La police innove

Article du Bulletin N° 40

Un projet devenu réalité

C’est en Avril 2002 que Michel Daillant (responsable de la police de Noirmoutier en l’île) et trois fondateurs élaborent une unité spéciale de police.

Sept heures par jour, quatre jours par semaine, pendant toute la saison, la patrouille de la brigade à cheval de Noirmoutier sillonne les dunes, les sentiers, et les marais.
Son but principal : assurer une meilleure sécurité aux habitants de l’île et aux estivants dans les endroits où les autres brigades rencontrent des problèmes d’accès.
En pleine saison cette brigade se compose de trois membres, trois jeunes femmes cette année. Les chevaux sillonnent un parcours prévu d’avance par la police. Le circuit évolue au fil des jours selon les obligations de la journée, les marchés, les événements et les représentations, ou encore les contrôles d’entreprises, de commerçants ou de véhicules.
Les cavalières veillent au respect des lois en vigueur dans le pays et surtout celles relatives à la protection du littoral.

Le recrutement et l’apprentissage

Les conditions d’admission à la brigade de police à cheval sont très strictes et correspondent à un contrat à durée déterminée car ce sont des emplois saisonniers.
Premièrement, les cavaliers qui se présentent sont titulaires au minimum du “Galop 5”, connaissent des tactiques de self-défense à cheval et possèdent une maîtrise irréprochable de leur collègue de travail : le cheval.
Deuxièmement, un policier doit aussi bien savoir se défendre que défendre autrui. La notion de défense à cheval est issue d’un art martial, le Yoseikan Bajutsu. Cette technique permet la protection de soi mais aussi la capture d’éventuels fuyards, vite rattrapés par le destrier, comme c’est le cas notamment pour les vols à l’étalage. Équipées d’une sangle de ramassage les cavalières sont libres de leurs mouvements et peuvent facilement se pencher pour apposer des PV aux véhicules en infraction ou attraper des voleurs.

En ce qui concerne les chevaux, ils sont au nombre de trois. Gazelle, Garance et Jairzhino, ils ont été recrutés dans des clubs où ils ont appris à être en contact avec les humains, les voitures, et la mer. Ils sont à l’aise sur tous les terrains, aussi bien sur les chemins en terre que sur l’asphalte, les sentiers mal aplanis des marais, les dunes de sables ou encore dans les zones forestières.

Les lieux de patrouille et le mode de prévention

Vous pouvez rencontrer la brigade à cheval au détour d’un chemin, d’un œillet de marais salant, ou plus fréquemment sur les plages de Luzeronde, du Lutin, de la Linière, du Mardi-Gras et du Bois de la Chaize.

Les chevaux ne sont présents que sur les plages non surveillées par les sauveteurs et uniquement sur celles situées dans la partie nord de l’île.
La patrouille s’effectue par paire et par tous les temps : deux valeureux destriers montés par deux jeunes femmes en uniforme, âgées de 24 ans environ. La hauteur que leur procure le cheval, combinée à celle du cavalier offre un meilleur champ de vision à ces femmes policières.

Elles veillent à entretenir un bon contact verbal avec les habitants et les vacanciers, tout en maintenant une présence d’ordre et de surveillance.
Notons par exemple que l’accès aux plages est formellement interdit aux chiens, au camping sauvage, aux feux de camp (le jour et la nuit), aux nudistes hors de la zone qui leur est réservée, et aux vendeurs à la sauvette.
Les marais salants sont également surveillés avec attention car des vols de sel ou de matériels, nécessaires à l’entretien régulier des marais, sont à déplorer.

Le bilan :

Cette brigade connaît depuis deux ans un franc succès au près des estivants. La brigade à cheval est moyen d’intervention écologique et rapide. Bien acceptée par la population, elle remplit parfaitement son rôle de médiateur.
Les services de police apprécient ce mode d’intervention pour des raisons de commodité, de rentabilité, de sécurité et de logistique.

Cependant ce bilan globalement positif doit être nuancé :
Les cavaliers n’ont pas le droit de descendre de selle sauf en cas d’extrême urgence. Ils ne sont pas habilités à apporter les premiers secours en cas de problème de santé ou d’accident de mer.
Un réseau de télécommunication leur permet de joindre à n’importe quel moment le poste des pompiers de l’île et celui des forces de police motorisées. Les secours prévenus, les interventions se font dans les meilleurs délais.
Par ailleurs, des crottins de chevaux sont inévitables après chaque passage de la brigade. Ces excréments sont certes biodégradables mais peu esthétiques ni hygiéniques. Des techniques comme le panier, utilisé pour ramasser les déjections, existent mais demanderaient une plus grande subvention et des réglages perfectionnés de l’appareillage.

Rappel sommaire des interdictions les plus courantes :

– Les vélos, sur le littoral, ne sont pas autorisés sauf sur les chemins appropriés.
– Les véhicules motorisés ne sont pas admis sur les plages, les dunes, et les réserves naturelles.
– Les vidanges sauvages, concernant avant tout les camping cars, sont interdites.
– Les feux de camp et les campings improvisés sont strictement réglementés.
– Les chiens ne sont pas autorisés à rester sur la plage pour des raisons d’hygiène.
– Tous les chevaux sont interdits sur la plage sauf à marée basse. Seuls des services spécialisés, comme la police de Noirmoutier, y sont autorisés.

Pour information :

A Noirmoutier : la brigade des chevaux est mise en place pendant la période estivale afin d’assurer une complémentarité de protection avec les unités déjà mise en place.
A l’Epine : un Garde Champêtre est responsable de la plage.
Dans les autres communes : c’est le Garde Municipal qui veille.

Dans un souci de protection de l’environnement de l’île, nous vous prions de bien vouloir vous tenir informés des lois en vigueur sur vos activités de loisirs, et de prendre le temps de lire les affiches appropriées à chaque entrée de dunes ou de chemins classés.
Merci de respecter votre environnement !

Nous remercions vivement Sylvie Tesson qui a bien voulu, cet été, se charger de ce reportage pour 12 sur 12 info.

Laisser un commentaire