Eoliennes en mer Yeu-Noirmoutier: le débat public commence!

Demain 12 mai se tiendra à Noirmoutier la réunion d’ouverture du débat public concernant le projet de construction de 62 éoliennes entre les îles d’Yeu et de Noirmoutier.
Ce débat où vous êtes tous attendus se déroulera jusqu’au 7 août et proposera différentes réunions publiques, ateliers et débats mobiles dont vous trouverez le calendrier sur le site de la Commission Nationale de Débat Public. Tous vous sont ouverts si vous souhaitez vous informer et donner votre avis.

Réunion d’ouverture: mardi 12 mai 19h30-22h30
Centre culturel des Salorges, 22 quai Jean Bart, Noirmoutier-en-l’île

Nous vous suggérons de consulter le site

Atelier préparatoire au débat public parc éolien Yeu – Noirmoutier

Vivre l’île 12 sur 12 participe actuellement aux instances de concertation sur le projet éolien dit « des deux îles ».
Une commission a été mise en place en début d’année afin d’organiser un débat public prévu se tenir de mai à août .
Dans cet objectif, la Commission Particulière de Débat Public propose un atelier ouvert à tous sur inscription:
Sujet: méthodologies des visualisations

Ci-après l’invitation de la CPDP:

« Dans le cadre du débat public sur le projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier, la commission particulière vous convie à un atelier préparatoire.
Le 7 avril, de 15h à 18h
Espace Terre de Sel,
34 route de la Grande côte
85550, La Barre-de-Monts
(Inscription obligatoire)
Cet atelier abordera la question des méthodologies de simulations visuelle du projet de parc éolien. Il a pour objectif de définir un consensus sur les points d’accord et de désaccord concernant les visualisations du projet soumis à débat public. Ainsi, la question de l’impact paysager ne sera pas abordée lors de cet atelier: il s’agit ici de participer à l’élaboration d’une méthodologie partagée par le plus grand nombre et qui sera mise en oeuvre au cours du débat public.
L’atelier est ouvert à tous: n’hésitez pas à en parler autour de vous! Toutefois, le nombre de places étant limité à 50 personnes, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire, en envoyant un mail à l’adresse suivante:
La commission compte vivement sur votre participation ! »

Le deuxième parc éolien marin attribué : un projet qui reste à étudier dans toutes ses dimensions.

C’est officiel, Ségolène Royal et ses services ont tranché: ce sera le consortium mené par GDF Suez qui vient d’être désigné pour mener à bien le projet d’implantation d’un parc éolien offshore au large entre Noirmoutier et l’île d’Yeu. Voir sur le lien http://www.fne-pays-de-la-loire.fr/le-deuxieme-parc-eolien-marin-attribue-un-projet-qui-reste-etudier-dans-toutes-ses-dimensions/

A suivre….

Communiqué de presse commun FNE, COORLIT 85 et 12sur12 : CP – Désignation lauréat parc des deux iles

 

Les éoliennes en mer : recours contre l’appel d’offres

La Fédération environnement durable (FED) a déposé un recours gracieux pour attaquer l’appel d’offre portant sur des installations éoliennes de production d’électricité en mer en France métropolitaine.

Une association noirmoutrine (entre autres) s’est associée à ce recours, déposé le 5 septembre auprès des ministres de l’Ecologie et de l’Economie avec copie au ministre de la Pêche.

Pour plus de détails, on pourra consulter l’article du site internet Énergie2077.fr en cliquant sur ce lien.

Parc éolien : le Conseil Général veut bien

Selon un article de Ouest France en ligne daté d’aujourd’hui, le Conseil Général de Vendée vient d’adopter une résolution acceptant le projet de parc éolien entre les îles de Noirmoutier et Yeu.

Cette décision, adoptée par 27 voix (les élus du MPF, le parti de Philippe de Villiers, ainsi que Jacques Oudin s’étant abstenus), serait :

« encadrée […] de 5 conditions: D’abord des engagements fermes et écrits pour des retombées en matière d’emploi. Ensuite que l’Etat donne des garanties pour confirmer la non-réalisation des projets d’extractions de granulats marins dans ce secteur. Encore que le groupe WPD, porteur du projet, supprime une ligne de 12 éoliennes sur les 96 fleurs du vent prévues pour réduire l’impact visuel. Aussi que les opérateurs, désormais un consortium économique industriel et technique regroupant aussi Alstom et EDF Energies-Nouvelles, intègrent dans leur projet la prise en charge de l’alimentation électrique d’une future unité de dessalement d’eau de mer vendéenne et contribuent à des expérimentations sur les énergies renouvelables (propulsion électrique des bateaux par exemple). Enfin que l’Etat ne demande pas plus à la Vendée pour l’éolien terreste que l’objectif fixé à l’horizon 2020 d’une production de 230 mégawatts. »

Parc éolien des deux îles : le vent tourne !

Selon la Gazette des communes (édition en ligne) en date du 19 avril (cliquez ici pour lire l’article), il semble probable que l’assemblée départementale se prononcera d’ici quelques jours en faveur du projet du vaste parc éolien offshore envisagé par le groupe allemand WPD entre les îles de Noirmoutier et Yeu.

Parc éolien des deux îles

(Image prise sur le site de l’EPAW.)

Champ éolien : le projet est enterré

Courrier vendéen du 11 novembre 2010

Selon l’article du Courrier Vendée du 11 novembre 2010, que vous pourrez lire en cliquant sur la miniature ci-dessus, une pétition contre l’installation d’un champ éolien en mer entre les îles de Noirmoutier et Yeu aurait récolté environ 1400 signatures.

D’après le Président de l’association NÉNY (Non aux Éoliennes entre Noirmoutier et Yeu), même si le site n’est plus considéré par le gouvernement comme prioritaire, « rien ne permet de dire que ce projet ne se fera pas. »

L’association restait donc sur ses gardes.

Cependant, selon AFP, le Président de la République aurait écrit mi-novembre à Philippe de Villiers pour lui dire que le gouvernement « a décidé de ne pas retenir la zone au large de l’Ile de Noirmoutier » dans les appels d’offres nationaux pour la construction de quelque 600 éoliennes en mer.

Le projet de parc éolien en difficulté

A la page 2 de son journal N° 138, d’avril/mai 2010, le Conseil général publie un article intitulé L’éolien en mer ou l’océan défiguré, dans lequel il dénonce le projet de parc éolien au large des îles de Noirmoutier et Yeu, porté par la société WPD.

Le mois dernier, Vivre l’île 12 sur 12 a été l’un des destinataires d’une lettre  et d’un communiqué envoyés par WPD à l’ensemble des élus littoraux, aux représentants de la pêche et aux associations locales. Dans sa lettre, la société qualifie le contenu de cet article de « graves et fausses informations relatives au projet d’implantation d’éoliennes offshore au large des îles d’Yeu et Noirmoutier. »

Selon un article publié hier par Énergie2007, le site des autorités organisatrices de la distribution d’électricité et de gaz et de leur fédération, « le département de la Vendée, pour la zone située au large de Noirmoutier et de l’Ile-d’Yeu, ne serait pas une zone prioritaire du développement de l’éolien offshore, contrairement à la Loire-Atlantique. » En citant le journal Ouest France, l’article indique que « les premiers arbitrages » conduiraient à un « rejet du projet, porté par WPD offshore France, de parc de 96 éoliennes (600 MW) à 13 km au large de l’Ile d’Yeu. »

Le parc éolien des Deux Îles

Le 14 décembre, la société WPD a organisé une concertation à la mairie de la Barre de Monts afin de recueillir les avis des pêcheurs, ostréiculteurs, commerçants, élus et associations sur les différentes possibilités d’implantation du parc.

Lors d’une réunion particulièrement conviviale, où chaque participant a pu se régaler de jus de fruits, café, thé, croissants et chocolatines et emporter en cadeau un porte-trombones chromé en forme d’éolienne (voir photo), les assistants ont, presque sans exception, exprimé leur enthousiasme pour ce parc.

porte-trombone de bureau

Seuls les Amis de Noirmoutier et Vivre l’île 12 sur 12 ont gardé leurs distances: malgré l’avis positif de leur commission « Nature et environnement », les Amis se réservent de se prononcer lorsque les détails du projet seront connus (voir aussi notre article du 15 novembre 2009); 12 sur 12, qui a répondu positivement à l’invitation de WPD dans le seul souci de rester informé, constate que, si ses statuts lui permettent de prendre position par rapport au projet, ils ne l’y obligent pas. Étant donné le manque de consensus au sein du Conseil d’administration, et l’absence de mandat clair de la part des adhérents, nous estimons que nous ne pouvons pas nous prononcer dans un sens ou dans l’autre.

L’impression de consensus positif qui se dégageait de la réunion était peut-être trompeuse, cependant, dans la mesure où les positions défavorables n’étaient pas représentées, soit qu’elles n’avaient pas été invitées, soit qu’elles n’avaient pas souhaité venir. Le Conseil Général de Vendée s’est prononcé contre ce projet, et notre conseiller général a voté contre. Une association a été fondée (par un adhérent de Vivre l’île 12 sur 12) pour s’y opposer, Non aux éoliennes entre Noirmoutier et Yeu, ou N.E.N.Y.

Les assistants ont pu voir des photomontages qui permettaient d’apprécier l’impact visuel depuis Noirmoutier et Yeu des différentes variantes envisagées. Chacun a pu exprimer ses préférences pour l’une ou l’autre implantation. La variante finalement choisie était celle préconisée par les comités de pêche de Noirmoutier et Yeu. Le représentant de l’association Yeu Demain s’est déclaré prêt à accepter la proposition.

Quant à nous, nous constatons que, quelle que soit l’implantation choisie, la présence du parc altérera l’horizon: il sera visible par beau temps, comme on peut le constater en visitant le site internet du projet créé par WPD. En cliquant sur l’onglet « La concertation » et en sélectionnant l’option « L’insertion paysagère », on peut visualiser les photomontages du projet.

Nous avons fourni, en avril dernier, un lien vers le dossier (53 pages) « Faits et réflexions sur le projet de parc éolien des deux îles« , établi par N.E.N.Y.; WPD y répond dans un document de 106 pages intitulé « Faits et corrections« . N.E.N.Y. a également présenté un diaporama lors de la réunion organisée par l’association l’Avenir de Noirmoutier en octobre dernier (mentionnée dans notre article du 15 novembre). Les planches de ce diaporama sont visibles en format pdf en cliquant ici.

Pour les adhérents à Vivre l’île 12 sur 12 qui, après s’être informés, souhaiteraient se mobiliser pour ou contre le projet du parc éolien des Deux Îles,  nous vous suggérons, dans le premier cas, de rejoindre le groupe « Pour le projet éolien offshore des 2 îles » sur Facebook, ou dans le deuxième, d’adhérer à l’association N.E.N.Y. (« Non aux éoliennes entre Noirmoutier et Yeu »), qui peut être contactée au courriel suivant: mail.neny [arobase] orange.fr ou en cliquant ici.

L’occupation de l’estuaire de la Loire

l’occupation de l’estuaire de la Loire

En cliquant sur la vignette ci-dessus, on pourra voir une carte de l’estuaire de la Loire où on distingue:

  • en bleu, les sites d’extraction de granulats, dont le Pilier et le Charpentier sont en cours d’exploitation, l’Astrolabe et le Cairnstrath en projet;
  • les parcs éoliens en projet : WPD (parc des deux îles, 120 éoliennes à 15km de Noirmoutier), Nass&Wind (parc de Guérande, 60 à 80 éoliennes à 15km de la Côte Sauvage) et EDF (parc de la Banche, 12 éoliennes à 7km de la Baie de La Baule);
  • SEM-REV, site de recherches sur les énergies marines à 10km au large du Croisic sur la partie sud-ouest du plateau du Four; en projet, une base d’expérimentation pour machines utilisant les vagues pour produire de l’énergie, qui devrait être opérationnelle en été 2010;
  • le chenal d’accès à Nantes/St Nazaire (zone noire et blanche)
  • en vert, des zones de protection environnementale.

“Les amis de l’île de Noirmoutier” et les éoliennes

Lors d’une réunion tenue le 2 novembre par l’association « Les amis de l’île de Noirmoutier », la société WPD a présenté le projet dit « du parc éolien des deux îles ».

Selon le président, Marc Poiraudeau, la commission environnement de l’association « a émis un avis favorable à ce projet éolien offshore. »

Le 16 octobre, l’association « L’avenir de Noirmoutier », présidée par Jacques Oudin, avait invité le fondateur de l’association N.E.N.Y. (« Non aux  Éoliennes entre Noirmoutier et Yeu ») à présenter ses arguments contre ce parc lors d’une rencontre au cours de laquelle la polarisation et la passion des positions, pour ou contre, étaient manifestes.

Monsieur Oudin a commencé par expliquer que son association ne prenait pas position, et qu’il avait organisé la rencontre dans le but d’informer. Pressé par le groupe favorable aux éoliennes, il a bien dû finir par admettre, à l’issue de la présentation, qu’il était « personnellement » opposé à ce projet, et qu’il avait voté contre au Conseil Général.

Michel Adrien, chef de file des supporteurs du projet, a fait valoir qu’en s’y opposant « c’est un business énorme qui va nous passer sous le nez. » D’après Monsieur Adrien, « 10% de l’énergie mondiale sera éolienne dans 10 ans. »

L’opposition au projet, tout aussi passionnée, a fait valoir les risques de perturbation du milieu marin et l’incertitude concernant le sort des éoliennes à la fin de leur vie utile. S’il est clair que nous avons besoin de nouvelles sources d’énergie, il ne faut pas négliger le gisement important constitué par les économies d’énergie.

C’est sans doute pour faire contre-poids à cette rencontre que « Les Amis » ont invité WPD à présenter son projet, et à contredire l’étude de N.E.N.Y.

En cliquant sur la miniature ci-dessous, on pourra lire l’article que le Courrier Vendéen a consacré à la réunion des Amis de l’île de Noirmoutier dans son édition du 5 novembre.

Courrier vendéen du 5 novembre 2009

Pour envoyer un courriel à l’association Non aux Éoliennes entre Noirmoutier et Yeu: mail.neny [arobase] orange.fr, ou cliquez ici

Pour contacter les Amis de Noirmoutier :
adresse : Logis du Gouverneur, Le château – BP 201, 85330 NOIRMOUTIER EN L’ILE
Tél / fax: 02 51 39 54 54

L’énergie hydrolienne ?

« En quête de sciences » est un blog écrit à quatre mains. Les premières appartiennent à Benjamin G., enseignant, les deux autres à Jonathan Parienté, journaliste.
L’article que publie ce blog aujourd’hui, 17 juin, concerne une nouvelle source d’énergie renouvelable: l’hydrolienne.

« Comme une éolienne, l’hydrolienne convertit l’énergie de la vitesse – énergie cinétique – en énergie électrique. Tout bon physicien vous le dira, l’energie cinétique est proportionnelle à la masse. L’eau étant plus dense que l’air, l’énergie des courants marin est plus importante que celle des courants d’air. A diamètre constant, les hydroliennes produisent plus d’électricité que les éoliennes. »

Le parc éolien des deux îles : un point de vue

Un adhérent à Vivre l’île 12 sur 12 nous adresse un dossier très complet dans lequel il plaide contre le projet d’installation d’un gigantesque parc éolien au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

L’auteur s’est intéressé au sujet suite à la réunion organisée en septembre par la Communauté de communes et la société WPD, mais il a trouvé que les informations disponibles sur cette nouvelle technologie étaient rares et incomplètes en particulier sur l’éolien offshore. C’est pourquoi il a entrepris cette étude, qu’il a fait vérifier et valider par des experts.

L’auteur conclut que :

 la promotion de l’éolien a son origine dans les pays du Nord de l’Europe car ces pays ont presque tous une production de CO2 par habitant très élevée et leur objectif de réduction de CO2 du Protocole de Kyoto est donc très important.
Ces pays, plats et ventés peuvent voir un intérêt dans l’éolien au moins pour se faire une image de pays vert et en faire une vitrine commerciale afin de vendre leurs produits chez les autres.
On ne voit pas l’intérêt d’investir des sommes considérables dans des systèmes éoliens gigantesques, impactant négativement et lourdement l’environnement local pour les substituer à une énergie existante (nucléaire, hydraulique) plus performante, avec une technologie non mature, dont la production sera toujours aléatoire, aux résultats environnementaux médiocres et non économiquement viable.
Les seules retombées positives seront pour quelques sociétés privées étrangères qui s’empresseront d’en passer les contraintes à la collectivité et les surcoûts aux consommateurs.

Vous pourrez télécharger un résumé du dossier en format pdf (4 pages) en cliquant ici, et le dossier complet (53 pages) en cliquant ici. Lisez tous nos articles concernant l’énergie éolienne en cliquant ici, ou en sélectionnant la catégorie « Éoliennes » dans la liste de catégories à droite.

Pour ou contre l’exploitation de l’énergie éolienne en général, et le projet des deux îles en particulier, lisez le dossier et faites-nous part de vos réactions.

L’éolien en mer : le ministre engage une concertation

Dans un communiqué publié mardi dernier, Jean Louis Borloo annonce sa décision d’engager une concertation sur l’essor de l’éolien en mer. (Voir aussi l’article ici).
Objectif: installer une capacité de 5 000 à 6 000 MW à l’horizon 2020.
Ainsi, pour chaque façade maritime, une instance de concertation et de planification, rassemblant l’ensemble des parties prenantes sur le modèle du Grenelle de l’environnement, devra identifier les zones propices au développement de l’éolien en mer compte tenu des différentes contraintes (usage de la mer, radars, réseau électrique….) indique le communiqué. En outre, les industriels porteurs de  projets devront privilégier ces zones.

Pour booster ce développement, le ministère a indiqué que les procédures applicables à l’éolien en mer « seront très nettement simplifiées, avec la suppression des zones de développement éolien et des procédures d’urbanisme ».

Jean Louis Borloo a ainsi demandé aux préfets des régions concernées – Bretagne, Pays de Loire, Haute Normandie, Aquitaine et Provence Côte d’Azur – d’organiser cette concertation. Ces derniers devront transmettre leur document de planification avant le 15 septembre, a précisé le Ministère.

Projet éolien en mer

Ouest France du 27 janvier 2009 Ouest France du 27 janvier 2009

Cliquez sur les miniatures pour lire l’article paru dans Ouest France du 27 janvier 2009.

Si le Président de la Communauté de communes semble penser que le projet est enterré, la société qui le promeut ne désespère pas. « C’est un projet qui se fait sur le long terme », précise-t-elle. Mais, comme le disait l’économiste John Maynard Keynes: « À long terme, nous sommes tous morts. »

L’éolien en question

Dans le numéro 108 du Journal de la Vendée (le bi-mensuel du Conseil Général), à la page 8, on pourra lire un entretien avec Christian Gérondeau, expert des questions d’énergie, qui met en question la pertinence de l’énergie éolienne pour résoudre les problèmes énergétiques de la France.

On sait que le Président du Conseil Général de la Vendée, Philippe de Villiers, est défavorable à l’installation de parcs éoliens sur le département, et en particulier au projet de parc éolien des deux îles, dont nous avons parlé déjà dans ce blog.

Pour lire tous nos articles sur le sujet, on peut sélectionner la catégorie « Éoliennes » dans la liste à droite.

Éole, dieu ou démon?

L’association Vivre l’île 12 sur 12 attend avant de prendre position par rapport au projet de parc éolien des deux îles. Notre expérience lors de l’installation des éoliennes de Bouin (qui ont modifié un paysage unique, au point de le détruire) nous montre qu’il sera difficile de définir une position consensuelle, les membres de l’association ayant des vues diverses et souvent passionnées à ce sujet.

Cependant, nous  avons à coeur de continuer à informer le public. Nous recommandons la lecture du cahier paru récemment dans Le Monde (numéro du mercredi 1er octobre 2008) sous le titre « Éole, dieu ou démon ».

Les articles de ce cahier sont consultables sur le site du journal, en cliquant sur les liens ci-dessous.

Éole, dieu ou démon

Après le règne du nucléaire, place à la « cohabitation énergétique »

Le marché des éoliennes privées pourrait exploser, si…

Une rentabilité qui fait débat

Pour les maires ruraux, une manne tombée du ciel

La Chine, premier producteur en 2009?

La mer, nouvel horizon du vent

Notre objectif 2020 est réalisable

Dire qu’il faut réduire la consommation choque

Le parc éolien des deux îles: quelques liens

Le blog de 3B conseils

Site du Conseil Général (dernier paragraph du sous-titre: « Agir pour un développement harmonieux de la Vendée »)

Le journal Ouest France du 13 septembre

http://www.thewindpower.net/news/actualite-eolien-642.php

La Roche sur Yon maville.com (avec un lien vers un forum où l’on peut donner son avis)

Le parc éolien des deux îles

Une Directive Européenne de 2001 fixe une part indicative de 21% d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables dans la consommation totale d’électricité de la Communauté en 2010.

La Commission Européenne a présenté, en janvier 2008, une proposition de directive relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables. Cette proposition vise à fixer un objectif global contraignant de 20% pour la part des sources d’énergie renouvelables dans la consommation d’énergie  ainsi que des objectifs nationaux contraignants pour 2020 conformes avec l’objectif global de 20% pour l’UE. Pour la France, l’objectif à l’horizon 2020 serait de 23% d’énergie produite à partir de sources renouvelables (cette part était de 10.3% en 2005).

Pour atteindre ces objectifs, la part de l’éolien dans le « bouquet énergétique » devra s’accroître.
C’est en vertu de ce constat que l’entreprise WPD-offshore France a entrepris la prospection de gisements d’énergie éolienne en mer, au large de la France. Outre l’existence d’un gisement de vent, le choix d’une zone potentielle a été dicté par les servitudes maritimes et les zones naturelles; c’est ainsi qu’une zone au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier a été identifiée pour accueillir ce projet particulièrement ambitieux.

WPD a présenté son projet jeudi soir à la Prée aux Ducs à un public d’invités composé des élus de l’île de Noirmoutier, et de représentants des pêcheurs et des associations (dont Vivre l’île 12 sur 12). La presse n’était pas convoquée.

Le projet éolien offshore des deux îles est présenté comme suite: « couvrant 70% des besoins en électricité de la Vendée, un parc très distant et peu visible, un parc voulu en accord avec la pêche. »

Il s’agirait de 120 éoliennes, implantées à environ 16km au nord de l’île d’Yeu, et 15 à 20 km à l’ouest de Noirmoutier. Les éoliennes, à 800 mètres de distance les unes des autres, fourniraient 600 megawatts, ce qui représente 180% de la consommation des foyers vendéens, ou 70% de la consommation totale d’électricité de la Vendée.

Au cours d’une présentation très professionnelle et rassurante, WPD insiste sur son souci de transparence et sa volonté de travailler en concertation avec tous les intéressés. La société affirme avoir obtenu le soutien sans réserve du comité local de pêche de l’île d’Yeu; il a cependant semblé, au cours de la présentation, que les pêcheurs noirmoutrins étaient moins convaincus par les assurances des présentateurs.

D’après WPD, la pêche aux arts dormants est pratiquée sans encombre dans les parcs éoliens existants, et l’effet « récif » induit par la présence des éoliennes serait même positif sur la ressource. WPD se propose d’organiser des visites au parc éolien au large de Liverpool afin de convaincre les pêcheurs. Les arts traînants ne peuvent pas être utilisés dans un parc éolien, mais ceux-ci étant de toutes façons prohibés dans la zone considérée,  le problème ne se pose pas. Un membre de l’assistance, dubitatif, affirme que le chalutage se pratique actuellement dans la zone en question, ce que conteste WPD.

Aux nombreuses questions concernant l’impact environnemental de ce projet, il est répondu que l’étude d’impact permettra d’identifier les problèmes éventuels et de trouver des solutions adéquates. WPD admet volontiers que l’impact ne sera pas nul; mais tout sera fait pour le limiter. Encore faut-il avoir une solide confiance dans les études d’impact…

En réponse à une question du Président de la Communauté de Communes, WPD précise qu’elle n’a pas encore obtenu un engagement ferme de la part de l’État en ce qui concerne l’autorisation de l’implantation du parc; cependant, étant donné les engagements que la France devra respecter, il est peu probable qu’il s’y oppose.

Il est clair que l’implantation de ce parc éolien se traduirait par une rentrée d’argent importante pour les communes littorales. Pour le Président de la Communauté de Communes, cependant, il ne faut pas que les élus tiennent compte des financements promis aux collectivités: ils doivent être motivés par la volonté de participer à l’effort que fait la France pour diminuer les émissions de CO2.

Quant à Vivre l’île 12 sur 12, nous prendrons position après avoir pris en considération tous les éléments dont nous pourrons disposer. Si le projet se concrétise, nous demanderons à participer au comité de pilotage que WPD se propose de mettre en place.