Le risque de submersion marine

Ce jeudi 23 octobre à 19 heures aura lieu à la Salle de la Prée au Duc (Noirmoutier en l’île) une réunion publique d’information sur le Plan de Prévention des Risques Naturels  (PPRN : voir notre article du 18 septembre), en présence des élus des quatre communes de l’île. Si vous avez la possibilité d’y assister, n’y manquez pas!

Dans notre île, nous sommes surtout menacés par :

  • les submersions marines qui sont des inondations temporaires de la zone côtière par la mer dans des conditions météorologiques (forte dépression et vent de mer) et marégraphiques sévères provoquant des ondes de tempête. Elles envahissent en général des terrains situés en dessous du niveau des plus hautes mers, mais aussi parfois au-dessus si des projections d’eaux marines franchissent des ouvrages de protection;
  • le recul du trait de côte qui est le déplacement vers l’intérieur des terres de la limite entre le domaine marin et le domaine continental. C’est la conséquence d’une perte de matériaux sous l’effet de l’érosion marine, combinée parfois à des actions continentales.

Des cartes établies en 2002 (téléchargeables ci-dessous) montrent l’aléa de submersion marine dans toute l’île de Noirmoutier.

Sur ces cartes, on distingue :

  • la zone des 100m derrière les côtes susceptibles de céder où l’aléa est qualifié de “fort“ ; c’est la zone quadrillée en rouge ;
  • en arrière, les zones où l’aléa est défini en fonction de la hauteur d’eau qui résulterait d’une brèche : si cette hauteur d’eau est supérieure à 1m, l’aléa est qualifié de “moyen à fort “ (c’est la zone hachurée en rouge) ; si la hauteur est inférieure à 1m, l’aléa est alors “faible à moyen“ (c’est la zone hachurée en jaune) ;
  • la zone « hors d’eau », guillochée en ocre.

Cet atlas constitue donc une base de connaissances sur les phénomènes en présence.

Ces cartes sont très détaillées (échelle de 1/25000), et les fichiers sont lourds. Le téléchargement risque d’être long! Mais si vous voulez savoir dans quelle zone se situe un endroit précis de l’île, vous pourrez le voir ici.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur la commune de Noirmoutier et le nord de la commune de l’Épine.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur le sud de la commune de l’Épine, et sur la commune de la Guérinière.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur la commune de Barbâtre.

Une réflexion au sujet de « Le risque de submersion marine »

  1. Lors de la réunion publique du 23 octobre le Président de la communauté de communes a informé les assistants de l’état d’avancement des Plans de prévention des risques naturels (PPRN) des communes de l’île de Noirmoutier :

    – l’État lance une concertation avant d’imposer un Plan de prévention des risques naturels,

    – une altimètrie plus précise du territoire de l’île a été réalisée, les cartes correspondantes sont visibles en mairie,

    – un bureau d’études va travailler sur un projet de PPRN à partir de novembre 2008. Il aura à figer une altimétrie définitive, à déterminer les différentes zones « à risques » et à fixer les règles d’urbanisme correspondantes,

    – tant que les PPRN ne sera pas promulgués, nous serons dans une période transitoire où, dans les zones potentiellement « à risques », les demandes de permis de construire seront instruites au « coup par coup » par la préfecture. Il n’y a pas de réglement écrit, les POS et PLU actuels sont donc en partie caducs,

    Nous avons demandé au Président de la communauté de communes de mettre à disposition des noirmoutrins, sur le site internet de la communauté de communes, toutes les informations relatives à cette procédure et en particulier l’altimètrie la plus récente.
    Nous lui avons aussi suggéré de diffuser un bulletin d’information sur le sujet.

    Étant invités par la Préfecture à participer à l’élaboration de ce plan, nous vous tiendrons au courant de tous les développements de cette procédure, capitale pour Noirmoutier.

  2. Pour etre clair,

    beaucoup de participants à cette réunion ont mal perçu les informations:

    Il est toujours possible de déposer un permis de construire sur l’ile de noirmoutier.

    La carte des aléas de 1998 montre trois zonages

    Aléas nuls ou très faibles sont toujours construsibles.

    Aléas forts en effet posent problèmes, et là il faudra bien attendre les décisions de l’état après les discussions avec nos élus.

    G.MELANSON

  3. Quelques réflexions suite à la réunion sur le PPRI du 23 octobre 2008.

    Et si un PPRI (plan de prévention des risques d’inondation) sévèrement appliqué était plutôt une chance pour Noirmoutier !
    Il pourrait être l’occasion d’une remise en cause de notre conception de l’économie sur l’île en nous laissant le temps de la réflexion plutôt de continuer à foncer tête baissée dans une politique de constructions à tout va et d’attendre le clash final. Certes le bâtiment fait actuellement vivre beaucoup de monde sur l’île et la préoccupation des artisans est légitime. Mais en se projetant à plus long terme il parait évident qu’il faudra bien arrêter cette folie de la construction qui dure depuis quelques dizaines d’années : l’île n’est pas extensible !
    Mr Fauché veut un dynamisme économique permettant à un maximum de personnes de vivre sur l’île. C’est bien ! Mais la réalité montre que la plupart des constructions sont soit des maisons secondaires ouvertes au maximum 2 mois l’été, augmentant le sentiment de saturation de ces périodes, soit des maisons pour de jeunes retraités. Or le dynamisme d’une région est surtout le fait de nombreux actifs et de leur familles qui remplissent les écoles, les crèches, les clubs de foot, de danse ou autres. Un seul chiffre pour illustrer : la population des collèges a diminué de 25% en 5 ans et ce ne sont pas les habitants des nouvelles constructions qui vont inverser la tendance.
    Au cours de cette réunion des personnes se sont plaintes que leurs constructions allaient perdre de la valeur. Les spéculations de l’immobilier sur l’île avaient atteints des proportions sans commune mesure avec la réalité, un assainissement de la situation semble inévitable. D’ailleurs, cette situation n’est pas sans rappeler d’autres spéculations en crise…
    D’autres personnes constatent qu’il y a beaucoup de maisons à vendre sur l’île et que face aux risques d’inondations annoncées, les gens ont peur de s’y installer . C’est plutôt une bonne chose: si les prix chutent cela permettra aux vrais acteurs de la vie économique que sont les jeunes couples noirmoutrins obligés de s’exiler sur le continent, de pouvoir rester sur l’île plus facilement .
    Nous sommes dans une période charnière de remises en cause profonde du fonctionnement de notre société : grenelle de l’environnement, crises des fonctionnements bancaires, crise économique, voire récession… nous ne pourrons pas y échapper sur l’île. Il serait temps de revoir nos modèles de développement économiques. La réflexion au cours de cette mise en application d’un PPRI pourrait en être une excellente occasion.

Laisser un commentaire