Le devenir de Bon Secours – réunion publique

Le samedi 17 décembre 2011 à 15 heures dans la Salle des Fêtes de La Guérinière aura lieu une réunion publique sur le devenir de la maison de convalescence de Bon Secours.

La Mairie l’annonce dans un  numéro spécial de la publication Guérin’Infos  (numéro de décembre 2011, disponible en Mairie ou téléchargeable en format pdf à partir du site internet de la Mairie).

Le règlement d’urbanisme de la commune précise qu’à cet endroit  il ne peut y avoir que des équipements sanitaires ou sociaux. Le bâtiment devant être mis en vente, l’équipe municipale de La Guérinière envisage de s’en porter acquéreur.

Pour plus de détails on pourra lire l’article du Courrier Vendéen en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Courrier vendéen du 8 décembre 2011

Histoire de marais salants

L’envers du décor : deux marais salants ; deux communes ; deux conceptions opposées de l’environnement…

Le tourisme est actuellement l’activité principale de l’île et on ne peut nier l’importance des marais salants dans l’image présentée et appréciée jusqu’alors par les visiteurs.

Et cependant, nous sommes de nouveau confrontés, dans deux communes voisines, à une conception totalement opposée de l’image qu’elles souhaitent donner de l’île en général, et de leur commune en particulier.

Pour l’une de ces communes,* on ne peut que s’inquiéter de  sa conception malveillante de la notion de respect du patrimoine ; pour l’autre, on ne peut que la féliciter pour une tentative de réhabilitation d’un marais salant.

Pour la première, nous observons, consternés, la mise à mort d’un marais salant (marais de la Prée au Jonc) que la municipalité précédente avait voué à une réhabilitation de qualité.  Aujourd’hui, ce marais asséché par un bûsage impitoyable, sous le prétexte fallacieux qu’il provoquait des arrivées intempestives d’eau de mer et aurait mis à risque une partie de la commune, offre désormais aux vacanciers la triste image d’une destruction maladroite souhaitée par une municipalité obtuse.

Pré aux joncs

Malgré la destruction en cours, le marais résiste et nous offre encore des couleurs à contempler et à entrevoir les traces géométriques de sa conception.
On peut remarquer la « salorge » à gauche, rare survivante d’un lieu de stockage du sel.
Cette construction ancienne typique est-elle condamnée ?

Pour l’autre,** nous assistons avec plaisir à la réhabilitation d’un marais salant près du rond-point de l’Europe, sous la férule d’un maitre saunier d’une extrême compétence.

RP de l’Europe 1

RP de l’Europe 2

Quel est votre choix ?
Quelles images nous réjouissent le plus ?
Quels paysages souhaite-t-on voir perdurer à Noirmoutier ?
D’autres marais sont actuellement en cours de destruction un peu partout dans l’île, illégalement dans la plupart des cas, par assèchement ou par comblement.

Les priorités et la courte vue de certains de nos élus sont tout simplement navrantes.

————————————–

* en l’occurrence, l’Épine.
** en l’occurrence, La Guérinière.

Deux nouveaux ronds-points à La Guérinière

Le Courrier Vendéen du 3 février nous apprend que le conseil communautaire de La Guérinière a approuvé l’esquisse de la réalisation de deux giratoires à la zone des Mandeliers.

Le premier empiétera sur la route principale reliant La Guérinière à Noirmoutier en l’île et sur le  premier parking du supermarché Intermarché. ll permettra la desserte de la grande surface et la circulation sur l’axe principal dans les deux sens. Le second giratoire sera dans le même axe sur l’emprise du premier parking. Il comprendra une route desservant le deuxième parking, puis le second axe mènera les usagers vers la route desservant la zone des Mandeliers située à l’angle du magasin Greenwood.

Madame le Maire de La Guérinière avait espéré que les travaux soient réalisés en juin de cette année, mais selon le Président de la Communauté de communes, ce serait plutôt en septembre/octobre.

Pour lire l’article du Courrier Vendéen et voir l’esquisse retenue, on pourra cliquer sur la vignette ci-dessous.

Courrier vendéen du 3 février 2011

Le “Must” du camping

Dans le journal Ouest-France en ligne de lundi matin, un article sur le nouveau camping municipal de La Guérinière.

« L »écolo’ « pas officiel » a commencé par chasser les 87 mobile-homes du terrain, la saison dernière, « un ballet de camions et de grues pendant deux mois. » Sur les emplacements libérés, il a fait monter des tentes de toiles et de bois, certaines en forme de tipis, d’autres appelées « comtoises » ou « bungalow lodge », qui donnent aux Moulins un air de campement de safari en Afrique. Les terrasses, les tables, les chaises, tout est en bois, et des maisons typiques de pêcheurs hébergent les sanitaires. De gros travaux, terminés ces jours-ci. »

écrit Ouest France, qui nous apprend que le « roi du luxe » aspire, pour son camping, à la mixité sociale: « Les nouvelles tentes attirent des ‘bobos’ parisiens. Et les ‘métallos’ des chantiers de l’Atlantique, de fidèles campeurs, restent ici chez eux. Tout ça se mélange très bien autour d’un poker, d’une belote… »

(Voir aussi notre précédent article sur ce camping, et en particulier l’échange intéressant  entre « Gérard » et « Rachida » dans les commentaires.)

Modification du PLU de La Guérinière

Des modifications au Plan local d’urbanisme (PLU) de la Guérinière viennent de faire l’objet d’une enquête publique.

Ces modifications concernaient :

  • la création d’un secteur urbanisable UBl réservé à l’accueil d’équipements de santé; ce secteur recouvre l’établissement de soins « Bon Secours » et l’école privée adjacente. La création de ce secteur a pour objet d’en figer la destination si Bon Secours était amené à disparaître;
  • la création d’une aire à camping car;
  • la création d’une fourrière en zone artisanale;
  • différentes modifications du règlement d’urbanisme visant à favoriser la construction de logements sociaux dans les zones actuellement urbanisables.

Nous avons demandé que dans le secteur UBl les hauteurs d’éventuelles nouvelles constructions soient limitées aux hauteurs des bâtiments existants actuellement. Nous avons approuvé les autres modifications.

Arrêt de car TER à La Guérinière

Arrêt de car TER à La Guérinière

Depuis le 15 février, les Guernerins qui utilisent les transports en commun pour se rendre à Nantes ne sont plus obligés d’aller jusqu’à Noirmoutier pour prendre le car. En effet, un arrêt a été mis en service à La Guérinière près du rond-point de l’Europe, accessible par les rues du Pré Margot et du Pré Brochet.

Les horaires de la ligne 13 du TER Pays de la Loire (entre Nantes et Noirmoutier) du 15 février au 26 juin 2010 peuvent etre téléchargés en cliquant ici.

Nos algues ne sont pas dangereuses …

… elles sont seulement nauséabondes !

Cliquez ici pour voir le reportage de TV Vendée du 10 septembre sur l’invasion d’algues de cet été sur les plages de l’Épine et La Guérinière. Marie-France Léculée (maire de la Guérinière), Robert Burgaudeau (adjoint au maire de l’Épine) et Fanny Collier (Communauté de communes) expliquent le problème et rassurent le public.

Les algues sur la plage

Photos prises à la Plage St Jean à l’Épine dimanche 30 août.

Plage St Jean - algues Plage St Jean - algues Plage St Jean - algues Plage St Jean - algues

(Cliquez sur les miniatures pour agrandir les photos.)

Si les nôtres ne sont pas vertes comme celles de la Bretagne, elles sont tout de même gênantes.

Mercredi dernier, 26 août, la Mairie de La Guérinière a tenu une réunion de quartier pour les riverains des plages touchées par cette invasion sur sa commune, où 1800m³ d’algues avaient été déstockées en trois jours de ramassage. Avec un souci louable de transparence, et beaucoup de bon sens, Madame le Maire a exposé la situation et décrit les problèmes presque insolubles auxquels doivent faire face les autorités. La présence d’hydrogène sulfuré est confirmée, mais à des concentrations qui sont sans danger pour les riverains, sauf éventuellement sur le site de l’enlèvement, où des précautions ont été prises par les travailleurs chargés de déstocker les algues. Une veille sanitaire est posée sur l’île. Madame le Maire précise que la qualité des eaux de baignade et celle des coquillages est satisfaisante, et qu’aucun problème de santé dû aux émanations n’a été constaté.

Madame le Maire a insisté sur le fait que, en l’absence de risque sanitaire avéré, la priorité reste la protection des plages et de leur écosystème fragile.

La défense douce

Dans son numéro du 12 août, Le Monde publie un article sur la défense contre la mer sous le titre : « Des solutions douces pour un littoral fluctuant »  (article lisible jusqu’au 12 septembre en cliquant sur ce lien).

L’article attire l’attention sur un phénomène que nous avons observé à Noirmoutier : les effets pervers des moyens lourds de défense contre la mer.

« Aujourd’hui, la communauté scientifique porte un regard quasi unanime sur les politiques de gestion du « trait de côte » menées ces dernières décennies : « Jusqu’à une période récente, on essayait de se barricader derrière des digues, des brise-lames, des enrochements », constate Frédéric Uhl, chef du bureau du littoral et du domaine public maritime naturel au ministère français de l’écologie. « En installant des ouvrages de défense contre l’érosion, on n’a fait que déplacer celle-ci », complète Paolo Antonio Pirazzoli, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Les exemples abondent dans le monde entier d’épis ou de digues construits pour protéger une plage et qui n’ont eu pour effet que d’accélérer l’érosion des zones voisines. »

De nombreuses études scientifiques ont montré que, si les perrés et enrochements peuvent stopper le progrès de la mer vers les terres, la plage a tendance à disparaître devant ces ouvrages. C’est ce que nous observons sur la côte ouest de Noirmoutier, au niveau de la Guérinière et de l’Épine.

Fin 2006,  des ganivelles hydrauliques ont été installées sur la plage des Éloux. Nos photos prises en novembre  et décembre 2006 peuvent être comparées à celles de jeudi dernier, 20 août, visibles ci-dessous.

Ganivelles 20/8/2009

Ganivelles 20/8/2009

Ganivelles 20/8/2009 (3)

Ganivelles 20/8/2009 (4)

Ganivelles 20/8/2009 (5)

Des pieux qui dépassaient d’environ 1 mètre 50 sont pratiquement enterrés.

Mais, comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises, et en particulier dans ce billet du 6 décembre 2008,   la situation évolue différemment à l’éxtrémité nord de la plage, où l’on constate que le sable s’en va au pied des ganivelles et que la dune est mal protégée (voir ci-dessous).

Ganivelles 20/8/2009 (nord de la plage)

Ganivelles 20/8/2009 (nord de la plage - 2)

Ganivelles 20/8/2009 (nord de la plage - 3)

Le bureau d’études auquel on avait demandé de se pencher sur ce problème a conclu que cette érosion intempestive était due à un épi situé en extrémité Nord qui, en accroissant l’agitation provoquée par la houle, accentuait la mise en suspension du sable qui repartait ainsi vers le bas de plage. Les spécialistes recommandaient que cet épi soit supprimé.

Cette étude qui a coûté très cher au contribuable est maintenant vieille de presque deux ans ; rien n’a été fait.

Cherche-t-on des arguments tendant à prouver l’inefficacité des ganivelles afin de revenir – pour des raisons qui restent mystérieuses – aux enrochements? Quoi qu’il en soit, il semblerait urgent que les élus noirmoutrins prennent en compte les progrès de la connaissance des causes de l’érosion des plages, et des remèdes que l’on peut y apporter.

L’article du Monde dont nous parlons plus haut précise que « les collectivités locales, concernées au premier chef par la gestion du littoral, manquent de compétences, de moyens et de repères. En France, où une loi datant de 1807 leur donne la responsabilité de la gestion du trait de côte, le Grenelle de la mer, qui s’est achevé début juillet, a appelé à la définition d’une véritable stratégie nationale. » (Voir à ce propos les mesures préconisées par la table ronde N° 2 du Grenelle de la mer.) Il nous semble en effet que ce serait souhaitable.

Invasion d’algues

Le mois dernier nous avons évoqué dans un article du blog la fermeture de la plage de la Bosse, à l’Épine, en raison de la présence d’un important amas d’algues.

Après plusieurs semaines de fermeture, la plage est rouverte depuis le 13 août. Mais les odeurs persistent, non seulement à l’Épine, mais également à La Guérinière, où les algues continuent de s’amasser.

Plusieurs articles de presse locale ont traité ce problème. Vous pourrez les lire en cliquant sur les miniatures.

Courrier vendéen du 30 juillet 2009
Article du Courrier Vendéen du 30 juillet 2009 : les explications de spécialistes d’Ifremer.

Courrier vendéen du 6 août 2009
Courrier des lecteurs du Courrier Vendéen du 6 août : des Épinerins réagissent à l’article du 30 juillet.

Courrier vendéen du13 août 2009

Courrier Vendéen du 13 août 2009 : Monsieur Oudin explique le problème.

Plage des Éloux, 20/8/2009 Algues vertes sur la plage des Éloux Algues vertes sur la plage des Éloux

Les photos ci-dessus étaient prises cet après-midi sur la plage des Éloux. Elles montrent une proportion non négligeable d’algues vertes dans la laisse.

L’association « Bien vivre à l’Épine » commente l’affaire dans son blog: Debout l’Épine.

Expo mobile : la laisse de mer

Journée « défense de la dune » sur les plages de Barbâtre et de La Guérinière. Des panneaux simples mais complets permettaient à une animatrice compétente et excellente pédagogue de convaincre un auditoire jeune et moins jeune de l’utilité de la laisse de mer.
Dans les deux communes nous avons eu le plaisir d’accueillir des élus venus nous encourager.

laisse1.jpg

laisse2.jpg

laisse3.jpg

La laisse de mer

Pour la laisse de mer

L’exposition itinérante de COORLIT85 « Pour la laisse de mer » sera présentée sur l’île de Noirmoutier vendredi 31 juillet.

Le but de cette exposition est d’informer le public sur le dépôt marin, souvent ressenti comme un déchet, dont le rôle écologique est mal connu de la plupart des personnes qui fréquentent nos plages.

À l’aide de photographies, l’exposition présente la définition  de la laisse de mer, et explique son rôle d’apport nutritif pour les plantes pionnières du pied de dune et sa place dans le réseau alimentaire de la plage. Elle insiste sur l’intérêt d’accepter que la laisse de mer ne soit pas systématiquement retirée.

Vous pourrez voir  l’exposition et discuter avec des membres de Vivre l’île 12 sur 12 et de COORLIT85 sur la plage en face du camping du Midi à Barbâtre de 11h à 13h, et sur la plage de la Cantine à La Guérinière de 16h à 18h. Venez découvrir la laisse de mer. Une activité est prévue pour les enfants : la chasse aux trésors de la laisse !

La dune : fragile rempart de l’île

À partir de demain, jeudi 16 juillet, et jusqu’au mercredi 22, se tiendra dans le supermarché Intermarché à La Guérinière une exposition sur la dune, organisée par Vivre l’île 12 sur 12. Si vous en avez l’occasion, venez nous rendre visite.

Ci-dessous vous trouverez la reproduction du feuillet distribué lors de la précédente exposition sur la dune, montée en 2003 avec le soutien de la Communauté de communes de l’époque.

dune-fragile.jpg

Charte pour la protection du milieu dunaire

Un camping respectueux de l’environnement

Le nouveau gérant du camping municipal de La Guérinière a fait un bel effort pour préserver un cadre plaisant dans une zone boisée classée avec des installations esthétiques qui disparaîtront une fois la saison terminée.
On est loin des horribles volumes de plastique qui enlaidissent et stérilisent nos dunes. Nous espérons que cet exemple pourra servir de leçon aux autres communes qui envisageraient le réaménagement de leur camping municipal… (à suivre).

camping-des-moulins1.jpg

camping-des-moulins2.jpg

camping-des-moulins3.jpg

Aménagement de la déchèterie

Comme on peut le lire dans le dossier aux pages 6 et 7 du Journal de la Vendée N° 115, disponible sur le site internet du Conseil général, le plan départemental des déchets est une réussite.

Ce plan prévoit, entre autres, l’implantation d’un centre de tri mécano-biologique à Saint Christophe du Ligneron. Cependant, cette technique de traitement des ordures ménagères n’est pas sans poser certains problèmes, comme on peut le lire dans le document intitulé « Tri mécano-biologique : une fausse alternative » (fichier pdf à télécharger) publié par le CNIID (Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets). Les déchets ménagers ramassés dans les quatre communes de l’île de Noirmoutier seraient acheminés au centre de traitement de Saint Christophe du Ligneron par camion-benne à partir de la déchèterie de La Guérinière. (Voir aussi l’article du Courrier vendéen du 11 septembre 2008 dans notre billet du 20 septembre.)

Vivre l’île 12 sur 12 a rencontré le Commissaire enquêteur lors de l’enquête publique à La Guérinière sur l’aménagement de la déchèterie. Nous avons exprimé notre position sur cet aménagement dans une lettre que vous pouvez télécharger en cliquant ici. Nous attirons l’attention sur l’importance d’une prise en compte de la capacité de traitement de cette déchèterie, en termes d’équivalent-habitants : c’est, encore une fois, la question de la capacité d’accueil de l’île de Noirmoutier qui se pose. Nous demandons une meilleure prise en compte des risques d’inondation et de pollution, et un meilleur suivi de la qualité des eaux d’écoulement.

Début des travaux sur les perrés de La Guérinière

Les travaux de confortement des digues de La Guérinière viennent de débuter (voir notre billet ici):
Il s’agit, sur 80 m à partir de la maison Boutolleau et vers l’Est,

  • de déshabiller la digue actuelle,
  • de sonder la structure de la digue en exerçant des pressions à l’aide d’une pelle mécanique afin de déceler d’éventuelles poches dans la digue et, en ce cas, les combler,
  • puis de coller sur une couche superficielle de béton des dalles de béton parées de pierres semblables au parement actuel de la digue,
  • simultanément le bas de la digue serait renforcé par une structure de béton limitée par des palplanches enfoncées de 1,50 m.

perre1.jpg
Ci-dessus, les dalles de béton destinées à recouvrir la digue, d’environ 2m X 3m, sont déposées sur la plage.

perre2.jpg

perre3.jpg

Ci-dessus, les palplanches métalliques sont enfoncées dans le sable au pied de la digue, du béton sera coulé entre les palplanches et la digue.

Les voisins se sont inquiétés :

  • des incidences que pourrait avoir le sondage à la pelle mécanique sur les murs de leurs maisons,
  • de l’esthétique de l’ouvrage et particulièrement de la structure bétonnée du pied,
  • de la probable nécessité de supprimer les plantations proches de la digue ,
  • du contrôle des sorties de leur propriété vers la mer.

Nous avons fait remarquer :

  • que ce nouveau “pansement“ sur 80 m risquait fort de ne pas être poursuivi : les tranches suivantes sont en effet hypothétiques,
  • que les procédures de suivi de la tenue de l’ouvrage nous paraissaient légères : rien n’était prévu pour contrôler l’état de la digue sous les plaques de béton et, plus généralement, que comme d’habitude, les crédits de fonctionnement ne sont pas prévus assez largement pour l’entretien des ouvrages de défense contre la mer,
  • que les promesses électorales de concertation préalable avant de tels travaux étaient bien lointaines.

Immobilier et Plan de Prévention de Risques d’Inondation

Panneau
Cinq parcelles sont mises en vente à La Guérinière. Elles sont situées à proximité de la mer à un endroit où l’altitude est inférieure au niveau de la haute mer (3 mètres), comme on peut le constater en consultant la carte établie récemment par la Communauté de communes que l’on peut télécharger ici, et dans une zone classée à « aléa moyen à fort  » dans la carte des aléas de la DDE, établie en 2002 (téléchargeable ici : attention – fichier très lourd).

Ces parcelles se trouvent entre la rue de la Croix Verte et la rue de la Cantine; il est vraisemblable que cette zone serait désignée dans le PPRI comme étant inondable.

Nous ne doutons pas :

  • que l’agence immobilière sera honnête et informera ses clients du risque encouru ;
  • que le notaire chargé des actes le notera dans les particularités de la propriété;
  • que l’élu chargé de délivrer le permis de construire exonérera la collectivité de toute responsabilité en cas de « catastrophe naturelle ».

La dune de la Tresson

Sur le site du Conseil Général de la Vendée, un article avec de belles photos explique les raisons du classement de la dune de la Tresson en espace naturel sensible. Cet article est également publié dans le numéro 107 du Journal de la Vendée (le bimensuel du Conseil Général), à la page 2.

« Cette dune est fabuleuse parce que pendant des années elle s’est développée en toute liberté. Sa forme est unique. La dune grise, souvent menacée ailleurs, est ici complètement préservée. » déclare le représentant de l’Office National des Forêts.

Quand on pense à ce qu’aurait pu devenir cet endroit, on peut difficilement s’empêcher de pousser un « ouf! » de soulagement.

La dune de la Tresson classée en espace naturel sensible

tresson.jpg

Ouest France du 3 décembre 2008 (cliquez pour agrandir)

1984: Jacques Oudin, président du SIVOM (syndicat intercommunal à vocation multiple) de l’île de Noirmoutier, affichait comme objectif l’implantation sur les dunes de La Tresson d’un terrain de golf et, surtout, d’une résidence hôtelière.  Vivre l’île 12 sur 12, s’appuyant en 1986 sur la loi Littoral, avait alors remué ciel et terre pour s’opposer à ce projet.

2008: que de progrès en vingt-quatre ans! Jacques Oudin ne cache pas sa satisfaction de voir  cet espace exceptionnel sur le plan environnemental  classé “Espace Naturel Sensible » (voir ci-dessus la photo qui illustre l’article de Ouest-France).

Nous nous réjouissons de sa conversion, et espérons qu’elle est authentique.

Le plan de sécurité routière

Il y a quelques jours, nous avons attiré votre attention sur les travaux du nouveau giratoire sur la voie rapide, au niveau de la Tresson.

Ces travaux étaient annoncés déjà en septembre 2007, en particulier dans un article du Courrier Vendéen que nous avons mis sur notre blog à l’époque (voir le billet ici).  En effet, l’article précise que « il faudra construire également de nouveaux giratoires. Le premier programmé est celui de la Tresson, dont la construction devrait débuter à l’automne 2008. » Nous avons dit dans notre billet que nous ne manquerions pas « d’examiner les nouveaux projets en temps utile. »

Mais nous n’avons pas eu l’occasion d’examiner le projet.  En effet, le coût n’atteint pas le seuil de € 1 900 000; il n’y a pas eu d’expropriation; et la zone concernée n’est pas protégée par les dispositions de la loi sur l’eau.

C’est pourquoi, contrairement aux travaux de construction du giratoire de la Nouvelle Brille, ceux-ci n’ont pas été précédés d’une enquête publique.

Cependant, les riverains immédiats (habitants de la Tresson et des Sables d’Or) ont été informés au moyen d’un imprimé que nous reproduisons ici pour information.

(Cliquez sur les miniatures)

giratoire1.jpg  giratoire2.jpg  giratoire3.jpg

Encore un rond-point à La Guérinière

Des travaux ont commencé le 24 novembre en vue de construire un nouveau rond-point sur la quatre-voies, au niveau de La Tresson (à La Guérinière). Cela fera sept rond-points entre le pont et le rond-point de l’Europe (fin de la quatre-voies) – une distance d’environ 10 kilomètres – dont trois sur Barbâtre (en bas du pont, à la route du Gois et à la Maison Rouge), et quatre sur La Guérinière (la Tresson, le Bonhomme, la Nouvelle Brille et l’Europe).

tresson.jpg

rondpoint-tresson.jpg

rond-point1.jpg

Les photos ci-dessus ont été prises le 26 novembre 2008.

Vivre l’île 12 sur 12 a été pris au dépourvu. Il n’y a pas eu d’enquête publique préalable. Apparemment ce n’était pas nécessaire. En effet, une enquête publique n’est obligatoire que si certaines conditions sont réunies: coût des travaux au-delà d’un certain seuil, expropriation, travaux situés dans une zone à protéger…

Il y a trois ans, lors de l’enquête publique concernant le rond-point de la Nouvelle Brille, nous avons écrit au commissaire enquêteur (lire l’article ici). Si nous en avions eu l’occasion cette fois-ci, nous aurions sans doute développé substantiellement les mêmes arguments, mutatis mutandis.

Le risque de submersion marine

Ce jeudi 23 octobre à 19 heures aura lieu à la Salle de la Prée au Duc (Noirmoutier en l’île) une réunion publique d’information sur le Plan de Prévention des Risques Naturels  (PPRN : voir notre article du 18 septembre), en présence des élus des quatre communes de l’île. Si vous avez la possibilité d’y assister, n’y manquez pas!

Dans notre île, nous sommes surtout menacés par :

  • les submersions marines qui sont des inondations temporaires de la zone côtière par la mer dans des conditions météorologiques (forte dépression et vent de mer) et marégraphiques sévères provoquant des ondes de tempête. Elles envahissent en général des terrains situés en dessous du niveau des plus hautes mers, mais aussi parfois au-dessus si des projections d’eaux marines franchissent des ouvrages de protection;
  • le recul du trait de côte qui est le déplacement vers l’intérieur des terres de la limite entre le domaine marin et le domaine continental. C’est la conséquence d’une perte de matériaux sous l’effet de l’érosion marine, combinée parfois à des actions continentales.

Des cartes établies en 2002 (téléchargeables ci-dessous) montrent l’aléa de submersion marine dans toute l’île de Noirmoutier.

Sur ces cartes, on distingue :

  • la zone des 100m derrière les côtes susceptibles de céder où l’aléa est qualifié de “fort“ ; c’est la zone quadrillée en rouge ;
  • en arrière, les zones où l’aléa est défini en fonction de la hauteur d’eau qui résulterait d’une brèche : si cette hauteur d’eau est supérieure à 1m, l’aléa est qualifié de “moyen à fort “ (c’est la zone hachurée en rouge) ; si la hauteur est inférieure à 1m, l’aléa est alors “faible à moyen“ (c’est la zone hachurée en jaune) ;
  • la zone « hors d’eau », guillochée en ocre.

Cet atlas constitue donc une base de connaissances sur les phénomènes en présence.

Ces cartes sont très détaillées (échelle de 1/25000), et les fichiers sont lourds. Le téléchargement risque d’être long! Mais si vous voulez savoir dans quelle zone se situe un endroit précis de l’île, vous pourrez le voir ici.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur la commune de Noirmoutier et le nord de la commune de l’Épine.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur le sud de la commune de l’Épine, et sur la commune de la Guérinière.

Cliquez ici pour la carte d’aléas sur la commune de Barbâtre.

Les ailes du Moulin du Both

Hier après-midi, des Guernerins affolés nous ont téléphoné : on scie les ailes du moulin du Both !

moulin1.jpg

Renseignements pris, nous étions rassurés par le propriétaire, qui nous a expliqué que le moyeu (1500 kg) en chêne massif était pourri et devait être changé, les ailes aussi. Nous avons suivi l’opération.

moulin2.jpg
Ci-dessus, le moyeu s’élève dans les airs.

moulin3.jpg
Il est emmanché.

moulin4.jpg
La première aile s’envole.

moulin5.jpg

moulin6.jpg
Mise en place.

moulin7.jpg
Une première aile est en place.

moulin8.jpg
Le moulin a retrouvé ses ailes!

La circulation à La Guérinière

Mardi dernier la Mairie de La Guérinière a convié les riverains des rues Pierre Monnier et Cap-Horniers à une réunion d’information sur un projet d’aménagement de la circulation dans ces voies en juillet et août.

L’association Vivre l’île 12 sur 12 était également invitée, comme promis par Madame le Maire lors de notre rencontre du 2 juin.

Le projet de la Mairie consiste en un sens unique partant du parking de la Cour et débouchant rue de la Rampe; en outre, une partie de la rue Centrale serait mise en sens unique dans l’autre sens les jours de marché.

La réunion, houleuse, n’a pas abouti à une conclusion claire. Certaines des personnes qui avaient demandé cet aménagement ne se sont pas manifestées, et les voix contraires ont été nombreuses et parfois stentoriennes. Selon plusieurs intervenants, les problèmes de circulation dans les rues concernées seraient facilement résolus sans aménagement de la circulation si chacun respectait le code de la route, et faisait preuve de considération.

Pour d’autres, le sens unique serait acceptable sous certaines conditions que ne sont pas remplies (par exemple, changement de sens, ou bien changement du sens unique dans une ou plusieurs rues latérales); pour d’autres encore, le problème est causé par les camping cars; ou la solution est à trouver dans l’usage de la bicyclette.

Les élus ont noté les nombreux avis divergents, et constaté, après avoir fait voter à main levée, qu’une majorité de l’assistance était défavorable au projet. Affaire à suivre.

Rencontre avec les élus de La Guérinière

C’est ce matin que la Présidente de l’association Vivre l’île 12 sur 12 et trois administrateurs ont été reçus à la Mairie de La Guérinière par Madame le Maire, flanquée de deux adjoints, MM Baudry et Dano.

Nous avions sollicité des rencontres avec les conseils municipaux issus des élections du mois de mars afin de nous présenter, et dans l’espoir de pouvoir être associés en amont aux projets des communes. En effet, forts d’une expérience d’une vingtaine d’années, nous pensons pouvoir contribuer utilement aux discussions; en outre, en intervenant dans le débat public et en donnant le point de vue de l’association, nous avons l’espoir d’éviter de stériles conflits qui ne peuvent aboutir qu’à un gaspillage de ressources.

Au cours d’une rencontre courtoise, où nous avons été écoutés attentivement par les élus, nous avons exposé notre vision du développement durable dans l’île de Noirmoutier; nous avons insisté sur la nécessité d’avoir un projet cohérent pour orienter l’avenir économique de l’île – sans quoi, les initiatives anarchiques ne pourront que se contrecarrer mutuellement; et nous avons esquissé notre conception de ce que pourrait être ce projet. Madame le Maire nous propose de nous joindre à la commission élargie qui étudiera l’aménagement des flux de circulation dans le centre-bourg cet été.

Nous avons senti que les élus qui nous recevaient partageaient notre conviction que l’entente vaut mieux que le conflit. Il n’est pas inéluctable que des différences de vue, pour inévitables qu’elles soient, se traduisent par des querelles acrimonieuses.

Nous nous félicitons de cette première expérience, et espérons pouvoir la renouveler avec les élus des autres autorités locales de l’île.

Le PLU de la Guérinière remis sur le métier

Comme pour les autres communes de l’île, nous avons été associés à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme de La Guérinière. Nous avons ainsi participé à plusieurs réunions où nous avons émis des réserves sur le projet.
Le bureau d’études en charge du dossier a finalisé le projet. Le projet ensuite a été soumis aux « Personnes publiques associées »: Direction départementale de l’équipement, communes adjacentes, communauté de communes, Chambre d’agriculture, … et aussi associations agréées de défense de l’environnement qui en ont fait la demande.
C’est ainsi que, au début du mois de février, nous avons été destinataire du projet de PLU afin que, après étude et dans un délai de 3 mois, nous formulions un avis, cet avis devant être inclus dans le dossier d’enquête publique avec celui des autres personnes publiques associées. Selon ce calendrier l’enquête publique était prévue cet été.

Nous avons envoyé l’avis ci-dessous :

Noirmoutier, le 3 mai 2008

Madame le Maire de
La Guérinière

Madame le Maire,

Vous avez bien voulu consulter notre association pour l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme de la commune de La Guérinière, nous apprécions vivement votre offre de participer à l’élaboration de cet important document car, compte tenu des dimensions économiques et politiques de la commune et des engagements électoraux de l’équipe municipale, le PLU de votre commune aura inéluctablement valeur d’exemple pour les autres communes du canton.

Nos observations portent sur les thèmes suivants :

  • La capacité d’accueil que nous estimons traitée sommairement: une fois de plus ce concept n‘a pas fait l’objet d’une étude. Le seul projet en la matière dont nous ayons eu connaissance se résume à l’urbanisation de tous les terrains au Sud de la RD 38. Nous souhaitons que soit approchées:

o Une estimation plus serrée de la population estivale comprenant les résidents, les touristes et les saisonniers. L’assertion « en été, la population est multipliée par 8 » n’est appuyée sur aucune explication ni argumentation.
o La capacité des équipements publics intercommunaux (traitement des eaux usées et des déchets en particulier) qui est très rapidement évoquée, mais qui ne prend pas en compte les capacités réservées aux collectivités voisines.
o Une étude sur la saturation des différents équipements (routes, sécurité, sanitaire, …).
o Une étude du concept de capacité d’accueil touristique que les directives gouvernementales conçoivent comme la possibilité à accueillir des populations dans des conditions satisfaisantes d’un point de vue qualitatif.
o Les conséquences des difficultés d’approvisionnement départementales en eau potable.

  • La prise en compte du risque de submersion marine :

Nous lisons : « Il convient de délimiter les zones inondables et d’y limiter l’urbanisation » nous n’avons pas trouvé de réelle application de cette directive.

  • La destruction de zones humides

Des zones humides sont classées en 1Au et 2Au ce qui équivaut à programmer leur destruction.
Il en est de même, en espace Natura 2000, pour la zone Ap identifiée comme zone de marais et Zone de Protection Spéciale, mais où sont autorisés les affouillements et exhaussements de sol liés à l’exploitation agricole !

  • La qualité des paysages :

o Un des objectifs de la loi Barnier vise à protéger la qualité des entrées de ville. Les projets des zones 1Aue et 2Au ne répondent pas à cet objectif.
o On ne peut parler de la qualité de l’environnement sans avoir un règlement en matière d’affichage publicitaire.
o Des zones boisées classées disparaissent sans raison valable ou sont transformées en Ucn avec une protection insuffisante.
o La plupart des zones 2Au et une zone 1Au vont supprimer des paysages patrimoniaux (moulins, …). Cette conséquence de la vision à priori d’un front continu de maisons au Sud de la D38 ne nous semble pas acceptable.


Ces observations seront reprises et détaillées lors de l’enquête publique.

Croyez, Madame le Maire, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Lors du Conseil municipal du 23 mai nous apprenions que la commune avait reçu parallèlement un avis aussi défavorable que le nôtre de la Direction Départementale de l’Équipement, qui reprochait notamment :
le non respect des zones naturelles humides,
– le déclassement de zones boisées,
– l’absence de prise en compte du risque de submersion marine,

– …

Le Conseil municipal considérant que le projet devait être remanié décidait à cette fin de reprendre le dossier avec le bureau d’études. De ce fait il ne sera pas possible de procéder à l’enquête publique cet été comme prévu.

Élections municipales 2008: les résultats

Cliquez sur le nom de la commune pour trouver les résultats définitifs des élections municipales.
Résultats à Barbâtre
La liste élue n’a pas répondu à notre questionnaire.

Résultats à L’Épine
La liste élue est une fusion de deux listes, dont les réponses à notre questionnaire peuvent être consultées en cliquant ici pour Équilibre et Progrès, et ici pour Ensemble pour l’Épine.

Résultats à La Guérinière
Pour les réponses de la liste élue à notre questionnaire, cliquez ici.

Résultats à Noirmoutier en l’île
Pour les réponses de la liste élue à notre questionnaire, cliquez ici.

Pour mémoire, aux cantonales Jacques Oudin est élu au premier tour avec 51.25% des voix: résultats complets ici.
Pour les réponses de Jacques Oudin à notre questionnaire, cliquez ici.

Tempête du 10 mars aux Éloux

(Cliquez sur les miniatures pour agrandir les images)

eloux2.jpg
Érosion due à l’enrochement qui a accru l’agitation provoquée par les vagues.

eloux3.jpg
Extrémité Sud des ganivelles hydrauliques : à la hauteur des ganivelles le niveau de la plage a diminué d’une cinquantaine de cm. Derrière une petite falaise s’est formée.

eloux4.jpg
Même endroit vu de face.

eloux5.jpg
On remonte vers le Nord.

eloux6.jpg
On continue.

eloux7.jpg
Un épi de ganivelles.

eloux8.jpg
Plus on s’approche de l’épi Nord, plus l’attaque de la dune s’accentue.

eloux9.jpg
C’est à proximité de l’épi Nord que l’érosion est la plus forte.

elouxx.jpg
Imaginons ce qui resterait de la dune si les ganivelles hydrauliques n’avaient pas cassé l’énergie des vagues.

eloux1.JPG
Pour mémoire : la même côte en 2005. On distingue les restes des enrochements qui avaient été implantés en pied de dune et qui ne l’avaient, hélas, pas protégée.

Les municipales : toutes les réponses à nos questions

Le 19 janvier, nous avons envoyé une lettre et un questionnaire aux personnes suivantes:

Jean Marie Berthet

Bernard Bloch

Raymond Bonneau

Luc Bonnifait

Gilles Faucher

Noël Faucher

Robert Fouasson

Jean Gautier

Joël Guitonneau

Marie France Léculée

Georges Mélanson

Alain Modot

Jacques Oudin

Jean Marie Palvadeau

Jean-Loup Pottier

Jacques Sourbier

En cliquant sur les noms, vous trouverez les réponses éventuelles.

D’autres sites internet en vue des élections

La liste menée par Jean-Loup Pottier, « La Guérinière Horizon 2014 », vient de lancer un blog, que vous pourrez visiter en cliquant ici .

Le site de la liste menée par Bernard Bloch, « Tous ensemble, avançons! » (Noirmoutier, l’Herbaudière, le Vieil) peut être consulté en cliquant ici.

Nous avons déjà attiré votre attention sur d’autres blogs électoraux de l’île de Noirmoutier dans notre article du 14 février.

Si vous avez connaissance d’autres sites mis sur internet en vue des élections municipales de 2008 dans l’île de Noirmoutier, faites-le-nous savoir, nous ajouterons un lien sur notre blog.

Les municipales : réponses à nos questions – 5

Nous avons reçu deux nouvelles réponses à notre questionnaire: une de la part de Jacques Oudin, candidat au conseil municipal de La Guérinière sur la liste Agir ensemble pour La Guérinière, qui nous répond en sa capacité de candidat pour le mandat de Conseiller Général pour l’île de Noirmoutier, et une de la part de la liste épinerine Équilibre et Progrès.

Vous pouvez télécharger ces réponses en format pdf.

Pour celle de Jacques Oudin, cliquez ici.

Pour celle d’Équilibre et Progrès, cliquez ici.

Les municipales : réponses à nos questions – 4

Réponse de Marie-France LÉCULÉE à notre questionnaire.

La Guérinière, le 13 février 2008
Madame la Présidente,

Comme toutes les Guernerines et tous les Guernerins, nous sommes tout particulièrement attachés à la préservation de notre patrimoine et de notre environnement fragiles et vulnérables.

Dans l’élaboration de notre programme électoral, nous avons naturellement pris en compte les paramètres environnementaux de notre commune avec:

– la poursuite de l’application de la loi littoral,

– une utilisation réfléchie du foncier avec les zonages définis au PLU, un avis favorable pour un plan d’accession à la propriété intercommunal et une adhésion de la Communauté de Communes de l’Île de Noirmoutier à un établissement public foncier départemental,

– l’application des normes HQE pour nos bâtiments publics à construire et à rénover (mais sans négliger les contraintes financières qu’elles posent), et l’utilisation de nouveaux moyens oeuvrant pour le développement durable et les économies d’énergie,

– l’information et l’incitation de nos concitoyens à ces nouvelles pratiques,

– la préservation de notre patrimoine naturel qui est également un support économique de premier ordre: les marais salants pour la saliculture, l’ostréiculture et l’aqusculture, les zones agricoles, les zones d’accueil prévues pour un tourisme de qualité et respectueux de l’environnement,

– la défense contre la mer, élément fondamental de la sauvegarde notre territoire communal.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’un « inventaire » exhaustif, et plutôt que de répondre point par point à votre questionnaire qui par nature ne peut être que limitatif et incomplet, nous vous invitons à prendre connaissance de notre programme que nous vous communiquerons dès sa parution; dans une volonté constructive, nous serions heureux de pouvoir échanger avec vous à un moment dont nous pourrions convenir.

Très respectueusement.

En tant que citoyens nous avions espéré des réponses précises à nos questions. Les candidats de cette liste ont apparemment trouvé l’exercice trop imprudent.

Municipales : nos questions aux candidats

Nous envoyons la lettre suivante aux candidats aux élections municipales des quatre communes de l’île:

Dans quelques semaines auront lieu les élections municipales. Vous faites partie de ces citoyens qui auront peut-être la lourde responsabilité d’orienter le développement de leur commune, mais aussi de toute notre île par l’intermédiaire de l’intercommunalité.
L’association agréée de défense de l’environnement Vivre l’île 12 sur 12 réunit quelques centaines de résidents principaux et secondaires de l’île de Noirmoutier qui souhaitent que le destin de l’île s’inscrive dans le cadre du développement durable.
Nous avons du mal à discerner, à travers la presse ou l’information locale, quels sont, dans ce domaine, les programmes des candidats ou des listes constituées. C’est pourquoi nous nous permettons de vous adresser un questionnaire sur les sujets qui nous préoccupent.
Vos réponses (ou vos non-réponses) seront publiées dans notre blog www.12sur12.org , puis dans notre bulletin d’information.
Nous souhaitons ainsi améliorer le fonctionnement de la démocratie sur l’île de Noirmoutier.

Le questionnaire peut être téléchargé en cliquant ici.

Voeux des maires de Noirmoutier et de La Guérinière

Deux maires démissionaires, Maurice Chardonneau (Noirmoutier en l’île) et Philbert Palvadeau (La Guérinière) ont présenté leurs voeux à la population cette semaine.

of-12i8noi.gifof-12i08-lague.gif

Ouest-France
du 12-13 janvier 2008 (cliquez sur les vignettes pour lire les articles)

A l’occasion des voeux de Monsieur le Maire de Noirmoutier, nous avons été très heureux d’apprendre que la Région des Pays de Loire et la Mairie travaillaient sur un projet de transformation du site des Sorbets en établissement d’accueil pour les malades atteints de la maladie d’Alzheimer et que le site des Lutins serait réservé au logement des travailleurs saisonniers. Ce sont deux pistes de réflexion qui avaient été initiées par les membres de Vivre l’île 12 sur 12 dans le cadre de leur participation au Conseil de Développement. Nos arguments ont été bien reçus et nous en sommes satisfaits.

(Voir aussi l’article de septembre 2003 ici )

Modification du POS de La Guérinière

En septembre nous avons attiré votre attention sur l’enquête publique ouverte à La Guérinière.

Le 24 octobre, notre Présidente a envoyé la lettre suivante au commissaire enquêteur:

J’ai l’honneur de vous communiquer les observations de l’association agréée de défense de l’environnement de l’île de Noirmoutier “Vivre l’île 12 sur 12“.

Tout d’abord, nous nous étonnons de la tenue de cette enquête de modification du plan d’occupation des sols de la commune de La Guérinière alors que Continuer la lecture

Plan de sécurité routière

courier-vendeen-20ix2007.gif

Selon le Courrier Vendéen du 20 septembre 2007, les plaisants qui ont affublé La Guérinière du sobriquet « bled aux mille rond-points » ne savaient pas si bien dire. Deux nouveaux giratoires sont programmés sur la quatre voies, au niveau de la Tresson et de la Volière; un troisième sera construit pour faciliter l’accès à Intermarché.

Le souci de la sécurité routière est certes louable; mais ces rond-points sont-ils tous nécessaires? N’y aurait-il pas d’autres solutions, moins coûteuses en termes financiers et d’imperméabilisation du sol? En effet, le bétonnage empêche l’infiltration dans le sol de l’eau de pluie, d’où risque d’inondation lorsqu’elle ruisselle.

Lors de l’enquête publique sur le rond-point de la Nouvelle Brille, nous nous sommes exprimés contre le projet (voir article du 25 novembre 2005), et nous ne manquerons pas d’examiner les nouveaux projets en temps utile.

Élections municipales 2008

Le Courrier Vendéen du 20 septembre propose un tour d’horizon des maires du Nord-Ouest Vendée pour savoir s’ils ont l’intention de se présenter aux élections municipales qui auront lieu les 9 et 16 mars 2008.

En ce qui concerne l’île de Noirmoutier, le journal donne les indications suivantes.

À Barbâtre, Suzanne Laurent (sans étiquette), maire depuis 2001, conseillère municipale et adjointe auparavant, ne se représente pas. « J’ai dit dès le départ que ne ne ferais qu’un mandat, et je n’ai pas changé d’avis » dit-elle.

À La Guérinière, Philbert Palvadeau (sans étiquette), maire depuis 1995, dit: « Ma réflexion est faite, je ne repars pas. »

À L’Épine, Jean-Marie Palvadeau (sans étiquette), maire depuis 2001, n’a pas encore pris de décision.

À Noirmoutier en l’Île, Maurice Chardonneau (sans étiquette), maire depuis 1995, annoncera sa décision à l’automne.

Enquête publique à la Mairie de La Guérinière

Une enquête publique relative à la modification du Plan d’occupation des sols (POS) de La Guérinère a lieu du 24 septembre au 25 octobre 2007.

Le dossier peut être consulté à la mairie aux jours et heures d’ouvertures.

Le projet soumis à enquête prévoit de modifier le réglement de la zone UE (zone artisanale des Mandeliers) :

1. Article UE.11.2. « Les constructions devront avoir une volumétrie simple, elles seront couvertes d’une toiture à deux pentes (15 à 33%). Le faîtage étant parallèle au plus grand côté, exception faite des petits bâtiments pouvant se situer en appentis contre une autre construction ou contre une clôture »

est ajouté :

« cette règle ne s’applique pas aux serres fixes. Elles pourront disposer d’une pente de toit différente.

Les toitures terrasses sont admises. »

2. Article UE.12. Stationnement (des véhicules).

UE.12.2.4. « pour les bureaux et professions libérales, une place par 25 m2 »

est remplacé par

« pour les bureaux et professions libérales une place par 20 m2 de surface de vente. »

Antenne Wimax à La Guérinière

antenne-wifi.jpg

Une antenne Wimax a été installée dans la zone artisanale de La Guérinière. Une des raisons invoquée était la nécessité pour les agriculteurs de disposer d’ une liaison permanente alors qu’ils étaient à bord de leur tracteur !
Le WiFi/ wimax n’est absolument pas encadré en terme de niveaux d’émission et d’exposition du public, contrairement au téléphone, même si les niveaux autorisés sont aberrants.
La puissance moyenne en WiFi est de 0,1W parce que la portée doit théoriquement être limitée au domicile de l’utilisateur – qui choisit d’être exposé. Quand on dépasse, on expose les voisins qui n’ont rien demandé.
Le WiFi est reconnu dangereux dans plusieurs pays. Le Wimax, c’est du Wifi plus puissant.
La puissance moyenne d’une antenne relais GSM est de 100W. Celle d’une antenne Wimax est de 200 à 1000W…
Le noirmoutrins ont le droit de savoir à quoi ils sont exposés par les promoteurs du Wimax

Voir aussi notre article ici.

Antenne Wi-Max à La Guérinière

Article du Bulletin 47

La Guérinière a volontiers accueilli la nouvelle antenne Wi-Max.

antenne-wimax.jpg

Quid de l’intégration environnementale?
Quid du principe de précaution ?
La loi a été votée par les représentants des citoyens: les élus doivent l’appliquer!

Le principe de précaution
Loi constitutionnelle N° 2005-205 du 1er mars 2005 relative à la charte de l’environnement

Le peuple français
Considérant :
Que les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ;

Continuer la lecture

Deux exemples ou Comment utiliser 12 sur 12

Article du Bulletin N° 46

Commune de l’Épine, vendredi 4 août. Le propriétaire d’une résidence dans un site boisé classé, sans demander d’autorisation aux services de l’urbanisme de la mairie, perce un talus pour avoir accès à une voie communale. Le maire, inquiet, craint que le week-end soit utilisé pour déboiser. Il alerte les administrations qui avouent leur impuissance. Désemparé il nous téléphone.Nous lui conseillons d’utiliser les médias et nous alertons des journalistes. Rendez-vous est pris pour le lendemain matin. Le samedi à 10 heures, une quinzaine d’adhérents de Vivre l’île 12 sur 12 sont là, les journalistes arrivent, FR 3 fait son travail, des articles paraissent dans les journaux locaux.Un éventuel  déboisement sauvage est devenu improbable. 
Commune de La Guérinière, lundi 7 août. Un habitant de la commune demande un rendez-vous à un administrateur de 12 sur 12 : au pied de la Croix du Fier deux plots rouges inquiètent les habitants du quartier, ils craignent que “leur” croix soit en danger. Une visite rapide à la mairie nous permet de constater qu’un permis de construire dont les limites coupent l’enclos de la Croix du Fier a été accordé. Le maire a d’ailleurs répondu à un voisin qu’il n’y pouvait rien.Ouest France, le Courrier Vendéen, Vendée Matin sont informés. Rendez-vous est pris avec la presse, Un groupe d’une quinzaine d’habitants du quartier du Fier vient accueillir une journaliste. Après la photo rituelle tout le monde se rend en groupe à la mairie. La discussion est vive, finalement le maire promet de revoir le permis de construire.Une pétition est élaborée, elle circule dans la commune et recueille des signatures d’habitants indignés.Le 17 août on peut lire dans Ouest France qu’une solution a été trouvée : l’enclos de la Croix du Fier restera intact.

La commune de La Guérinière condamnée

Bulletin N° 44lagu.jpg

En automne 2001, dans le bulletin d’information de l’association, sous le titre « CATASTROPHE ANNONCÉE », on pouvait lire :

« Quand vous vous dirigez vers Noirmoutier-en-l’Île, vous quittez le bourg de la Guérinière par le rond-point d’Europe. De ce rond-point, vous pouvez embrasser un paysage encore typique de l’île : prairies, arbres isolés, petites haies, fossés, pièces d’eau. Une zone artisanale est fort opportunément dissimulée par un rideau de cyprès. Jusqu’au triste parking de la grande surface commerciale (Inter Marché) toute proche, le regard n’est pas trop agressé.

Contrairement à l’autre extrémité du bourg, il n’y a pas d’enseignes lumineuses, pas de publicités bariolées, pas de bric-à-brac. Nous sommes encore dans une des parties à peu près intactes de notre île.

Or, il se pourrait que cet endroit paisible soit transformé en zone commerciale aux publicités racoleuses, Monsieur le Maire ayant demandé que le Plan d’Occupation des Sols soit modifié afin que des grandes surfaces puissent s’y établir. »

Après que la mairie lui ait opposé une fin de non recevoir, “Vivre l’île 12 sur 12 “ décidait de combattre ce projet et s’appuyait sur la Loi Barnier.

LA LOI BARNIER : L’enquête publique relative à cette modification du POS se réfère à la loi Barnier.

Face à l’enlaidissement croissant des entrées de villes et de bourgs en raison du laxisme des élus locaux qui laissent s’implanter de façon anarchique et incontrôlée des grandes surfaces commerciales, des garages, hangars et autres bâtiments, le législateur a réagi par l’intermédiaire de l’article 52 de la loi du 2 février 1995 (art.L.111-1-4c du code de l’urbanisme) dite loi Barnier : à compter du 1er janvier 1997, en dehors des espaces urbanisés des communes, une zone de 100 m de part et d’autre des autoroutes, routes expresses et déviations et de 75 m de part et d’autre des routes classées à grande circulation, est interdite à toute construction et installation.

Les zonages de POS peuvent y déroger en le motivant pour des raisons liées aux nuisances, à la sécurité, la qualité architecturale et la qualité de l’urbanisme et des paysages.

Dans notre cas, il s’agit bien d’une route à grande circulation et Monsieur le Maire voulait que soient édifiés, à 25 m de l’axe de la voie, des locaux artisanaux ou commerciaux et leurs installations.

Il devait donc motiver cette transgression de la loi en accordant une attention toute particulière à la qualité architecturale et la qualité de l’urbanisme et des paysages.

Quels garde-fous Monsieur le Maire prévoyait-il d’opposer à l’imagination souvent consternante des constructeurs de grandes surfaces commerciales, pour éviter l’enlaidissement de cette entrée du bourg ?

1. Qualité architecturale. On demandait au futur promoteur “la conservation des traits dominants de l’architecture locale”. Bien ! Mais on tempérait tout de suite :

– “Les constructions d’architecture non traditionnelle sont autorisées dans la mesure où elles garantissent leur intégration et la cohérence du site”. Ce critère extrêmement vague risquerait d’être jugé en fonction de la taxe professionnelle attendue.

– On pouvait de la même façon “accueillir des projets de grande richesse architecturale” . On imagine la grande richesse architecturale des commerces d’entrée de ville.

– “Les toitures réalisées en tout autres matériaux que la tuile devront avoir une couleur neutre”. Cette restriction était bien légère à respecter pour un architecte : elle se prêtait à toutes les fantaisies. Une toiture savoyarde en lauze, un toit normand en chaume, un toit angevin en ardoise étaient tout à fait dans le cadre de cette prescription.

– “Les bâtiments connexes (tous les bâtiments qui ne font pas partie de corps principal) pouvaient prendre des formes plus contemporaines (toitures-terrasses, bardage verre). La liberté devenait donc absolue !

.

2. Qualité de l’urbanisme. Les contraintes étaient tout à fait banales.

3. Les paysages.

– Aucune contrainte ne concernait les panneaux publicitaires Le souci d’un commerçant est bien évidemment que son établissement soit le plus apparent possible, du plus loin possible.

– La marge de recul comprise dans les 25 m devait être aménagée en espace paysager par le constructeur. Un talus bas parallèle à la route et quelques baliveaux devaient répondre à ce souci esthétique.

– Ainsi, l’extension de la zone devait présenter une image valorisante pour la commune comme pour l’île. Une zone commerciale est-elle une image valorisante dans le contexte noirmoutrin? d’autant que le règlement prévu de la zone autorisait l’implantation d’installations classées.

La permissivité était totale

Ce projet permettait de faire perdre à cette zone tout caractère patrimonial. Cette entrée du bourg serait encore plus laide que celle du Bonhomme et égalerait les innombrables entrées de ville abandonnées par les élus à un commerce tapageur et agressif.

Nous avions donc participé activement à l’enquête publique qui avait suivi et avions demandé au commissaire enquêteur (totalement acquis à la mairie) d’émettre un avis défavorable

L’INTERVENTION DE LA JUSTICE :

Comme nous l’avions pressenti, la conclusion du rapport du commissaire enquêteur fut favorable au projet.

Après examen de ce rapport, le Conseil d’administration de “Vivre l’île 12 sur 12 “ décida de déposer un recours devant le Tribunal Administratif de Nantes. En réponse la commune nous demandait 15 000 € de dommages et intérêts. Inutile de préciser que c’était un moyen facile de tuer notre association.

Le 22 septembre, le juge administratif se prononçait :

– la demande de 15 000 € à titre de dommages et intérêts était rejetée

– considérant que les conclusions du commissaire enquêteur étaient entachées de partialité

– considérant que la modification de zone demandée par la mairie nécessitait une modification du plan d’occupation des sols,

annule la délibération du conseil municipal et condamne la commune à verser 1 000 € à l’association “Vivre l’île 12 sur 12“.

CONCLUSION :

Cette affaire aurait pu être évitée : il aurait été possible, après concertation, de trouver une solution qui, en permettant l’installation d’artisans dans une partie de cette zone, préserve le caractère de l’entrée de la commune.

Le projet de rond-point à La Guérinière

L’enquête publique concernant la création d’un rond-point entre celui du Bonhomme et celui de l’Europe se déroule actuellement. Voici la lettre que nous avons envoyée au commissaire enquêteur:

Monsieur le Maire,
Madame la Commissaire enquêteur,
Vous diligentez une enquête publique relative à la création d’un rond-point sur la commune de La Guérinière.
Ce rond-point s’intercalerait entre deux ronds-points de grande taille, le rond-point du Bonhomme et le rond-point d’Europe distants de 1,5 km.
Le coût de l’installation de ce rond-point Continuer la lecture

La justice donne raison à Vivre l’île 12 sur 12

Quand vous vous dirigez vers Noirmoutier-en-l’Île, vous quittez le bourg de la Guérinière par le rond-point d’Europe. De ce rond-point, vous pouvez embrasser un paysage encore typique de l’île : prairies, arbres isolés, petites haies, fossés, pièces d’eau. Une zone artisanale est fort opportunément dissimulée par un rideau de cyprès. Jusqu’au triste parking de la grande surface commerciale (Inter Marché) toute proche, le regard n’est pas trop agressé.

Contrairement à l’autre extrémité du bourg, il n’y a pas d’enseignes lumineuses, pas de publicités bariolées, pas de bric-à-brac. Nous sommes encore dans une des parties à peu près intactes de notre île.

Cette situation devait être agaçante, puisqu’on voulait que cette zone paisible accueille des grandes surfaces commerciales dont la publicité efficace pourrait ainsi “accrocher” l’automobiliste qui emprunterait la route vers Noirmoutier-en-l’Île.

 Une enquête publique avait eu lieu à La Guérinière, Monsieur le Maire demandait que le Plan d’Occupation des Sols soit modifié afin que des grandes surfaces puissent s’établir dans cette zone. Nous avions participé et demandé que cette zone naturelle ne soit pas défigurée.

En vain : le commissaire enquêteur avait donné un avis favorable et Le Conseil municipal de La Guérinière avait voté la modification.

Pas découragés, nous avions déposé un recours devant le Tribunal Administratif de Nantes.

Celui-ci par un jugement du 22 septembre 2005 vient de nous donner raison : il annule la délibération du Conseil Municipal de La Guérinière et condamne la commune à nous verser la somme de 1000 €.