis d’énergie et du pétrole n’existent que (à mon sens) parce que l’enjeu n’est pas vraiment son renouvellement ou pas. L’enjeu, c’est : Comment sort-on du système de taxation du pétrole et des autres énergies ? Comment passe-t’on à un autre système de taxation ?

    Quant à dire que le pétrole s’épuise… Difficile à dire.
    Déjà, je vous renvoie ici :
    http://www.econologie.com/du-petrole-inepuisable-et-vert-obtenu-par-fermentation-nouvelle-3876.html

    Mais ce lien est discutable.
    Je rajouterai simplement que tous les ans, on découvre de nouveaux gisements, dont l’exploitation est financièrement viable. De plus, il semble que les principaux champs de pétrole Sahariens se re-remplissent dans le temps. Bref, si vous essayez de savoir pour combien de temps il nous reste du pétrole, la meilleure réponse que vous aurez sera : « Dans l’état actuel des recherches et de la technologie, XX ans ». Et le XX bouge tout le temps :)

    Bon. Maintenant, si vous m’avez lu jusque là, vous pensez : « Ca y est, encore un allumé qui déballe ses théories fumeuses dans notre joli Forum Noirmoutéen ».

    Alors, je conclus en rappelant simplement que mon sujet est de dire :
    – Essayons de nous regrouper et de lutter de manière organisée contre le projet des fermes éoliennes
    – Méfiez vous des débats sur l’énergie, il y a beaucoup trop d’intérêts en jeu pour qu’on vous en parle honnêtement
    – Méfiez vous des idées toutes faites sur le renouvellement des énergies, le sujet n’est pas du tout maîtrisé par la communauté scientifique !

    Excusez moi pour le pavé, je le referait pas. Le voisin d’en face retourne sur son île perdue en mer, où on ne l’entend pas raconter ses sornettes :)

  7. Bonjour,

    Je suis a votre disposition si vous désirez envisager des actions ou la creation d’une association comme opposants a ce projet industriel. A ce jour la population de Noirmoutier n’est pas informée par les autorités, afin d’éviter ou de minimiser toute opposition. On l’informera quand il sera trop tard et l’affaire sera dans le sac !
    Conatctez moi via mon mail

  8. Bonjour,

    Après lecture de tous les messages postés, je me pose une question simple :

    « Pourquoi vouloir s’opposer alors que vous dites vous-même ne pas être assez informé » !

    Est ce une position de principe contre les énergies renouvelables ?

  9. Bonjour Georges

    Ce ne semble pas être une opposition de principe, non .
    Simplement:
    Les parcs d’éoliennes sont une nuisance importante. Sonore, et visuelle. Sans parler des courants magnétiques, et de l’impact sur le milieu marin.
    Dixit le dossier (public) sur ce projet, l’emplacement de la ferme prévoit un taux d’utilisation des éoliennes de … 25%, soit le quart du temps.
    Pour compenser les 75% manquants, on fera appel à… Des moteurs thermiques, donc des groupes électrogènes. Donc, moteur, pollution etc.

    Donc, encore une fois, c’est pas une opposition de principe, c’est juste que nous allons avoir un… machin en face de nous qui sera laid et néfaste pour notre environnement, et même pas la consolation de nous dire que c’est pour la bonne cause, puisque les trois quarts de l’énergie du projet ne viendront pas de ces hélices.

    C’est juste du bon sens : Tant qu’à poser des éoliennes, autant le faire là où elles peuvent marcher avec un meilleur rendement, non ?

  10. Bonjour,

    un taux d’utilisation de 25% semble étonnamment faible.
    J’ai cherché le dossier sur internet mais je ne l’ai pas trouvé.
    Mais le raisonnement disant que la construction d’éoliennes implique le construction de centrales thermiques polluantes
    semble très spécieux, cela est également vrai en ce qui concerne le solaire tributaire de l’ensoleillement…
    Quand à l’installation d’éoliennes dans un meilleur endroit , je ne vois pas ou cela peut être mieux qu’en mer au large…
    Il y a une campagne généralisée anti-eolien (mais très franco-française) qui me semble étrange… Evidemment , certains élus locaux et entreprises profitent largement de ces installations (surfacturations etc…) mais avec un contrôle public plus strict on devrait pouvoir améliorer le rapport coût/bénéfice de ces installations.

Laisser un commentaire